Les marges des armateurs au plus haut depuis dix ans


Les taux de marge des principaux armateurs de ligne régulière ont atteint leur niveau le plus élevé depuis l'après-crise de 2008. La situation est cependant très différente. Cette fois, la demande de transport en sortie d'Asie et la chute du prix du combustible sont les principaux facteurs de ce regain alors que les volumes sont restés stables.


La forte présence de l'armement japonais ONE sur les lignes Est-Ouest a gonflé sa marge bénéficiaire © Port of Long Beach
La forte présence de l'armement japonais ONE sur les lignes Est-Ouest a gonflé sa marge bénéficiaire © Port of Long Beach
C'est la même chose après chaque crise. Mais cette fois, le film semble passer en accéléré. La page de la pandémie de Covid-19 n'est pas encore refermée et le bilan de ses conséquences économiques est loin d'être tiré, mais les armateurs ont déjà bénéficié de l'effet rebond.

La nature de la crise actuelle est, certes, bien différente de celle de 2008. Cette année, les opérateurs de ligne régulière n'ont même pas eu à plonger avant de renouer avec de larges profits, en tout cas pour les plus gros d'entre eux. Selon Alphaliner, les marges opérationnelles des dix premiers opérateurs mondiaux de ligne régulière – hors MSC qui ne communique pas cette donnée – ont atteint au troisième trimestre leur plus haut niveau depuis dix ans. Leur taux de marge bénéficiaire moyen est de 14,8 % entre juin et septembre 2020. Il était de 3,7 % un an plus tôt, de 2,6 au premier trimestre de cette année et de 8,5 % au deuxième. Cet indicateur avait atteint le pic de 16 % au troisième trimestre 2010 (10,7 % et 7,4 % aux trimestres précédent et suivant). Mais la crise et la baisse brutales des volumes avait fait plonger ce ratio jusqu'à - 19,2 % au cours de l'année précédente.

L'Asie principal moteur

Cette fois-ci, ce ne sont pas de brusques variations de la demande qui sont à l'origine des fluctuations des marges. En 2010, le passage d'une situation de surcapacité dramatique à une phase de forte demande sous l'effet d'un restockage industriel avait favorisé ce grand écart. Dans le cas de la crise de la Covid-19, "les bénéfices ont été stimulés par des taux de fret bien plus hauts en sortie d'Asie et par des coûts moins élevés", détaille Alphaliner.

La moitié de ce "top 10" a atteint un taux supérieur à 15 %. C'est le conglomérat japonais ONE qui a réalisé la meilleure performance, avec une marge de 21,8 %, suivi de l'armateur taïwanais Evergreen (19,9 %), de l'Israélien Zim (18,7 %) et du Coréen HMM (17,8 %).
 


Le consultant souligne que ces quatre-là ont la particularité d'affecter une large partie de leur flotte aux routes reliant l'Asie à l'Europe et à l'Amérique du Nord (voir tableau). Chacun d'entre eux consacre entre 52 et 83 % de sa capacité totale à ces lignes est-ouest très porteuses ces temps-ci, alors que l'usine du monde a rouvert ses entreprises avant l'Europe et les pays des autres continents.
"Zim et HMM ont enregistré des hausses de 17 et 27 % de leur taux de fret moyen sur un an", remarque ainsi le consultant, qui estime que les armateurs ont aussi tiré des revenus substantiels de leurs services exploitant les routes transpacifiques au cours du trimestre. Et de citer le Zim e-Commerce Express (ZEX) lancé en juin.

Dans ce tableau, Yang Ming constitue une exception. Alors qu'elle concentre 68 % de son offre sur les "liaisons asiatiques", la compagnie taiwanaise n'a atteint que 10,5 % de taux de marge. Mais elle sort, il est vrai, de deux années particulièrement difficiles et renoue tout juste avec les bénéfices.

Effet IFRS 16 et changement de paysage

Un peu moins portés, proportionnellement, sur les liaisons transpacifiques et reliant l'Extrême-Orient au Vieux-Continent, les européens CMA CGM, Maersk et Hapag-Lloyd ont vu leur moyenne de taux de fret par EVP s'améliorer de seulement 5, 4 et 0 %, respectivement, comparé au troisième trimestre 2019. Ceux-là ont davantage compté sur la baisse du prix du pétrole que sur une amélioration des conditions du marché pour dégager des profits supplémentaires. Leur taux de marge bénéficiaire s'est tout de même amélioré de 15,6 % pour l'opérateur français, de 13 % pour son homologue danois et de 11,6 % pour leur concurrent allemand.

"Ce n'est pas l'augmentation des volumes qui a aidé les armateurs à retrouver de confortables bénéfices"



"En cumulé, le taux de fret moyen par EVP pour les sept compagnies qui publient ce chiffre (Zim, HMM, CMA CGM, Maersk, Hapag-Lloyd, Yang Ming et Cosco) a augmenté de seulement 12 % au troisième trimestre sur un an", relève Alphaliner, qui souligne que cette valeur est bien inférieure aux 50 % de hausse du SCFI (Shanghai Export Containerized Freight Index) constatée sur la même période. Le marché asiatique à l'export a donc bien dopé les revenus des compagnies.

Ce n'est donc pas l'augmentation des volumes qui a aidé les armateurs à retrouver de confortables bénéfices. Le consultant estime ainsi que ceux-ci ont été stables dans l'ensemble pour ces sept armateurs : "Zim et Cosco sont les deux seuls à avoir enregistré des croissances significatives, de 5 et 7 %, alors que quatre ont connu une baisse".
Démonstration supplémentaire que ce pic est bien différent du précédent, les comptes bénéficient cette fois de l'introduction de la norme comptable IFRS 16 qui a pu gonfler les marges des armateurs en faisant sortir certains frais de location des charges d'exploitation.

Autre différence, mais pas la moindre, Alphaliner fait remarquer que la capacité du top 10 mondial a doublé en une décennie. Surtout, sa part de marché est passée d'un peu moins de 75 % fin 2009 à près de 82 % cette année.
 

Franck André

Mardi 8 Décembre 2020



Lu 2668 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal