Le simulateur, au cœur de la sécurité du transport aérien



Le simulateur est un passage obligé dans la formation des pilotes © Airbus
Le simulateur est un passage obligé dans la formation des pilotes © Airbus
"Le simulateur, c'est un outil central dans la formation du pilote, au cœur de l'enjeu de formation et de l'enjeu de sécurité", explique Éric Prévot, commandant de bord sur Boeing 777 chez Air France et porte-parole pour les opérations aériennes de la compagnie. "Il n'y pas une profession plus formée, plus entraînée et plus contrôlée que celle de pilote de ligne", poursuit-il, soulignant une "exigence de remise en cause permanente".
Dans des hangars situés à proximité de l'aéroport de Roissy, les quelque 4.000 pilotes de la compagnie se relaient sur ces simulateurs pour éprouver leurs compétences tous les six mois, mais aussi pour se faire la main sur les nouveaux modèles qui arrivent dans la flotte et obtenir leur certification sur ces appareils.
L'aptitude à piloter en toute situation – normale ou dégradée par des événements météorologiques, des pannes ou un évènement particulier comme le feu ou une bombe à bord – est évaluée. De nouveaux scénarios sont injectés en fonction de l'évolution des facteurs de risques. "Il y a des scénarios récurrents que nous sommes obligés de satisfaire : les pannes moteurs, les atterrissages sans ou avec mauvaise visibilité...", décrit Patrick Berthon, instructeur. Le "pompage réacteur" en est un. Cette avarie qui peut être provoquée par exemple par l'ingestion d'un oiseau par les moteurs "est un phénomène connu et maîtrisé", grâce justement à un entraînement régulier à gérer ce type de situation, selon Éric Prévot.
En cas de modification sur un avion ou l'arrivée d'un nouvel appareil, le constructeur fixe avec l'Agence européenne de la sécurité aérienne les modalités de formation en volume d'heures et en qualité.

Des avions plus sûr et plus complexes

L'A350 est le dernier né des gros porteurs du constructeur européen Airbus, dont Air France vient de prendre livraison du premier de ses 28 exemplaires commandés. Dans le simulateur sur cet avion, l'enjeu est notamment de se familiariser avec la technologie de "l'affichage tête haute", qui permet au commandant de bord et au copilote d'avoir à la fois une vision de l'environnement extérieur et des données du vol dans un même écran à hauteur du regard.
C'est "un avion connecté avec des bases de données, par exemple météorologiques, qui permettent d'avoir des informations en temps réel" et "d'avoir des choix tactiques plus fins, plus sûrs et d'être plus efficaces au global", décrit Éric Prévot. "L'automatisation du cockpit permet d'être plus performant ; mais complexifie également la tâche des pilotes", souligne-t-il.
La formation des pilotes est une des questions qui entoure le retour dans le ciel du Boeing 737 Max, cloué au sol depuis plus de six mois après deux accidents. Les Canadiens exigent ainsi une formation des pilotes sur simulateur, tandis que les Américains jugent suffisante une simple formation sur ordinateur ou iPad pour des pilotes rodés au 737 NG, version précédant le Max.
"Le transport aérien, c'est le moyen de transport le plus sûr. On déclare tous les événements, et ensuite on a tous à cœur de les comprendre, les analyser et ensuite d'en tirer des enseignements pour faire en sorte qu'ils ne puissent plus se reproduire", assure Éric Prévot.
L'année 2018 a été la troisième année la plus sûre de tous les temps avec 15 accidents mortels d'avions de ligne, selon l'association spécialisée dans ce type de catastrophes Aviation Safety Network (ASN).

AFP

Vendredi 27 Septembre 2019



Lu 338 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy