Le connaissement électronique : pour quand ?



Le Comité maritime international (CMI), organisation non gouvernementale œuvrant pour l’unification du droit maritime, a adopté dès 1990 les règles relatives aux connaissements électroniques, dont l’objectif est d’établir un mécanisme destiné à remplacer les traditionnels connaissements négociables sur papier par un équivalent électronique. Les règles du CMI n’ont pas force de loi et leur application exige la conclusion d’un « accord de communication » entre les partenaires commerciaux. Différents systèmes ont été testés ces dernières années. Ainsi, de nouveaux titres informatisés sont apparus tels que le « Data Freight Receipt » ou les « Express Cargo Bills ».

Le principal obstacle à la dématérialisation tient au caractère négociable du document.

Le connaissement électronique et négociable fait en effet figure de serpent de mer car, tout en ayant fait l’objet de nombreuses études des comités d’experts et des organisations internationales, la doctrine et les opérateurs du commerce international maintiennent le fait que le droit positif s’oppose à la dématérialisation de ce titre négociable. En effet, des exigences de forme telles que l’établissement de documents originaux ou l’apposition d’une signature apparaissent aussi bien dans les textes législatifs que dans une jurisprudence exigeante. Quoi qu’il en soit, les progrès effectués dans le domaine de la cryptographie informatique a permis de mettre en place des connaissements électroniques tout à fait acceptables, dont le plus connu est le système Bolero.

Financé par l’Union européenne, Bolero s’inspire des règles du CMI et institue un registre central retraçant dans un ordre chronologique toutes les opérations et tous les messages de données. C’est la Bolero Association Limited, regroupant toutes les parties à la transaction électronique, qui a en charge la gestion du registre informatique central. À la différence du projet CMI, le registre n’est donc pas confié à l’une des parties au contrat de transport mais à une autorité neutre. Quand un chargeur veut conclure un contrat de transport maritime, celui-ci spécifie de façon électronique au transporteur les caractéristiques de la marchandise. Le transporteur émet alors des données électroniques couvrant les rubriques habituelles du connaissement et les dépose sur le registre informatique central. Les utilisateurs ayant un accès autorisé peuvent alors consulter les données électroniques, voire les modifier.

Ainsi, le porteur figurant sur le registre central pourra transférer le connaissement électronique. La sécurité du système est assurée par l’autorité de certification qui fournit aux utilisateurs des signatures numériques permettant d’authentifier les messages et d’en vérifier l’intégrité.
 


< Fiche précédente     I     Sommaire général     I     Sommaire de section     I     Partie suivante  >







     

Le connaissement maritime | La charte-partie (charter party) | Le connaissement électronique | La lettre de transport maritime (seaway bill)





 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy