Les pétroliers


Un pétrolier est un navire-citerne servant à transporter le pétrole ainsi que ses dérivés (essence). Pour le transport d’autres liquides, les navires ont d’autres appellations : les méthaniers pour le gaz naturel, les chimiquiers pour les produits chimiques. On les nomme également tankers (citernes) ou supertankers pour les plus grands.
Les transporteurs de pétrole brut sont les plus grands, dépassant les 100.000 tpl. Les transporteurs de produits raffinés sont plus petits. Près de 10.000 pétroliers sont en opération actuellement, pour un port en lourd total de 475 Mt, soit le plus important tonnage (34 %) de la flotte mondiale.


© GPMM
© GPMM
On peut classer les pétroliers selon leur taille ou suivant le type de produits qu’ils transportent.

Selon les produits transportés :

- Les transporteurs de brut, qui acheminent le pétrole brut des champs de production jusqu’aux raffineries, sur de grandes distances. Ce sont très souvent de très grands navires, dépassant les 100.000 tpl.
- Les transporteurs de produits raffinés, dont certains sont spécialisés dans le transport d’essences  « propres » (kérosène et lubrifiants) et possèdent des pompes séparées suivant les produits. D’autres transportent les produits « sales », comme les résidus du raffinage.

Par taille :

- Les supertankers acheminent les produits pétroliers sur de grandes distances.
- Les pétroliers classiques pour les moyennes distances.
- Les ravitailleurs et navires d’allègement permettent de ravitailler les autres navires ou d’alléger les pétroliers trop gros pour accéder à certains terminaux. Ils possèdent des équipements spéciaux permettant l’amarrage à couple et le transfert de pétrole. Certains sont conçus pour s’approcher des plates-formes pétrolières.
- Les pétroliers côtiers transportent différents types de produits dans les estuaires et le long des côtes. Ils doivent avoir des dimensions limitées et une bonne manœuvrabilité pour pouvoir se glisser dans les passages étroits.
- Les barges sont très utilisées sur le continent nord-américain, où elles assurent 60 % du trafic intérieur de pétrole. Elles peuvent être poussées ou tirées par un remorqueur.

Double coque ?

On distingue communément les pétroliers à coque simple et ceux à coque double (c’est-à-dire double fond et double coque sur les flancs). En effet, dans ce concept, les cales sont isolées du contact direct de la mer par une ceinture de ballasts. Un espace, en général de 2 mètres, sépare ces deux coques. En cas d’avaries, le pétrole se déverse dans cette capacité et non dans la mer.
Le principe de la double coque, quoique largement répandu, fait l’objet de nombreuses controverses.
Après l’accident de l’Exxon Valdez aux États-Unis, l’Oil Pollution Act, voté en dix-huit mois par le Congrès américain, a obligé le recours aux doubles coques, qui est une condition impérative pour l’entrée du pétrolier dans un port américain. Sous la pression des États-Unis, l’organisation maritime internationale (OMI) a rendu obligatoire la double coque dans le cadre de la convention Marpol 73/78. Les navires pétroliers à simple coque seront interdits d’ici 2015 en Europe.
Pour les professionnels, notamment les experts de la société de certification Bureau Veritas, les doubles coques ont été imposées davantage par mimétisme que par choix réfléchi. Cette mesure a permis de mettre à la casse les vieux pétroliers. Les doubles coques comptent à leurs yeux un certain nombre d’inconvénients, facteurs de risques : difficulté d’entretien pour les marins, augmentation du poids, de la taille du navire pour la même quantité transportée, de la surface à protéger de la corrosion et de la surface à inspecter. Des micro-fissures au niveau des cuves peuvent laisser échapper des hydrocarbures gazeux. Prisonnières du vide situé entre les deux parois, ces substances peuvent alors transformer le navire en « bombe flottante ».

Les différentes tailles de pétroliers

- Les jumbo de 5.000 tonnes des années 50

- Les VLCC (Very Large Crude Carriers)
Ils ont un port en lourd de 150.000 à 320.000 tonnes (années 60).
Ils ne peuvent emprunter ni le canal de Suez (sauf allégement) ni celui de Panama et doivent passer par les grands caps. Ils ne transportent que du pétrole brut, depuis les grands centres de production (principalement au Moyen-Orient) vers les terminaux européens, américains et est-asiatiques. La plupart ne sont plus en service.

- Les ULCC (Ultra Large Crude Carriers)
Ces géants ont un port en lourd est supérieur à 320.000 tonnes (années 70). Plus d’une centaine de navires de cette taille ont été construits mais peu sont encore en activité. Ils ont également été mis à mal par la crise pétrolière des années 70.

- Les aframax
Leur port en lourd est compris entre 80.000 et 120.000 tonnes. Le nom provient du système de jauge Average Freight Rate Assessment (Afra), les aframax étant les plus grands dans ce système de jauge. Cette classe comprend le gros de la flotte des transporteurs de brut, utilisés dans les bassins de la mer Noire, des Caraïbes, de la mer de Chine et de la Méditerranée. Pour les plus longs voyages (depuis le Moyen-Orient vers l’Europe et l’Amérique du Nord), les pétroliers de type suezmax et les VLCC sont préférés. Ces navires sont célèbres non pour leur taille et l’exploit technique de leur construction, mais aussi pour les marées noires associées à leurs avaries (l’Exxon Valdez, l’Amoco Cadiz, l’Erika, le Prestige...).

- Les suezmax de 150.000 tonnes

- Les panamax jusqu’à 79.000 tonnes

- Les malaccamax de 300.000 tonnes de port en lourd
 


< Fiche précédente     I     Sommaire général     I     Sommaire de section     I     Fiche suivante >







     

Les navires de charge “secs” | Les navires-citernes | Les autres navires





 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy