Le groupe Gefco passe en illimité


Passé d’une filiale du groupe automobile PSA à une entité indépendante, Gefco intervient désormais comme commissionnaire généraliste tout en conservant son savoir-faire sur l’automobile.


L'ex-logisticien de PSA procède à une large diversification de ses activités © Gefco
L'ex-logisticien de PSA procède à une large diversification de ses activités © Gefco
"Il y a cinq ans, nous étions une filiale du groupe PSA. Nous avons créé en 2012 Gefco France pour nous donner une nouvelle liberté managériale. Après cinq ans, nous constatons que notre activité s’est diversifiée", a commencé par expliquer Luc Nadal, président du directoire du groupe Gefco. Et pour compléter cette métamorphose, le commissionnaire a repensé sa signalétique. "Cette nouvelle signature, Partners Unlimited, traduit l’esprit de coopération avec lequel Gefco entend se développer avec ses partenaires et clients pour apporter de la valeur tout au long de la supply chain", poursuit le président du directoire.
Gefco a longtemps été un spécialiste de la commission de transport pour l’industrie automobile et plus particulièrement le groupe PSA. Le changement d’actionnariat intervenu en 2012, quand 75 % du capital est passé entre les mains de la société de chemin de fer russe RZD, lui a permis de renforcer sa politique pour développer son activité vers toutes les activités industrielles. "Nous étions principalement un opérateur de la logistique automobile.

Diversification des activités

Aujourd’hui, nous avons renforcé nos activités pour nous tourner aussi vers un spectre plus large." Et le groupe compte poursuivre sa croissance en s’appuyant sur le développement à l’international. Certes, l’automobile demeure un marché important pour le groupe mais d’autres secteurs d’activité sont venus renforcer les différents flux de transport et de commission comme l’industrie aéronautique, les équipements, l’énergie, la santé, la mode, l’alimentation ou encore l’électronique.
Cette diversification des activités tourne autour de cinq axes. Le premier a été de poser un premier pied sur la Route de la soie et les services ferroviaires. Déjà un premier train de véhicules depuis la Chine vers l’Europe a été acheminé et devrait être suivi dans les prochaines semaines par d’autres.

"Deux incubateurs : l'un à Paris, l'autre à Londres"


Le second axe concerne la politique commerciale de l’entreprise. Elle se présente sous la forme d’un cube qui permet de répondre aux besoins d’internationalisation, de compétitivité et d’innovation pour les organisations logistiques des clients.
Le troisième axe a été de développer le spectre international de Gefco. "Nous avons ajouté 15 % de pays en plus", a confirmé Luc Nadal. Des nouveaux marchés qui sont organisés soit par croissance externe soit par croissance organique. Désormais, le groupe est présent au Chili, en Afrique du Sud, en Irak et en Corée du Sud, notamment. Gefco a aussi beaucoup travaillé pour accompagner ses clients sur l’Iran depuis la fin des sanctions.

Formation et innovation

Le quatrième axe de transformation concerne les processus des ressources humaines. Le groupe réunit aujourd’hui 89 nationalités au sein des 13.000 employés et a cherché à intégrer de nouveaux talents tout en privilégiant la formation de ses salariés au travers de l'apprentissage numérique.
Enfin, le dernier axe de transformation a favorisé la révolution culturelle. "En quittant le groupe PSA, nous nous sommes aperçus que les choses étaient plus difficiles que nous le pensions. Nous avons donc créé un projet d’entreprise pour guider les salariés dans leurs nouvelles actions".
Dans ce cadre, Gefco veut aussi développer l’innovation au sein de sa structure. Le groupe a lancé l’"Innovation Academy" qui doit porter les projets novateurs de ses salariés. Un projet qui va au-delà des frontières du groupe puisque Gefco veut intégrer dans les prochains mois deux incubateurs, l’un à Paris et l’autre à Londres pour y découvrir de nouveaux talents.
Devenu un opérateur multi-secteurs et multi-cartes pour la supply chain, Gefco s’est aussi renforcé dans le ferroviaire en rachetant 700 wagons à une société russe. "Nous investissons dans des wagons et dans des parcs automobiles. Les premiers parce que c'est plus rentable que de les louer sur le long terme et les seconds pour le stockage de véhicules", a confié Luc Nadal.

Hervé Deiss

Vendredi 2 Février 2018



Lu 746 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse