Le Clecat demande à l'UE une enquête sur la cartellisation de la ligne régulière


La flambée des taux de fret spot a amené le Clecat à réclamer à la Commission européenne d'ouvrir une enquête sur l'état de concentration du marché dans la ligne régulière conteneurisée. Les principaux acteurs du secteur sont également dans le collimateur des transitaires de l'UE…


© Port of Hambourg
© Port of Hambourg
Alors que les taux de fret spot ne redescendent pas depuis 2021, le Clecat (l'association européenne des commissionnaires de transport) demande à Bruxelles de vérifier si le secteur de la ligne régulière n'enfreint pas les règles de la liberté de la concurrence en Europe.

Elle condamne la hausse des prix que connaît le marché du conteneur depuis dix-huit mois. D'autant que cette envolée des taux s'accompagne paradoxalement, à ses yeux, d'un manque de fiabilité des services offerts et d'une baisse du nombre de lignes.

Pour Nicolette van der Jagt, la directrice générale du Clecat, la ligne régulière traverse une période marquée par un fort "degré de concentration et de coordination". Elle montre du doigt la "cartellisation" du secteur. Elle dénonce en outre un niveau de prix difficilement accessible aux PME de la commission de transport.

La responsable de l'organisation demande que la lumière soit faite au sein de l'UE sur les règles anticoncurrentielles. Sachant que les CBER (Consortia Block Exemption Regulation), soit les réglements d'exemption par catégorie dont bénéficient les consortiums maritimes, ont permis l'instauration de ces derniers ainsi que des alliances.

Les quatre principaux acteurs dans le viseur

Selon Nicolette van der Jagt, la création des alliances mondiales s'est traduite par une diminution du nombre de transporteurs maritimes dans la desserte des ports européens et du nombre de lignes disponibles. Elle souligne que les trois principales alliances regroupant les huit principaux transporteurs maritimes mondiaux contrôlent aujourd'hui plus de 80 % du marché.

Dans son courrier adressé à la direction de la Concurrence, la prise de position de Nicolette van der Jagt est sans appel. Elle explique : "Nous réclamons également une enquête sur MSC, Maersk, CMA CGM et Hapag-Lloyd, les quatre plus grandes compagnies conteneurisées européennes.

À l'inverse de la Commission européenne, au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Canada, les organismes réglementaires ont lancé une enquête mondiale sur un secteur de l'économie mondiale qui a dégagé des bénéfices historiquement élevés l’année dernière et qui est sur le point d’engranger des montants similaires cette année".

Pour Olaf Merk, l'administrateur en charge du shipping et des ports à l'ITF (International Transport Forum), le degré de concentration dans la ligne régulière est bien plus élevé que le montrent les statistiques publiées par Hirschman-Herfindahl (HHI). Selon lui, elles ne tiennent pas compte de l'existence des alliances, consortiums et autres ententes sur le marché. Il estime que, dès lors qu'on intègre cette donnée, ces groupements vont jusqu'à en contrôler 50 % des parts…

"Dans la perspective de la révision du CBER"

Les transitaires membres de l'association européenne souhaitent que les résultats de l'enquête attendue de la part de l'UE soient pris en compte pour redéfinir les contours du nouveau règlement d'exemption par catégorie.

Le CBER, dont les transporteurs maritimes bénéficient depuis près de vingt-cinq ans, a été prorogé une dernière fois en 2020 pour quatre ans. Les commissionnaires de transport espèrent donc que la période est propice pour mieux se faire entendre de la part du législateur. La lettre envoyée par Nicolette van der Jagt va dans ce sens.

Vincent Calabrèse

Lundi 7 Mars 2022



Lu 1262 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal