Le trafic transmanche prêt à inaugurer le Brexit


Dès le 1er janvier, le transport de fret et de passagers sera soumis aux nouvelles règles aux frontières découlant de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les autorités attendent des volumes plutôt modestes en janvier qui permettront peut-être de préserver la fluidité du trafic, malgré les formalités de douane et de contrôles supplémentaires.


© Port of Dover
© Port of Dover
Formalités douanières, contrôles phytosanitaires, passeports : même si le Royaume-Uni et l'Union européenne ont conclu un accord post-Brexit, les conditions de traversée de la Manche des personnes et marchandises changeront à partir du 1er janvier minuit. Aujourd'hui, 70 % des échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l'UE passent par Calais et Dunkerque et en moyenne, 60.000 passagers et 12.000 camions y transitent quotidiennement. Les entreprises devront se soumettre à des formalités dans les deux sens, et déclarer aux douanes françaises leurs marchandises, en amont sur internet, via le système informatique baptisé "frontière intelligente".

Moins d’1 % d’interpellations

Les plaques d'immatriculation, identifiées côté britannique à l'embarquement dans les navettes ferroviaires ou sur les ferries par des caméras, seront comparées au code-barres de la déclaration en douane présenté par le chauffeur. Sur la base d'une analyse de risques pendant le temps de la traversée, (1h30 par ferry entre Douvres et Calais, 35 minutes par le tunnel), la douane enverra à leur arrivée en France soit un feu vert aux chauffeurs, autorisés à continuer leur route, soit un feu orange, pour les arrêter. "Moins d’1 %" seront arrêtés sur la base des analyses de risques. Sans compter ceux n'ayant pas fait leurs formalités. Ce système sera utilisé dans tous les ports français de la façade Manche-Mer du Nord.

"Les opérateurs transmanche et l'État ont investi 40 millions d'euros"

Sur le volet sanitaire, quelque 230 vétérinaires et techniciens réaliseront les contrôles obligatoires à l'import pour les animaux vivants, denrées alimentaires d'origine animale et fruits et légumes, dans quatre services d'inspection vétérinaires et phytosanitaires (Sivep), à Calais, Dunkerque et à Boulogne-sur-Mer pour les produits de la mer. Le contrôle des documents des poids lourds d'Irlande - transportant de l'agneau par exemple - se fera de façon dématérialisée à distance. Les autres devront s'arrêter. Les services pourront ouvrir les camions, comparer documents et cargaison réelle ("contrôle d'identité") voire analyser une partie des produits pour en vérifier la qualité ("contrôle physique"). Entre 10 et 12 % du total des camions devraient être contrôlés aux Sivep.

Zones de stockage en Belgique

Les opérateurs transmanche et l'État ont investi 40 millions d'euros pour construire quais de contrôle des marchandises, parkings, voiries et système informatique. Pour les douanes, services vétérinaires et PAF, 700 fonctionnaires ou contractuels ont été recrutés. En cas de bouchons, ou s'ils ne sont pas à jour de leurs déclarations, les camions stationneront sur quelque 6.000 places de parkings réparties sur les ports, le tunnel, les parcs privés et les aires d'autoroutes. Les autorités pourront aussi enclencher un "plan zonal de gestion du trafic", imposant aux camions d'attendre en Belgique, dans des zones de stockage ou d'emprunter des déviations.

Côté britannique, le gouvernement a promis une aide de 200 millions de livres pour aider les ports à s'adapter. Mais il a refusé de débourser 33 millions de livres demandées par le port de Douvres pour doubler le nombre de cabines de contrôles de passeports par les forces de l'ordre françaises. De quoi faire craindre "frictions et retards",  a estimé sur la BBC le directeur du port, Doug Bannister. Les camions chargés dans leur pays de départ avant le 31 décembre 23h59 ne seront pas soumis aux nouvelles procédures, même s'ils passent la frontière après minuit. Les autorités s'attendent à une activité commerciale plutôt calme en janvier, après que les entreprises britanniques ont importé beaucoup de stocks en décembre.

Enfin pour ce qui concerne les ressortissants britanniques entrant en France, ils devront désormais pouvoir justifier de leur séjour. La Police aux frontières (PAF) tamponnera les passeports et pourra effectuer des contrôles approfondis. Le temps de contrôle à Douvres pourrait monter jusqu'à plus d'une minute par personne contre vingt secondes aujourd'hui. La préfecture de région des Hauts-de-France, qui veut conserver la fluidité du trafic - "la mère des batailles" -- pour éviter que les flux ne partent vers les ports belges ou néerlandais, considère toutefois que le contrôle des Britanniques "ne sera pas la priorité" : il ne s’agit pas d’une "nationalité à risques".

AFP

Lundi 28 Décembre 2020



Lu 1077 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal