Les grandes alliances favorables à l'offre de services des grands ports français


À entendre les experts portuaires français de tous bords, on est amené à penser que les grandes alliances ont permis à certains ports nationaux tels que Le Havre d'enrichir leur offre de services tandis que d'autres, tels que les ports bretons, se demandent si la politique portuaire du gouvernement ne devrait pas les conduire à utiliser Haropa comme porte d'entrée. Débat…


Au SITL 2018, la conférence inaugurale du "Maritime Day" a porté essentiellement sur ce qu'attendent les ports français de la nouvelle politique portuaire du gouvernement et des effets des alliances sur l'offre de service  © Vincent Calabrèse
Au SITL 2018, la conférence inaugurale du "Maritime Day" a porté essentiellement sur ce qu'attendent les ports français de la nouvelle politique portuaire du gouvernement et des effets des alliances sur l'offre de service © Vincent Calabrèse
Intitulée "Portrait du marché maritime aujourd'hui", la conférence inaugurale du "Maritime Day" du salon SITL 2018 a brossé à larges traits le portrait du marché de la ligne régulière et ses retombées sur les ports français en tenant compte de la politique maritime présentée il y a quelques mois par le Premier ministre, Édouard Philippe. Après avoir laissé Olaf Merk, administrateur du Forum international des transports (FIT) de l'OCDE, rappeler les dernières opérations de concentration qui ont affecté le secteur de la ligne régulière depuis 2015, estimant que "les limites de la concurrence ont été atteintes", Jean-François Le Tallec, chargé des relations institutionnelles au sein du groupe CMA CGM, a souligné que le transport conteneurisé a progressé de 5 % en 2017 alors que le commerce mondial a marqué une hausse de 2,7 %. Le représentant du troisième armateur mondial a évoqué la politique environnementale du groupe pour sa flotte en matière de protection de l'environnement en soulignant le recours au GNL pour neuf porte-conteneurs de 22.000 EVP.
Quant à Manuel Flaix, de BRS, il a indiqué qu'on a continué à assister à une course au gigantisme dans le secteur du vrac. Il souligne que ces navires ont atteint une limite car ils rencontrent des problèmes de tirant d'eau dans certains ports. Selon lui, "la chasse au Nox et au Sox est devenue pour les vracs et le conteneur le grand défi de demain".
Hervé Cornède, le directeur commercial de Haropa, venu au SITL 2018 représenter l'Union des ports de France (UPF), a jugé, lui, que les trois grandes alliances mondiales ont bénéficié à des ports tels que Le Havre, ajoutant que le port normand a assisté à "un renforcement d'une offre de services". Il estime que "la chance des ports français est de compter des surfaces disponibles". Selon lui, "les grandes implantations européennes se font autour des ports et des aéroports".

"Une porte d'entrée mondiale ne peut être multiple"


Pour Hervé Cornède, les nouvelles technologies ont un impact. Il juge que "la numérisation, le soutage et les énergies renouvelables, la cybersécurité ainsi que la facilitation du passage de la marchandise sont autant d'éléments déterminants. Pour lui, le nouveau code des douanes de l'UE joue également un grand rôle.
Contrairement au directeur commercial de Haropa, le vice-président du conseil régional de Bretagne, Pierre Karleskind, se présente "comme grand témoin mais petit joueur". Il s'est demandé lors du "Maritime Day" du SITL 2018 "si tous les armateurs font leurs marges sur le dos des contribuables" et "comment maintenir les ports bretons dans la compétitivité dans le cadre de l'augmentation croissante de la taille des navires".
Et de s'interroger : "Pourquoi j'investis ?" Car, selon lui, "en raison du gigantisme, les stocks sont mobilisés sur les diverses étapes de la chaîne logistique". Une idée lui vient à l'esprit pour le trafic global de 6,7 Mt enregistré par les ports bretons en 2017 : "Acheminer ce tonnage par camion ou par bateau via Le Havre". Un point de vue qu'Éric Banel, le conseiller pour l'économie maritime et portuaire au secrétariat général de la mer, partage car il juge qu'"une porte d'entrée mondiale ne peut être multiple".

"L'économie de rente des ports français est finie"

L'ancien délégué général d'Armateurs de France explique : "Le modèle portuaire français est à bout de souffle". Selon lui, "les établissements publics sont confrontés à une hausse des dépenses régaliennes (du type travaux de dragage, voiries, etc.) et doivent assumer l'impôt sur les sociétés, une contrainte de l'UE". Il rappelle qu'ils ont vécu pendant de nombreuses années "grâce à une économie de rente avec les hydrocarbures". Et d'ajouter : "Cette économie de rente est finie".
Abordant la logique de corridor, il réaffirme les propos annoncés par Édouard Philippe selon lesquels la desserte portuaire de la France doit s'articuler autour de trois axes : l'axe Nord, l'axe Seine et l'axe Méditerranée. Il rappelle que l'État a confié des missions pour intégrer les ports de l'axe Seine, notamment. Autre volet abordé par Éric Banel, la simplification des CCS. "On a bien avancé avec Soget et MGI. Mais nous sommes restés très vigilants".
Le représentant du secrétariat général de la mer évoque également les thèmes de la domanialité ainsi que la décarbonisation souhaités par l'État.

Vincent Calabrèse

Mercredi 28 Mars 2018



Lu 1093 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy