Le port de Rotterdam réduit son retard au troisième trimestre


La période de juillet à septembre a encore vu les trafics du port de Rotterdam diminuer comparé à 2019 mais elle a permis au premier port d'Europe d'atténuer l'écart avec le niveau d'activité qui était le sien avant la crise de la Covid-19.


© Port of Rotterdam
© Port of Rotterdam
Le port de Rotterdam a assisté à un léger rattrapage de ses volumes manutentionnés au troisième trimestre. Le leader européen a traité 103,4 millions de tonnes (Mt), soit 8 % de moins que l'an dernier à la même période. Cumulé sur les neuf premiers mois de l'année, l'écart est de 8,8 %, soit un peu mieux que les 9 % enregistrés à la fin du trimestre précédent.
Ce sont 322,3 Mt de marchandises qui sont entrées et sorties du port néerlandais entre janvier et septembre.
"De nombreux segments ont montré une nette amélioration", apprécie la direction du port, qui cite les vracs agricoles, le minerai de fer et ferraille, la biomasse et le trafic ro-ro comme ceux qui ont montré un " redressement fort ", jusqu'à "leur niveau d'avant Covid-19".
L'autorité portuaire a aussi relevé un accroissement important du nombre de conteneurs passés par ses quais de juillet à septembre comparé au trimestre précédent.

Rebond pour les conteneurs pleins

Le volume de conteneurs a diminué au troisième trimestre de 2,1 % en tonnage et de 4,4 % en EVP. Un recul "causé par la baisse de la demande plus importante en Europe qu'en Chine. Depuis le début de l'année, la diminution des importations de biens asiatiques s'est accompagnée d'une hausse des exportations vers l'Asie", analyse la direction du port néerlandais, qui cite la viande, les produits chimiques et le bois comme les marchandises les plus concernés par cette tendance.
Elle ajoute que l'amélioration de la compétitivité de Rotterdam dans le transbordement depuis la Scandinavie et la mer Baltique vers la Chine a contribué à augmenter ses volumes à l'export. "Cela signifie que le port renvoie moins de conteneurs vides que les années précédentes tandis que les importations depuis l'Asie dépassaient constamment les exportations", explique-t-on chez le numéro un mondial du transbordement en nombre de ports touchés selon l'ONU.

"La baisse des volumes de conteneurs est somme toute assez faible"


Sur les neuf premiers mois de 2020, les volumes conteneurisés ont donc diminué de 4,7 % en nombre d'EVP (10,67 millions) et de 2,1 % en tonnage (112,38 Mt). "Compte tenu du nombre de services annulés et de la sévérité de la crise de la Covid-19, on peut considérer que la baisse des volumes de conteneurs est somme toute assez faible", déduit la direction de l'établissement.
Alors que la pandémie s'éternise, Allard Castelein, le PDG de l'autorité portuaire, n'a pas plus de talent de divination qu'un autre mais il promet de maintenir un niveau d'investissement à même de développer l'emploi. Le programme gouvernemental Starter Motor sur les énergies renouvelables doit permettre de "créer des milliers d'emplois, générer des milliards pour le PIB et diminuer le volume des émissions de carbone rejetées dans l'atmosphère".

Brexit et transition énergétique

Toujours sur le segment des marchandises diverses, le trafic roulier, qui avait été durement touché au deuxième trimestre à cause de l'effondrement du transport de passagers avec le Royaume-Uni, a fait mieux que redémarrer. La direction portuaire y voit la conséquence d'un déstockage et de l'anticipation de la fin de la période de transition précédant le Brexit.
Cette activité a atteint 17,08 Mt sur les neuf premiers mois, en recul de 7,4 %.
Concernant les autres trafics, les vracs secs accusent un déclin de 18,6 % après trois trimestres, atteignant 45,5 Mt contre 56 Mt un an plus tôt. La conversion du secteur de la production électrique a pesé dans l'augmentation du volume de produits issus de la biomasse mais aussi dans la diminution des importations de charbon. La chute de la production d'acier dans l'hinterland de Rotterdam, en particulier en Allemagne, a contribué à l'amenuisement des livraisons de fer et de charbon. Sur trois trimestres, le tonnage de charbon a perdu 30 % (11,7 Mt) et celui de minerai de fer et ferraille 29 % (16,1 Mt). Quant à la hausse du volume de céréales, elle est justifiée par un surcroît d'importations.

Les liquides moins touchés que les solides

Les mesures de restriction de déplacement des populations pour lutter contre la pandémie ont généré la contraction de 10,4 % du trafic de vracs liquides, dont les flux pour neuf mois s'élèvent à 143 Mt. Les raffineries ont ainsi réduit leurs importations de brut (71,1 Mt, - 8 %). La baisse de la demande, notamment celle du transport aérien, a entraîné une chute des prix et donc des marges de raffinage au cours des trois trimestres. Cette logique a également entraîné une rétention des stocks. Les entrées et sorties de produits raffinés ont ralenti de 19 % (42,7 Mt).
Les importations de GNL se sont elles aussi allégées "du fait des importantes nouvelles réserves découvertes en Europe", estime l'autorité portuaire néerlandaise. Les échanges de cette catégorie de marchandise ont décliné de 8 %, pour 5,05 Mt manutentionnées, essentiellement à l'import (4,75 Mt, -5 %).
Enfin, on a constaté à Rotterdam une hausse des flux de biocarburants ainsi qu'une faible diminution des chargements de produits chimiques, concourant à la stabilité absolue de la famille des "autres vracs liquides", à 24,15 Mt.

Franck André

Jeudi 22 Octobre 2020



Lu 898 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2020 - 17:23 Le pavillon français affiche sa stabilité


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal