Le Secrétariat général de la mer, "une courroie de transmission"


Quelques mois après son entrée en fonctions au Secrétariat général de la Mer (SG Mer), Vincent Bouvier fait le point sur l'ensemble des dossiers qu'il doit gérer. Les mesures adoptées à l'occasion du dernier Cimer 2016 à Marseille ont fait partie des sujets prioritaires qu'il a eu à traiter et dont il va à avoir à assurer le suivi. Il souligne son rôle de "courroie de transmission" avec le secteur privé.


Le "MN Pélican" fait partie de la flotte sous pavillon français © Franck André
Le "MN Pélican" fait partie de la flotte sous pavillon français © Franck André
Cinq jours après la tenue du Comité interministériel de la mer (Cimer) 2016, qui s'est tenu à Marseille le 4 novembre, Vincent Bouvier, le secrétaire général de la Mer, a confié cette semaine à La Rochelle, dans le cadre des 12e Assises de l'économie de la mer, les principaux axes qui orientent son action. Il est investi d'une fonction régalienne qui consiste à la fois à animer l'action de l'État en mer et assurer la gestion de la garde-côtes. "Nous avons également au Secrétariat général de la mer une vocation de coordination des politiques maritimes de la France".
"Dans ce cadre, nous avons préparé les mesures qui ont été adoptées lors du dernier Cimer et allons devoir en suivre l'exécution", explique-t-il, mentionnant la réunion qui s'est tenue le 4 novembre à Marseille, sous l'égide du Premier ministre.
À court terme, selon lui, sa mission du secrétariat général de la Mer couvre à la fois l'environnement, la loi sur l'économie bleue, la sûreté et la sécurité ainsi que les dossiers européens.
À plus long terme, il estime que l'administration dont il a la charge doit assurer la coordination et une réflexion à titre prospectif.

Flotte stratégique : un groupe de travail constitué

"Il faut savoir régler les conflits d'usage", a-t-il mentionné. Concernant le dossier de constitution d'une flotte stratégique, le secrétaire général de la mer a indiqué : "Nous avons créé un groupe de travail. La France possède un savoir-faire. Elle doit conserver sa position".
Soulignant le rôle d'interface que le Secrétariat général de la mer souhaite jouer avec le secteur privé, il souhaite créer une coordination avec les professionnels. Celle-ci, à ses yeux, doit se décliner en trois étapes : "la connaissance, les propositions et la décision politique". Une dernière étape qui est, selon lui, "une courroie de transmission".
Vincent Bouvier a également annoncé qu'il a pris rendez-vous avec Frédéric Moncany de Saint-Aignan, le président du Cluster maritime français (CMF) au motif qu'il a besoin d'être en contact avec les professionnels.
Aujourd'hui, il doit également ouvrir d'autres dossiers d'importance : l'extension du plateau continental autour des possessions ultramarines de la France, l'application de la convention de Montego Bay sur la biodiversité en haute-mer (un enjeu capital, selon lui, avec les élections aux États-Unis) et enfin celui de la Chine méridionale (un secteur où des conflits territoriaux survivent).
Interrogé sur l'évolution de la fonction de garde-côtes en Europe avec la montée en puissance du terrorisme, le Secrétaire général de la mer commente : "Il faut savoir s'adapter aux menaces. Aujourd'hui, on coordonne nos moyens maritimes et terrestres mais nous nous situons dans un contexte budgétaire contraint. 1.500 hommes seront demandés demain. L'agence européenne va devoir affréter. Il y a donc des bateaux à construire".

Vincent Calabrèse

Jeudi 10 Novembre 2016



Lu 972 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy