Les chimiquiers


Il s’agit de navires pouvant transporter une grande variété de produits chimiques grâce à leurs nombreux citernes et systèmes de tuyautage. L’enchevêtrement des tuyaux sur le pont est d’ailleurs une caractéristique distincte des chimiquiers. Avec les gaziers, il s’agit des navires de commerce les plus avancés à l’heure actuelle. Évidemment, la nature des produits qu’ils transportent les soumet à des normes de sécurité drastiques (Code IBC). Leurs cuves sont faites en acier inoxydable.


© Franck André
© Franck André
Environ 1.500 chimiquiers seraient en opération actuellement, pour un port en lourd total de 6 Mt.
Les produits transportés sont extrêmement variés : dérivés du pétrole, acides inorganiques, huiles de poisson, produits pharmaceutiques, mélasse, jusqu’aux produits chimiques les plus sophistiqués et plus lourds, tels que l’acide sulfurique, la soude caustique, le soufre...

Les premiers véritables chimiquiers furent construits dans les années 50, adoptant très vite les caractéristiques des navires modernes : petites cuves bien séparées, revêtements spéciaux, système de chauffage sophistiqué. Au début des années 60, les premiers « chimiquiers parcellaires » apparurent (voir ci-dessous), dotés de moyens de contrôle plus avancés, alarmes et détecteurs.

Catégories de produits :

- Les pétroliers/chimiquiers
Ils transportent à la fois du pétrole raffiné et des produits chimiques dans différentes cuves. Les produits qu’ils transportent sont à la fois les nombreux dérivés du pétrole et les produits chimiques « faciles », c’est-à-dire peu dangereux, comme l’octane ou le xylène.
- Les chimiquiers polyvalents ou parcellaires
Ils sont appelés ainsi car ils transportent de nombreux lots (ou « colis ») de produits sous des pressions différentes. Ils peuvent posséder 30 à 40 cuves, chacune équipée de sa pompe immergée et de son système de tuyautage.
- Les chimiquiers spécialisés
Ces navires ne transportent qu’un seul type de produit avec des propriétés particulières, pour lequel ils sont spécialement conçus. Le plus souvent, ils disposent d’un système de chauffage de la cargaison (soufriers, asphaltiers) ou d’un revêtement spécialisé (phosphoriquiers). En ne transportant qu’un seul produit, ils évitent la contamination.

Catégories de taille :

- Les barges et péniches sont utilisées sur les réseaux fluviaux notamment en Europe du Nord et disposent d’un port en lourd de 500 à 4.000 tpl. Elles servent essentiellement à approvisionner les industries éloignées des ports maritimes.

- Les caboteurs, entre 3.000 et 10.000 tpl, sont utilisés pour le trafic côtier, pour ravitailler les ports et les navires y faisant escale, là où un plus grand chimiquier ne pourrait aller. Ils sont utilisés en Europe, en Asie du Sud-Est et sur le continent américain.

- Les chimiquiers de haute mer, entre 10.000 et 50.000 tpl, sont en opération sur les grandes routes maritimes, reliant le continent américain, l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie.

Le marché du transport de produits chimiques

Le transport maritime de produits chimiques est à bien des égards particulier. Il comprend à la fois des cargaisons de vracs secs, de vracs liquides ou gazeux et des transports par conteneurs. Ce secteur complexe, par le nombre et les caractéristiques des marchandises ainsi que par la sophistication des navires, évolue sous la pression de trois phénomènes : la réglementation internationale qui devient plus stricte (les réglementations de référence sont notamment le code IBC et la convention Marpol (voir le chapitre « Les marchandises dangereuses »).

Avec 155,6 Mt, les transports de produits chimiques sous formes liquide et gazeuse représentent une part relativement faible du commerce maritime international (de l’ordre de 2 %) mais non négligeable de la valeur des échanges mondiaux (11 %). En vingt ans, les échanges ont été multipliés par 3,5.
 


< Fiche précédente     I     Sommaire général     I     Sommaire de section     I     Fiche suivante >







     

Les navires de charge “secs” | Les navires-citernes | Les autres navires





 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy