Le fret aérien mondial déjà dans le rouge en février


Les chiffres de février montrent le début d'un fléchissement pour le fret aérien mondial, qui s'accentuera dans les statistiques du mois de mars. Les compagnies asiatiques et européennes ont été les premières à plonger.


Les compagnies européennes ont été les premières à réduire leur nombre de vols © Lufthansa
Les compagnies européennes ont été les premières à réduire leur nombre de vols © Lufthansa
La chute sera vertigineuse pour les compagnies aériennes, y compris s'agissant de leur activité fret. La claque monumentale et inédite subie par le transport aérien en conséquence de l'épidémie de Covid-19 est d'abord et surtout visible pour l'activité passagers, quasiment à l'arrêt complet en ce début avril. Les derniers chiffres disponibles au niveau mondial, ceux de février, montrent un recul de 14,1 % comparé au même mois de 2019. La perte est de 41 % pour les compagnies asiatiques, les premières à avoir été touchées.
Ce qui est déjà "la plus forte baisse du trafic depuis le 11-Septembre", selon l'Association internationale du transport aérien (Iata), va encore s'accentuer dans les statistiques des mois suivants.

Pénurie d'avions passagers

Les données brutes pour le fret aérien ne sont pas alarmantes au premier abord : la baisse est de 1,4 % en tonnes-kilomètres de chargement fret et poste (CTK) en février comparé au même mois de 2019. Corrigé des variations saisonnières (le Nouvel An lunaire ce mois-là l'an dernier et année bissextile cette année), le déclin est de 9,1 %.
"Dès février, les répercussions sur le trafic de fret aérien de la crise de la Covid-19 sont devenues visibles", analyse l'Iata. La baisse spectaculaire de la production manufacturière chinoise déjà sensible en février s'est combinée au début de la baisse de la demande dans le reste du monde. "L’indice mondial des directeurs d’achats (PMI) était à la baisse, alors que toutes les grandes nations commerçantes signalaient une diminution des commandes", explique la fédération mondiale des compagnies aériennes.

"Dès février, les répercussions du Covid-19 sont devenues visibles"


Certes, le fret aérien reste ouvert à l'acheminement des produits de première nécessité et des biens satisfaisant les chaînes de production des filières qui peuvent encore travailler, mais d'une part l'économie mondiale tourne au ralenti et, d'autre part, ce sont environ deux tiers des tonnages de marchandises qui sont transportés en temps normal par les avions de passagers, dont la disponibilité a été drastiquement réduite par les restrictions de circulation gouvernementales.
Dans ce contexte, on voit ressortir des hangars les freighters et on assiste même à la conversion d'avions passagers devenus temporairement inutiles. "La perte importante de capacité de chargement a gravement affecté les chaînes d’approvisionnement mondiales", confirme l'Iata. Elle se traduit sur le mois par une diminution de 4,4 % en CKT offertes (ACTK), un "résultat biaisé dans la même mesure que les chiffres non désaisonnalisés de la demande", prévient l'organisation.

L'Asie et l'Europe avant les autres

Dans le détail, les volumes des compagnies d’Asie-Pacifique ont diminué de 2,2 % en février, par rapport à février 2019. "Désaisonnalisé", le chiffre est de 15,5 % (comparé à janvier 2020), soit le niveau de début 2014. La capacité, en baisse de 17,7 %, est la plus rude depuis 2013, "en raison principalement de l'effondrement de la capacité des soutes". Le taux de remplissage 54,3 % est de ce fait le plus élevé du monde.
En données brutes, les compagnies aériennes d’Europe sont celles qui ont subi le plus fort recul, à 4,1 %, ayant été les premières à supprimer des liaisons avec l'Asie. Le marché intérieur européen s'est contracté de 7,8 %, ce qui suggère, selon l'Iata, "que la région a été affectée par les perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale et les mesures hâtives d’endiguement du Covid-19, notamment dans le Nord de l’Italie, une importante région manufacturière". La capacité avait diminué de 3,8 %.

La vague progresse

Pour les transporteurs d’Amérique du Nord, la baisse a été de 1,8 % en février, comparativement à la même période l’an dernier. Son trafic avec l'Asie a reculé de 2,4 %. Les capacités ont augmenté de 4,1% sur la période.
Les compagnies du Moyen-Orient n'avaient pas ressenti les conséquences de l'épidémie en février, continuant de progresser (+ 4,3 %). "Toutefois, étant donné la situation du Moyen-Orient comme plaque tournante reliant la Chine au reste du monde, les transporteurs de la région seront sérieusement exposés aux effets de la Covid-19 dans la période à venir", promet l'association.
La situation est comparable en Amérique latine et en Afrique, avec une arrivée plus tardive de la vague épidémique. Les compagnies sud et centre-américaines ont ainsi progressé de 1,8 %, même si "la perturbation des chaînes d’approvisionnements mondiales et le contexte économique fragile de certains pays de la région génèrent des vents contraires pour le secteur du fret aérien", relève l'Iata.
Quant aux transporteurs d'Afrique, ils ont enregistré en février, et pour un douzième mois consécutif, la plus forte croissance mondiale (+ 6,2 %), fortement liée aux voies commerciales avec l'Asie et le Moyen-Orient.

Franck André

Lundi 6 Avril 2020



Lu 1124 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Décembre 2020 - 14:27 ​Aeroflot accumule les pertes


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal