Les ambitions turques en Méditerranée font remonter la tension


Forages gaziers unilatéraux, discours martial, déploiement de navires militaires : les démonstrations de force de la Turquie en Méditerranée orientale s'ancrent dans une stratégie baptisée "patrie bleue" visant à établir sa souveraineté sur des zones disputées.


Le nouveau navire de forage lancé par la Turquie © TPAO
Le nouveau navire de forage lancé par la Turquie © TPAO
Craignant d'être exclu du partage des immenses réserves de gaz naturel de la région, Ankara a déployé le 10 août des bâtiments de guerre dans une zone revendiquée par la Grèce, provoquant une escalade des tensions avec Athènes et l'inquiétude de l'Europe. Signe que la crise n'est pas finie, le président Recep Tayyip Erdogan, galvanisé par la découverte d'un important gisement gazier en mer Noire, a annoncé vendredi 21 août que son pays allait accélérer les recherches en Méditerranée orientale.
Ce "n'est pas seulement un combat pour nos droits, mais un combat pour notre avenir" qui se joue, a résumé Recep Tayyip Erdogan. "La défense de notre "patrie bleue" est aussi importante que celle de notre territoire", a-t-il ajouté.
Théorisée par le contre-amiral Cem Gürdeniz, la "patrie bleue" est une doctrine qui encourage Ankara à imposer sa souveraineté sur une zone de 462.000 km2 en mer Noire, Égée et Méditerranée. Elle est jugée nécessaire à "sa prospérité, sa sécurité et, même, son bonheur", selon le militaire aujourd'hui retraité. Si Cem Gürdeniz a créé cette expression en 2006, Recep Tayyip Erdogan ne l'utilise que depuis quelques mois, dans un contexte d'exacerbation du sentiment nationaliste après une tentative de putsch en 2016.

L'île de la discorde

Réfutant toute accusation d'expansionnisme, la Turquie soutient qu'elle ne réclame que ce qui lui revient de droit face aux revendications maritimes de la Grèce et de Chypre qu'elle juge démesurées. Ankara rejette notamment toute prétention des îles grecques situées au large des côtes turques à une zone économique exclusive, estimant que cela reviendrait à "emprisonner la Turquie à l'intérieur de ses rivages".
La petite île grecque de Kastellorizo, située à deux kilomètres au large d'Antalya, cristallise la colère turque. Selon Athènes, les eaux entourant cette île sont sous souveraineté grecque, ce qui priverait Ankara de dizaines de milliers de kilomètres carrés de mer riche en gaz.  "C'est risible", s'esclaffe le contre-amiral Gürdeniz, ajoutant, visage sérieux : "C'est une ligne rouge".
C'est précisément au sud de ce territoire que la Turquie a déployé ses navires le 10 août. La découverte d'importants gisements gaziers ces dernières années n'a fait qu'aggraver un différend ancien qui empoisonne les relations entre Ankara et ses voisins grec et chypriote.

Faire monter les enchères

"C'est un problème que la plupart des gouvernements de la région ont délibérément ignoré, car trop difficile à régler", souligne Muzaffer Senel, enseignant en relations internationales à l'Université Sehir à Istanbul.
L'emboîtement d'îles grecques dans le littoral turc et la rivalité entre Ankara et Athènes "rendent la situation extrêmement complexe", abonde Felicity G. Attard, spécialiste de droit maritime international à l'Université de Malte. La partition de Chypre complique aussi l'équation, selon elle : au nord, se trouve une République turcophone non-reconnue par la communauté internationale, qui revendique une zone économique exclusive admise uniquement par Ankara.
Mais pour Muzaffer Senel, la Turquie est consciente que ses revendications maritimes sont inacceptables pour la Grèce. Et si Recep Tayyip Erdogan défend publiquement sa "patrie bleue", c'est pour "annoncer sa position de départ avant des négociations". "La "patrie bleue" n'est pas un objectif réaliste", note un diplomate occidental, jugeant qu'Ankara "fait monter les enchères avant des tractations".

"Situation volatile"

Pour les experts, les coups de force de la Turquie traduisent aussi son isolement en Méditerranée orientale, où elle est en froid avec presque tous ses voisins. Pour donner du poids à ses revendications, Ankara a signé, en novembre 2019, un accord de délimitation maritime avec le gouvernement officiel libyen en échange d'une aide militaire, suscitant la colère d'Athènes.
Ankara investit aussi de façon importante dans la marine et doit mettre en service son premier porte-hélicoptères d'ici la fin de l'année. "La situation est volatile et toute erreur de calcul pourrait avoir de graves conséquences", note le diplomate occidental.
Recep Tayyip Erdogan "est pragmatique et sait que prolonger les tensions serait mauvais" ajoute-t-il, en citant la menace de sanctions économiques. Mais selon le contre-amiral Gürdeniz, Ankara défendra ses revendications maritimes coûte que coûte. "Même si des sanctions ou un embargo sont imposés à la Turquie, elle n'abandonnera pas".

Gokan Gunes avec Raziye Akkoc

Lundi 24 Août 2020



Lu 1256 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 17:19 UE-Mercosur : un rapport incendiaire remis à Castex


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal