Le nouveau contournement de Strasbourg au défi du grand transit


L’A355 de contournement ouest de Strasbourg est enfin ouverte. Elle porte l’objectif d’absorber 40 % du trafic local de poids lourds, par une interdiction voulue stricte de circulation du transit international sur l’ancienne autoroute longeant l’agglomération.


© Eurométropole de Strasbourg
© Eurométropole de Strasbourg
Cette fois, elle est bien ouverte, cette autoroute de contournement de Strasbourg qui aura tant fait couler d’encre. Alors que les innombrables procédures judiciaires contre sa réalisation par le groupe Vinci ne sont pas encore closes, elle voit circuler ses premiers véhicules depuis le 17 décembre. La rocade de 24 kilomètres poursuit un objectif principal : délester l’agglomération des poids lourds en transit entre le Nord et le Sud ou entre l’Est et l’Ouest de l’Europe.

Selon les projections de l’État et de Vinci Autoroutes, la désormais dénommée A355 est taillée pour absorber 7.000 camions par jour, soit environ 40 % du nombre qui empruntait jusqu’à présent l’A35 longeant Strasbourg. Celle-ci est passée dans le giron de l’Eurométropole pour devenir la RM (route métropolitaine) 35.

L’arme réglementaire a été brandie pour y parvenir. Imposé dans le contrat de concession avec Vinci, un arrêté conjoint de l’État, de l’Eurométropole et de la Collectivité européenne d’Alsace (succédant au conseil départemental du Bas-Rhin) interdit la circulation de transit des poids lourds de plus de 3,5 tonnes sur la M35 et les autres voies métropolitaines voisines qui l’irriguent (M351, M83, M350 et M352), ainsi que sur la RN4 et l’A4 jusqu’à leur échangeur respectif avec la nouvelle A355.

Il est entré en vigueur dès le 17 décembre. Sera-t-il respecté ? Et sinon, le contrôle par les forces de l’ordre, sous forme d’interceptions sur le réseau, sera-t-il efficace ? "Le contrôle automatique est actuellement impossible sur le plan réglementaire mais des discussions sont en cours au Parlement pour le permettre", souligne Pia Imbs, présidente de l’Eurométropole. Par ailleurs, la signalétique a été pensée pour diriger vers la nouvelle autoroute les conducteurs… du moins ceux qui ignorent les "chemins de traverse" locaux.

Péage, dissuasif ou non ?

Quant aux transporteurs régionaux, ils devront pouvoir justifier de leur activité de desserte de proximité en cas de contrôle, consistant en "un chargement, un déchargement, une remise du véhicule ou une réparation dans l’aire de l’Eurométropole", précise cette collectivité.

L’autre question clé concerne le niveau de péage et son caractère potentiellement incitatif…à chercher à éviter l’A355. Il est modulé en fonction de la tranche horaire et de la classe d’émission. Ainsi, un poids lourds Euro 4 devra s’acquitter de 10,40 euros pour un aller complet (le tronçon est divisé en deux sections à péage) la nuit de 20 heures à 7 heures, 13 euros entre 9 heures et 16 heures et de 19 heures à 20 heures, et 16,60 euros en heures de pointe, de 7 heures à 9 heures et de 16 heures à 19 heures.

Les tarifs correspondants pour un Euro 6 seront de 10,20, 11,80 et 15 euros.  L’addition paraît élevée aux premiers transporteurs régionaux contactés, à l’instar de Laurent Kimmel (société Kimmel) qui trouvent "cela très cher et impossible à répercuter sur les clients". À vérifier dans les prochains temps ce qu’en penseront pour leur part les transporteurs internationaux et l’attitude qu’ils adopteront en conséquence.

Mathieu Noyer

Mercredi 22 Décembre 2021



Lu 1944 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal