Le Sénégal veut faire décoller son économie avec un nouvel aéroport


Le Sénégal a inauguré jeudi 7 décembre un nouvel aéroport international, un projet d'infrastructure ultramoderne porté depuis dix ans par deux présidents successifs, dont le pays souhaite faire une plaque tournante en Afrique et un moteur de son développement économique.


© AIBD
© AIBD
Situé à Diass, à 47 km au sud-est de Dakar, l'aéroport international Blaise-Diagne (AIBD), du nom du premier député africain élu au Parlement français (1872-1934), a remplacé depuis jeudi 7 décembre l'aéroport international Léopold-Sédar-Senghor (AILSS), en proche banlieue de la capitale. L'AILSS, baptisé en hommage au père de l'indépendance et premier président sénégalais, principal aérodrome du pays depuis plus de 70 ans dont les vols passent au-dessus de quartiers très peuplés, est reconverti en aéroport militaire dès vendredi 8 décembre.
Malgré d'ultimes incertitudes concernant notamment l'accueil des compagnies aériennes, l'AIBD a été inauguré par le président, Macky Sall, dix ans après la pose de la première pierre par son prédécesseur, Abdoulaye Wade, avec un important retard sur le plan initial. Ces derniers jours, les compagnies aériennes, qui n'ont pu effectuer les contrôles des indispensables cuves à kérosène qu'en début de semaine, ont fini par informer leurs passagers voyageant à partir du 7 décembre du changement d'aéroport.
"Cet aéroport sera déterminant pour la promotion de la destination Sénégal" et aura des "effets d'entraînement sur les autres secteurs de l'économie", en particulier grâce à la proximité du projet de ville nouvelle de Diamnadio, à une dizaine de kilomètres, a affirmé mardi 5 décembre devant l'Assemblée nationale le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne. Le pays veut se doter ainsi d'une "plaque tournante et un point préférentiel d'escale technique en Afrique, pour les trafics aériens d'Afrique, d'Europe et d'Amérique", selon le gouvernement. La position géographique du Sénégal, "équidistante de l'Europe occidentale, de l'Amérique du Nord, de l'Amérique du Sud et de toute l'Afrique australe, lui offre un très grand avantage comparatif dans le courant des échanges internationaux et en fait un hub naturel", souligne le gouvernement.

"Une plaque tournante pour les trafics aériens d'Afrique, d'Europe et d'Amérique"


Le président Sall a fait du développement des infrastructures un pilier de son Plan Sénégal Émergent (PSE). Mais cet investissement s'est avéré bien plus cher et long que prévu. Estimée en 2007 à moins de 200 milliards de francs CFA (305 millions d'euros), la construction aura finalement coûté plus du double : 424 milliards de francs CFA (645 M EUR), selon la ministre des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck.
Le chantier a également connu de nombreux aléas, qui expliquent sa durée "énorme", selon le directeur de l'AIBD, Abdoulaye Mbodj. Le géant saoudien du BTP BinLaden Group, premier maître-d'œuvre, a été remplacé en 2016, après un conflit avec l'État sénégalais, par deux sociétés turques, Summa et Limak. Ces entreprises turques détiennent par ailleurs à elles deux 66 % du capital de la société ayant obtenu la gestion pour 25 ans de l'aéroport, l'État sénégalais conservant une minorité de blocage de 34 %.
Implanté sur un espace de 4.500 hectares dont seulement 2.500 sont utilisés, l'AIBD dispose d'une aérogare à deux niveaux ainsi que d'une mezzanine permettant une séparation complète entre les flux arrivée, départ et transit, et de six passerelles télescopiques pour accéder directement aux avions. Cet agencement lui permet d'accueillir d'emblée 3 millions de passagers par an, contre 2 millions pour son prédécesseur, avec une capacité projetée de 10 millions dans les prochaines années. Sa piste et ses "équipements de dernière génération" peuvent accueillir tous les types d'avions, y compris les très gros Airbus A380, selon son directeur technique, Alassane Ndiaye.
À partir de l'AIBD, les touristes pourront facilement, grâce à l'autoroute, se rendre dans les stations balnéaires réputées de la "Petite-Côte", au sud-ouest de Dakar, comme Saly et Popenguine. En revanche, en sortir ou y accéder depuis la capitale risque de se révéler nettement plus compliqué, et plus cher. Risque de bouchons, tarifs élevés des taxis (une vingtaine d'euros minimum), système de navettes de bus pas encore rodé : les Dakarois craignent des débuts difficiles.

Compagnie nationale ressuscitée

Reste que pour réellement s'affirmer comme "hub" africain, le Sénégal devra se doter d'une compagnie aérienne nationale. Née officiellement après la faillite de Sénégal Airlines en avril 2016, Air Sénégal ne devrait pas obtenir ses licences internationales, indispensables au démarrage de ses activités commerciales, avant début 2018. Symboliquement, les deux ATR 72-600 récemment acquis par la nouvelle compagnie devaient participer au défilé aérien prévu pour l'inauguration.

Malick Rokhy Ba

Jeudi 7 Décembre 2017



Lu 657 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy