Le chantier naval de La Ciotat, des porte-conteneurs aux yachts de luxe



© Classic Works
© Classic Works
Le 19 décembre 1987, le "Monterrey" était le dernier navire à quitter les cales du chantier naval de La Ciotat, promis à la casse : trente ans après, les porte-conteneurs ont été remplacés par les yachts de luxe et la ville revit grâce à la haute plaisance.
Coulée par la concurrence asiatique, la Normed (Société des chantiers du Nord et de la Méditerranée) était exsangue. Les portiques de levage surplombant le port étaient voués à la ferraille et les promoteurs lorgnaient sur les 36 hectares de terrain désertés, rêvant de complexe touristique et de marina.
Fin 2017, le chantier naval est toujours là, grâce aux "105" de la CGT, qui ont occupé le site jusqu'en 1994. Mais les 3.500 salariés de 1987 ne sont plus que 700, au sein des 36 entreprises réunies sur le domaine, géré par La Ciotat Shipyards, nouveau nom de la société d'économie mixte chargée de relancer le site. Et les ouvriers et ingénieurs ne construisent plus de pétroliers, de méthaniers ou de porte-conteneurs : ils s'affairent, en gants blancs ou presque, autour des palaces flottants des milliardaires.
"Ici, on ne construit plus ou presque, on fait surtout de l'entretien ou du "refit", ces travaux de carénage et de relooking nécessaires quand un yacht est rénové", explique Jean-Yves Saussol, directeur général de La Ciotat Shipyards. Résultat : un chiffre d'affaires global de 120 millions d'euros, avec quelque 100 yachts de plus de 50 mètres en escale à La Ciotat cette année. "D'ici cinq ans, nous visons un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros, et 900 salariés de plus", ambitionne Jean-Yves Saussol, soulignant que le coût de maintenance annuel d'un yacht correspond à 10 % de son prix d'achat.

"Ascenseur à bateau"

Le marché est porteur, avec 5.500 yachts naviguant dans le monde fin 2016, dont 700 de plus de 50 mètres et 130 monstres de plus de 80 mètres, comme le "Serene", le 134 mètres du prince saoudien Mohammed Ben Salmane, lui aussi passé par La Ciotat pour un lifting.
Avec son ascenseur à bateau de 2.000 tonnes, La Ciotat s'est imposée sur le segment des super-yachts, les 50-80 mètres. Mais le créneau d'avenir, ce sont les méga-yachts, de plus de 80 mètres : "Il y a dix ans, ils n'étaient que dix...", souligne Jean-Yves Saussol. D'où la volonté de La Ciotat Shipyards de continuer à investir, avec un nouvel ascenseur pour bateaux, de 4.000 tonnes cette fois, à l'horizon 2020, pour contrer Barcelone (Espagne) ou Gênes (Italie).
À La Ciotat depuis dix-neuf ans, CompositeWorks fait partie des privés qui vont postuler pour ce projet, aux côtés des actionnaires publics de La Ciotat Shipyards, le département des Bouches-du-Rhône (50 %), la région Paca (26 %), la Métropole de Marseille (20 %) et la ville de La Ciotat (4 %) : "Actuellement nous refusons des contrats sur des méga-yachts, faute de pouvoir les mettre à sec", explique son directeur anglais, Ben Mennem. Premier employeur de La Ciotat Shipyards, avec 110 salariés, CompositeWorks est un des sept chantiers navals présents sur le site, avec notamment Monaco Marine, un autre grand du secteur, ou Nautech, un petit nouveau marseillais.
Mais La Ciotat accueille aussi une trentaine d'entreprises sous-traitantes : électriciens, chaudronniers, selliers, etc. Parmi eux, Yachtelec, une PME dirigée par Rémi Collace, petit-fils d'un ancien ouvrier des chantiers : "Lui, il gérait les pièces pour des pétroliers ou des tankers, nous, c'est les éclairages et la domotique des super-yachts..." Côté sous-traitants, les chantiers ciotadens visent aussi plus grand, avec un village d'entreprises de 12.000 m2 à partir de 2019 sur les 15 hectares de friches encore disponibles.  
"L'objectif, c'est d'être le numéro un mondial irrattrapable d'ici cinq ans", souligne Jean-Yves Saussol. "À condition que l'État ne nous fasse pas de croc-en-jambe", prévient-il, en faisant référence à un décret sur la sécurité sociale des marins en application depuis juillet, qui a fait fuir selon lui de nombreux clients. "Ça a été un carnage", renchérit Nicolas Bruni, directeur général de Nautech : "Sur les quatre derniers mois, nous avons eu trois bateaux, au lieu d'une dizaine l'an passé".

Olivier Lucazeau

Mardi 26 Décembre 2017



Lu 643 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy