Les rouliers : les porte-voitures et camions



© Franck André
© Franck André
Aussi appelés « ro-ro », abréviation de  Roll-On,  Roll-Off , ces navires sont adaptés au transport de camions, de semi-remorques, de tracteurs, machines agricoles, engins de BTP... Ils peuvent aussi convenir pour les conteneurs ou les caisses mobiles. Quelque 1.400 navires rouliers sont en service dans le monde, pour une capacité avoisinant les 7 Mtpl.

L’appellation « ro-ro » fait référence avant tout à la technique de manutention. On charge et décharge les colis en les faisant rouler depuis la rampe « ro-ro » portuaire (quand elle existe) vers la rampe mobile du navire. Le « ro-ro » s’oppose à la technique du « lo-lo » (Lift On/Lift Off), qui a recours au chargement vertical, utilisée plus traditionnellement sur les navires équipés de grues ou sur les porte-conteneurs. Certains navires combinent les deux techniques et sont alors appelés « conro » pour les rouliers transportant des conteneurs et de « ropax » pour ceux transportant des passagers.

Le tirant d’eau des navires rouliers est assez faible, ce qui ne leur confère pas une grande stabilité et limite les possibilités d’utilisation interocéanique. En revanche, ils sont particulièrement adaptés au cabotage sur de courtes distances.

Le navire « ro-ro » est aménagé en parkings dont les différents niveaux sont accessibles au moyen de rampes tournantes ou de systèmes d’ascenseurs verticaux. La rampe est située généralement à l’arrière et vient s’adosser au quai ou à la rampe « ro-ro » du port pour les manœuvres d’accostage. Les cadences de chargement et déchargement sont limitées à quelques heures, ce qui est appréciable, le navire étant un centre de coût quand il est au port. Il est également un vecteur essentiel de l’intermodalité dans le transport puisqu’il permet d’embarquer des contenants (conteneurs, caisses mobiles, camions…) sans toucher au contenu. Il n’y a ainsi pas de ruptures de charge. La capacité des rouliers s’exprime en mètres linéaires (ou trailers, équivalents remorques).

Les transporteurs de véhicules ou car carriers

Coupe transversale d'un car carrier © Wallenius-Wilhelmsen
Coupe transversale d'un car carrier © Wallenius-Wilhelmsen
Il s’agit de navires utilisés principalement pour le transport de voitures et autres véhicules. Ils sont surtout utilisés sur les routes Europe-Asie-États-Unis. À l’origine, les rouliers répondaient à ce besoin.

En 1973, la compagnie maritime japonaise “K” Line construisit l’European Highway, le premier pur car carrier qui pouvait embarquer 4.200 automobiles. Aujourd’hui, les transporteurs de voitures et leurs proches cousins (les transporteurs mixtes voitures-camions) sont devenus une classe à part entière. On les distingue facilement par leur structure très carrée et entièrement fermée, sorte de grosse boîte d’acier couvrant toute la longueur et la largeur de la coque avec de grosses rampes repliables à l’arrière et sur le côté du navire. Les transporteurs mixtes comportent des ponts mobiles permettant d’adapter leur hauteur à celle des véhicules transportés. Ainsi, un navire peut avoir trois ponts mobiles sur douze, dont la hauteur varie de 1,70 à 6,70 mètres, pour embarquer des camions.

La capacité des grands transporteurs de véhicules actuels utilisés en trafic trans-continental atteint régulièrement 7.000 voitures. Une grande partie de cette flotte dépasse les 200 mètres de long et les 30 mètres de large. Le plus grand transporteur actuel est le Tonsberg, de la compagnie suédo-norvégienne Wallenius-Wilhelmsen. Ce car carrier lancé en 2011 mesure 265 mètres de long pour 32 mètres de large et peut embarquer 8.000 voitures sur ses treize ponts.

Les principales compagnies exploitant des transporteurs de véhicules sont :
- Wallenius-Wilhelmsen (Suède/Norvège)
- Hoëgh-Autoliners (Norvège)
- Eukor Car Carriers (Corée du Sud)
- “K” Line (Japon)
- NYK (Japon)
- Mitsui OSK Lines (Japon)


Fiche précédente     I     Sommaire général     I     Sommaire de section     I     Fiche suivante >







     

Les navires de charge “secs” | Les navires-citernes | Les autres navires





 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy