Les chantiers navals européens craignent d'y passer


Les entreprises de l'industrie navale européenne demandent à leur tour des aides spécifiques. L'un des rares secteurs industriels où l'Europe possède un avantage concurrentiel craint un retour de bâton dans les prochaines années, avec des armateurs fragilisés et des États asiatiques agressifs.


Si l'Asie domine le secteur du porte-conteneurs et du vraquier, la construction des paquebots est l'apanage des chantiers navals européens © Chantiers de l'Atlantique
Si l'Asie domine le secteur du porte-conteneurs et du vraquier, la construction des paquebots est l'apanage des chantiers navals européens © Chantiers de l'Atlantique
Sans mesures adaptées de l'UE, "l'Europe risque de perdre son secteur stratégique de l'industrie navale au profit de l'Asie", a lancé Kjersti Kleven, la présidente de Shipyards' and Maritime Equipment Association Europe (SEA Europe).
La représentante de la fédération professionnelle réclame des aides spécifiques en faveur d'"un secteur-clé pour le Green Deal, l'économie bleue, le transport des biens et des passagers, défense et la sécurité" et qui emploie "plus d'un million de personnes".
Comme ailleurs, les diminutions, voire les interruptions de production liées au Covid-19, mettent à mal la trésorerie des sociétés, "ce qui est particulièrement problématique" pour des entreprises de l'industrie lourde, un secteur à "forte intensité capitalistique", enchérit l'association.

"Garder en vie ce secteur stratégique pour l'Europe"


Mais la portée inédite de cette crise fait que cette réduction des capacités de production s'accompagne d'une baisse des commandes de construction, de réparation ou de conversion (retrofitting), reportées ou annulées par des armateurs eux aussi en difficultés.
Si elle se félicite du récent assouplissements des règles sur les aides d'État par la Commission européenne en réponse à l'épidémie, l'organisation réclame un plan complémentaire sur mesure pour le secteur des chantiers navals et de l'équipement maritime, ou "secteur des technologies maritimes". Un tel plan aurait pour effet non seulement de minimiser les conséquences économiques du Covid-19 mais aussi de "garder en vie ce secteur stratégique pour l'Europe", écrit SEA Europe, qui renvoie à son livre blanc publié en octobre 2019.

La croisière durement touchée

Le secrétaire général de la fédération soutient que les conséquences pour son secteur seront plus durables que pour les autres du fait de ses spécificités, et qu'elles "s'ajouteront aux graves distorsions de concurrences existant avec l'Asie". Une réalité qui a justifié, selon Christophe Tytgat, la création d'un groupe de travail interne.
Les adhérents du syndicat professionnel pensent que les effets les plus douloureux de la crise se feront sentir plus tard. Du fait de la corrélation entre l'environnement macroéconomique et les commandes dans ce secteur, du fait de délais de production longs – entre deux et trois ans généralement pour un navire – ou encore de sa dépendance à la fluidité de la chaîne d'approvisionnement "d'où découle 70 à 80 % de la valeur d'un navire", selon SEA Europe. Les professionnels européens s'attendent à moyen et long terme à un impact fort sur le segment des navires complexes, dont ils sont les leaders (ferries, paquebots, dragues, certains chalutiers et navires de service). Ils s'inquiètent particulièrement des commandes provenant des croisiéristes, durement touchés par la crise sanitaire et des commandes émanant du secteur pétrolier offshore.

50 % du marché mondial

À en croire SEA Europe, les 50 % de part de marché mondial de l'industrie navale européenne étaient déjà fragilisée par le protectionnisme, les tensions commerciales, les déséquilibres des marchés, et les politiques agressives de distorsion de concurrence menées par les États, en particulier asiatiques.
"La prochaine décennie déterminera si les chantiers navals européens continueront de croître ou s'ils déclineront jusqu'à disparaître", annonce l'association. Alors que la crise du Covid-19 a révélé le danger de la dépendance européenne à la production étrangère dans le domaine de la santé, SEA Europe invite à ne pas reproduire le schéma dans son secteur.

Franck André

Mercredi 8 Avril 2020



Lu 1900 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 22 Octobre 2020 - 15:52 Boeing songe à un nouveau modèle d'avion


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal