Le fret toujours en souffrance à l’aéroport de Nice


Si la plateforme niçoise récupère petit à petit son trafic passager, le fret avionné reste au bas de l’étiage. Les opérateurs maintiennent leur activité en recourant à la route pour l’acheminement vers Paris et les destinations européennes.


En septembre un Antonov à l'aéroport de Nice a embarqué un satellite Thales monté  à Cannes
En septembre un Antonov à l'aéroport de Nice a embarqué un satellite Thales monté à Cannes
Les avions cargo se font rares sur le tarmac niçois, à l’exception de l’Antonov An-124 qui, six à sept fois par an, embarque un satellite construit par Thales à Cannes, comme ce fut le cas fin septembre. La reprise est encore difficile après une année 2020 qui a vu le fret à l’aéroport de Nice chuter de 62 % avec 7.724 tonnes traitées contre 20.000 tonnes en 2019.
La chute a été moins importante sur le fret express (- 43 %) et camionné (- 29 %). Fin juillet, le terminal cargo de l’aéroport avait enregistré depuis le début de l’année 5.560 tonnes dont 790 tonnes avionnées, 4.381 tonnes camionnées et 389 tonnes en express.

Prépondérance de l'export et du camion

À Nice, le fret export domine avec près des trois quarts du tonnage, qui s’envole vers le Moyen-Orient (en transit vers l’Asie Pacifique via le hub de Dubaï), l’Europe, l’Amérique du Nord (grâce à Delta Airlines) et l’Afrique. Le retour d’Emirates en juillet a dopé l’activité car le Boeing 777 qui remplace d’A380 sur la ligne Nice Dubaï possède une soute plus importante. La compagnie de Dubaï conserve ainsi sa place de premier opérateur de fret avionné avec 25 % de l’activité de la plateforme.

Les premiers chargeurs sont les entreprises de parfums et d’huiles essentielles du bassin grassois qui, affichent de belles performances à l’export. "C'est 60 % du trafic à Nice, précise Jean-Christophe, Euzière chez Mathez Freight à Nice. C’est un fret à haute valeur ajoutée et tonnage réduit. Le reste se répartit entre les fleurs de la Riviera italienne, les pièces détachées, ou les médicaments."

Le fret camionné prend le dessus en alimentant l’activité d’autres plateformes comme Roissy et Lyon en France ou Luxembourg, Francfort et Madrid en Europe. "On assiste à un report de l'aérien vers la route, le rail et la mer car les tarifs ont augmenté bien au delà de ce qu'ils étaient en 2019, précise Frédéric Mercier, directeur de l’activité logistique de Mathez International." Or, le fret avionné dépend à Nice de la capacité en soute des compagnies aériennes, notamment celle des longs courriers comme Emirates, Delta ou Qatar Airways.

Retour des compagnies passagers

Pour 2022 l'arrivée prévue de United Airlines sur New York devrait stimuler le trafic fret et passager, en attendant un hypothétique retour d'Air China, qui avait ouvert une liaison Nice-Pékin en juillet 2019. Car l'activité passager voit revenir ses compagnies. En août, Nice a retrouvé 63 % du niveau d’août 2019, obligeant une réouverture temporaire du Terminal 1.

De quoi rassurer Franck Goldnadel, qui a pris le manche du groupe Aéroports de la Côte d’Azur à l’automne 2020 en pleine crise de l’aérien. Une année durant laquelle Nice a traité un trafic de 4,6 millions de passagers contre 14,5 millions en 2019, entrainant une baisse de 55 % du chiffre d’affaires de la société aéroportuaire, qui affiche une perte de 33 millions d'euros. Si la société a pu sécuriser ses 600 emplois grâce à un accord, en revanche, la pérennité des 5.400 postes chez les entreprises travaillant sur la plateforme a été plus difficile à assurer.

"Le fret avionné à Nice dépend de la capacité en soute des compagnies aériennes, notamment sur les longs courriers"


Depuis le début de l’été, la plateforme a retrouvé une activité plus normale, notamment avec la reprise des vols d’Emirates vers Dubaï ou de Delta Airlines et La Compagnie vers New York. En juillet, l’aéroport a ainsi traité 930.000 passagers et en août plus d’un million dont 50 % à l’international. En septembre, près de 77 destinations et plus d’une quarantaine de compagnies sont présentes. En 2021, l’aéroport devrait voir passer un peu moins de 6 millions de passagers. La reprise devrait entrainer la réouverture du Terminal 1 au cours du premier trimestre 2022.

Des investissements malgré tout

Côté investissements, l’aéroport a réalisé cette année la réfection de la piste Nord et a mis en service l’Airport Operations Center, qui centralise sur 500 m² la gestion de ses différentes ressources. L’extension du Terminal 2 sur 20.000 m² est remise à plus tard mais n’est pas abandonnée.

Le chantier de la gare TER face au Terminal opérationnelle en 2023 avant de devenir gare TGV en 2025 s’est enfin ouvert. À plus long terme, l’aéroport investira dans la sécurité aéronautique et sanitaire, les mises aux normes et l’environnement avec, par exemple, le remplacement des trois chaudières à gaz du Terminal 1 par une boucle d’eau tempérée par les eaux usées ou la nappe phréatique, un système développé par Dalkia, la filiale d’EDF.

Michel Bovas

Mercredi 3 Novembre 2021



Lu 1293 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal