Les chantiers navals coréens encore convalescents


Les chantiers navals coréens ont enregistré en 2017 de meilleurs résultats et un rebond des commandes. 2018 s’annonce toutefois encore comme une année compliquée et incertaine.


© DSME
© DSME
Sur les neuf premiers mois de 2017, les principaux chantiers coréens ont affiché des résultats positifs. Retournement de situation spectaculaire, DSME a, sur le troisième trimestre, ainsi réalisé 190 millions de dollars de profits contre 171 millions de pertes un an auparavant. Ils ont également enregistré un fort rebond des commandes, lesquelles ont atteint de janvier à novembre 5,74 millions de CGT pour l’ensemble de la construction navale coréenne.
Ils ne sont toutefois pas encore tirés d’affaire. Pour preuve, la récente annonce de Samsung Heavy d’émettre pour 1,2 milliard de dollars de nouvelles actions en 2018.  
Les bons résultats annoncés étaient en effet pour beaucoup le fruit des restructurations et des allègement d’effectifs qu’ils ont entrepris. Selon la Korean Shipbuilding Association, le secteur et ses sous-traitants ont supprimé 37.000 emplois en 2016 et 35.400 sur les six premiers mois de 2017.

Contrecoup des faibles commandes de 2015

Mais sur la fin d’année, ils ont commencé à subir le contrecoup du peu de commandes enregistrées en 2015 et des tarifs serrés alors pratiqués pour attirer les clients. Les ventes d’HHI, SMI et DSME étaient ainsi au troisième trimestre inférieures de 27,3, 37 et 19,8 % à celles de l’année précédente. D’où un recul des profits de 85,6 à 295 millions de dollars et de 21,6 à 77 millions de dollars pour HHI et SMI, ce dernier prévoyant même une perte de 449 millions de dollars pour l’année. Ce phénomène va en effet se faire pleinement sentir sur la fin 2017 et 2018.
Or dans le même temps, ils sont confrontés à une hausse du prix des plaques d’acier et à une difficulté grandissante à dégraisser tandis qu’ils ont un coût de main-d'œuvre plus élevé que leurs voisins, Japon excepté, et que les retraites d’employés autrefois pléthoriques pèsent sur leurs comptes.

"37.000 emplois supprimés en 2016 et 35.400 sur les six premiers mois de 2017"


De plus, il n’est pas dit que les commandes continuent à croître en 2018. "Le marché restera mitigé avant de repartir graduellement les années suivantes", estime April Kim de la Korean Shipbuilding Association. Par ailleurs, la concurrence sur les prix est féroce. De la part des chantiers chinois auxquels Pan Ocean vient par exemple de confier la construction de six navires de transport de minerai parce qu’ils étaient 10 % moins cher. Mais aussi et c’est nouveau de la part des chantiers singapouriens, Sembcorp Marine ayant remporté la construction de la coque et des quartiers d’habitation d’une plateforme pétrolière pour Statoil. "Il se dit qu’ils étaient moins chers de 100 millions de dollars. C'est inquiétant pour l'avenir car nous ne pouvons pas nous aligner sur de tels prix", souligne April Kim. Un écart attribué à l’emploi par les Singapouriens d’une main-d’œuvre à bas coût recrutée en Malaisie, en Inde et au Pakistan. Autre menace, pour être plus compétitif, Kawasaki Heavy Industries a décidé de réduire le pourcentage de navires réalisés au Japon de 40 à 25 % pour concentrer le reste dans sa filiale chinoise Nacks, un exemple que pourraient suivre d’autres chantiers japonais.
Les chantiers coréens attendent toutefois beaucoup du programme de modernisation de la flotte marchande du pays que le gouvernement a annoncé vouloir subventionner. Des rumeurs insistantes attribuent ainsi à HMM la volonté de commander par ce biais 10 à 20 navires en 2018. "Nous attendons d’avoir plus d’informations de l’État", confie April Kim. Ils espèrent aussi que la limitation des émissions de soufre va doper les ventes de navires à propulsion LNG et des plateformes FRSU, créneau sur lequel il se targuent d’être les spécialistes. "Mais les commandes sont pour l’heure encore limitées", tempère April Kim. De plus, les Chinois ont en partie comblé leur retard technologique en la matière grâce au recrutement d’ingénieurs licenciés par les chantiers coréens. La méga-commande de porte-conteneurs de CMA CGM le prouve.
Certains analystes estiment donc que les chantiers coréens ne devraient plus tout miser sur le haut de gamme, d’autant que les nouvelles réglementations environnementales prévues vont imposer de lourdes dépenses aux armateurs, les amenant selon eux à privilégier le prix dans leurs achats des années à venir.

Thierry Joly

Mercredi 17 Janvier 2018



Lu 862 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy