Les professions fluviales à l'heure de la croissance verte


Entreprises fluviales de France (E2F) a signé des engagements pour la croissance verte dans la voie d'eau. Une politique pour l'association des acteurs du fluvial qui reçoit le soutien de l'État.


Jean-Baptiste Djebbari et Didier Leandri © Clotilde Martin
Jean-Baptiste Djebbari et Didier Leandri © Clotilde Martin
C'est pour une durée de quatre ans qu'Entreprises fluviales de France (E2F) s'implique dans la croissance verte. Les engagements ont été signés à l'issue de sa dernière assemblée générale qui s'est déroulée à Paris.
La politique environnementale de l'organisation professionnelle des transporteurs nationaux de la filière doit recevoir le soutien de l'État. En a témoigné la présence de de Jean-Baptiste Djebbari, le ministre chargé des Transports, qui a rappelé les 175 millions d’euros ont été attribués au fluvial dans le plan de relance visant à "rattraper le retard sur l’état du réseau, d’accompagner le secteur dans la reprise" mais aussi "d’avancer sur des sujets nouveaux comme la logistique urbaine".
Le contrat d’objectifs et de performance (COP) signé fin avril qui consacre des moyens financiers importants pour Voies navigables de France (3 milliards d’euros sur dix ans) représente un autre "engagement fort pour développer l’activité fluviale".

En route vers la neutralité carbone

Selon le ministre, ces engagements pour la croissance verte (ECV) de la filière fluviale ont "un objectif qui est de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre et de mobiliser les moyens pour innover". Pour sa part, Didier Léandri, le président d'E2F, a indiqué que "les ECV proposent un processus et une méthodologie pour progresser vite et bien sur la transition énergétique".
Ces ECV doivent faciliter le verdissement des flottes et la transition énergétique du fluvial, valoriser le savoir-faire de ce mode et son engagement au service de la transition écologique. Cela passe par le déploiement de l’électrification des quais sur chaque bassin de navigation (avec pour objectif 150 bornes d’ici 2024) et l’expérimentation des solutions alternatives de motorisation à faibles émissions ou plus généralement innovantes.
Parmi les signataires, aux côtés de l’État et d’E2F, VNF, Haropa, la communauté portuaire de Paris, les groupes CFT/Sogestran et Lafarge Holcim, la société AS Energy, TLF et l’AUTF. D’autres signatures devraient suivre dans les semaines à venir.

Améliorer le passage portuaire du fluvial

L'assemblée générale de l'association a aussi permis d’aborder quelques priorités pour la filière fluviale dans le contexte de la reprise économique. L’infrastructure étant l’outil de travail indispensable des acteurs de la voie d'eau, la (re)mise à niveau du réseau demeure une priorité ainsi que la réalisation des grands projets structurants comme Seine-Nord Europe, Mageo et Bray-Nogent.
La compétitivité des entreprises constitue un autre axe majeur et nécessite un soutien à l’investissement avec le respect des règles sociales et de concurrence. D’autant plus que celle-ci est exacerbée avec des pratiques des pavillons étrangers sur les parties internationales du réseau fluvial (Nord-Est et Nord-Pas-de-Calais) qui apparaissent à la limite de la légalité.
La stratégie d’axe et le passage portuaire demeurent essentiels, la situation étant plus favorable sur l’axe Seine que sur le bassin Rhône-Saône-Méditerranée. Une mission a été confiée au préfet François Philizot par le ministre chargé des Transports sur la "facturation des prestations de manutention fluviale dans les ports maritimes", avec une remise de rapport programmée en octobre 2021.

Clotilde Martin

Jeudi 8 Juillet 2021



Lu 1110 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Septembre 2021 - 11:53 Un semestre de relance pour le port de Strasbourg


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal