Le Liban menacé de "black-out"


Le Liban a perdu le 14 mai près du quart de son approvisionnement en électricité après la décision de son fournisseur turc d'interrompre la production de ses deux centrales flottantes.


© Karpowership
© Karpowership
Deux navires-centrales positionnés au large du Liban ont arrêté leur production en raison d'un retard de paiement et d'un différend juridique avec les autorités. Ces deux centrales flottantes de la société Karpowership situées au large des villes de Zouk Mosbeh et de Jiyeh (au nord et au sud de Beyrouth) opèrent au Liban depuis 2013, fournissant jusqu'à 25 % de son électricité, selon l'entreprise turque.

La décision de l'arrêt de leur production intervient alors que le ministre démissionnaire de l'Énergie, Raymond Ghajar, met en garde depuis plusieurs mois contre un "black-out" total dans le pays, plongé dans sa pire crise économique depuis la guerre civile (1975-1990). "Nous regrettons profondément la fermeture" des centrales flottantes, a affirmé Karpowership. "Durant dix-huit mois, nous avons été excessivement flexibles avec l'État, continuant de fournir de l'électricité sans paiement ni échéancier parce que le pays traversait déjà une période difficile. Toutefois, aucune entreprise ne peut fonctionner dans un environnement présentant de tels risques".

Différend judiciaire

Une source au sein de l'entreprise a indiqué que les deux centrales n'étaient plus fonctionnelles depuis le matin du vendredi 14 mai. Selon elle, l'État libanais doit plus de 100 millions de dollars (82,5 millions d'euros) à Karpowership. De son côté, la justice libanaise a menacé de saisir les deux navires. Un procureur local a interdit début mai aux centrales de quitter les eaux du Liban en raison du versement présumé de commissions occultes. Une accusation pouvant entraîner une pénalité de 25 millions de dollars pour l'entreprise, avait alors indiqué une source judiciaire libanaise. Karpowership a rejeté ces allégations, les estimant "sans fondement et manquant de crédibilité".

Vendredi, l'établissement public Électricité du Liban (EDL) a confirmé l'arrêt de l'alimentation via les navires-centrales turcs, "ayant entraîné une diminution des capacités de production d'environ 240 mégawatts". Habitué aux coupures quotidiennes d'électricité, le Liban a versé plus de 40 milliards de dollars de subventions à l'EDL, chroniquement déficitaire et symbole de la mauvaise gouvernance et de la corruption de l'État.

Faute de production suffisante, la fourniture d'électricité n'est pas assurée 24 heures sur 24 au Liban, ce qui pousse les habitants à recourir à des générateurs privés pendant les pannes tandis que les grands axes routiers et les rues sont souvent plongés dans le noir.

Fermeture des centrales

La communauté internationale réclame depuis longtemps une refonte complète du secteur. Le pays importe ses besoins énergétiques au compte-gouttes depuis le début de l'année à la suite du non renouvellement du contrat avec son principal fournisseur, une filiale de la société publique algérienne Sonatrach, en raison d'une affaire de carburant défectueux. Le Parlement a approuvé fin mars une avance de 200 millions de dollars à l'EDL pour l'achat de carburant mais les montants n'ont toujours pas été débloqués.

Raymond Ghajar a déjà averti qu'en l'absence du paiement des 200 millions de dollars, les centrales électriques cesseraient de fonctionner d'ici le 22 juin. "Si le ministère, et par conséquent l'EDL, n'ont pas d'argent pour l'achat de carburant, ils fermeront toutes les centrales électriques" du pays, a précisé Marc Ayoub, chercheur en énergie à l'Université américaine de Beyrouth. Selon le calendrier du ministre sortant de l’Énergie, l'une des centrales s'arrêterait dès mardi 18 mai.

Alice Hackman avec Gokan Gunes

Lundi 17 Mai 2021



Lu 657 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal