Le sud-coréen STX évite la liquidation


Les banques créancières de STX Offshore & Shipbuilding ont approuvé de justesse le plan de restructuration de sa dette, évitant ainsi la liquidation du groupe sud-coréen majoritaire dans les chantiers navals de Saint-Nazaire.


Damen, Fincantieri, DCNS, CSSC, Genting Honk Kong, MSC et RCCL, éventuels repreneurs de STX © DSME
Damen, Fincantieri, DCNS, CSSC, Genting Honk Kong, MSC et RCCL, éventuels repreneurs de STX © DSME
Le sud-coréen STX évite la liquidation, ses banques créancières ayant approuvé vendredi 11 novembre le plan de restructuration de sa dette. Cet accord est intervenu une semaine après que le tribunal de commerce du district central de Séoul eut annoncé que quatre sociétés étaient candidates au rachat du groupe, jadis quatrième constructeur sud-coréen.

Saint-Nazaire, seule filiale rentable

STX Offshore & Shipbuilding se débat depuis des années avec des pertes croissantes provoquées par une gestion défaillante et une demande mondiale en berne. Le chantier naval de Saint-Nazaire, détenu pour un tiers par l'État français, est sa seule filiale rentable.
Un expert-comptable nommé par le tribunal a présenté vendredi 11 novembre les conclusions de son étude, estimant que STX pourrait lever 1.000 milliards de wons (787 millions d'euros) d'ici 2026 au travers de ses activités, de la vente d'actifs non essentiels et de nouveaux emprunts. "Le plan de réhabilitation est jugé faisable", a-t-il dit dans son rapport. En cas de rejet du plan, le groupe qui a demandé en mai son placement en redressement judiciaire aurait été liquidé.
La justice sud-coréenne s'était refusée la semaine dernière à identifier les quatre candidats au rachat de STX. Le "Seoul Economic Daily" avait, en citant des sources proches du secteur, rapporté que le néerlandais Damen, l'italien Fincantieri et le groupe naval français DCNS étaient sur les rangs.
Le quotidien "Ouest-France" s'est montré plus précis, citant le nom des quatre candidats repreneurs. Il s'agirait "de deux groupes asiatiques : China State Shipbuilding Corporation (CSSC) et Genting Honk Kong. Et de deux européens : le néerlandais Damen appuyé par deux croisiéristes (le suisse MSC et l'américain RCCL), et l'italien Fincantieri, concurrent de STX. Le groupe naval militaire français DCNS s'associerait à l'un de ces deux derniers candidats".
Mais pour l'heure, regrettait vendredi 11 novembre François Janvier de la CFE-CGC, "nous n'avons reçu aucune information officielle, ce ne sont que des supputations". Difficile de prendre position, complétait-il, alors qu'"aucun candidat ne nous a présenté son projet".
STX France, qui compte 2.600 salariés et fait travailler environ 5.000 sous-traitants, est en pleine forme. L'entreprise dispose d'un carnet de commandes très bien rempli, avec quatorze paquebots à construire d'ici 2026 pour deux gros clients, MSC Croisières et Royal Caribbean. STX France avait été revendu à STX en 2008 par le norvégien Aker Yards, qui l'avait racheté en 2006 à Alstom.
STX Offshore & Shipbuilding est sous le contrôle de ses créanciers depuis 2013, dont la banque publique Korea Development Bank. Ceux-ci ont lâché plus de 4.000 milliards de wons pour l'aider à faire face à ses échéances. Mais cela n'a pas suffi à remettre l'entreprise à flot et son endettement total atteignait 7.300 milliards de wons en juin.

AFP

Lundi 14 Novembre 2016



Lu 2001 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy