Les routiers gagneraient-ils à rouler plus vert ?


Éliminer progressivement les émissions de CO2 du transport routier de fret permettrait de réduire les importations de pétrole d’un milliard de barils d’ici 2030 et permettrait de créer 120.000 emplois en Europe. Telles sont les conclusions du rapport de Cambridge Econometrics sur un transport routier plus vert.


La version électrique de l'Actros © Daimler Trucks
La version électrique de l'Actros © Daimler Trucks
La Commission européenne garde le cap sur les polluants locaux avec la norme Euro 6D en vigueur pour tous les camions neufs dès le 1er septembre 2019 assortie d’un contrôle renforcé sur leurs performances durant sept ans ou 700.000 km.
Voilà qu'elle s’attaque aujourd’hui aux gaz à effet de serre du transport routier de marchandises. Les constructeurs de véhicules industriels sont ainsi sommés de trouver de nouvelles solutions pour relever le défi carbone dès… le 1er janvier 2019. À cette date, ils devront déclarer la consommation de carburant et les émissions de CO2 de leurs nouveaux modèles. Puis à l’horizon 2025, les émissions de CO2 de ces derniers devront être inférieures de 15 % à celles de 2019 puis, en 2030, un objectif de 30 % est envisagé. Pour déterminer la consommation et les émissions de CO2 des camions, l’Europe a défini des procédures harmonisées et certifiées autour de l’outil baptisé Vecto (Vehicle Energy Consumption Calculation Tool).

Réduire la dépendance énergétique

Sachant que les émissions de CO2 sont étroitement liées à la consommation des véhicules, le cabinet Cambridge Econometrics a réalisé une étude pour évaluer les conséquences économiques et sociales d’un transport routier de fret durable et sobre en carburant. Aujourd’hui, le secteur représente moins de 5 % des véhicules en circulation mais contribue à hauteur de 22 % aux émissions du transport routier en Europe.

"Un besoin d’investissement de 80 à 140 milliards d’euros d’ici 2050"


Selon un scénario "au fil de l’eau", les émissions du secteur progresseraient de 10 % d’ici 2030 et de 14 % d’ici 2040 par rapport à 2015.  À l’inverse de nouvelles normes en matière d’efficacité énergétique des camions mises en place dès 2021 auraient pour conséquence "de réduire les dépenses d’importation de pétrole de l’Europe d’environ 11 milliards de barils cumulés d’ici 2050", assure le consultant. Pour atteindre ce résultat, les solutions préconisées mixent l’amélioration des rendements énergétiques des gammes actuelles, l’incorporation d’une part plus importante de composés renouvelables dans les carburants fossiles et le développement de nouvelles motorisations, notamment électriques, gaz naturel et hydrogène.

120.000 emplois nets

Sur le front de l’emploi, les hypothèses de l’étude agrègent la baisse jugée "limitée" des effectifs dans le secteur pétrolier et l’augmentation des besoins dans la filière automobile ainsi que dans les infrastructures et la production d’énergies renouvelables locales. Sur cette base, "d’ici 2030, le passage à des camions à faible émission permettrait de créer plus de 120.000 emplois nets en Europe", affirme Cambridge Econometrics. En contrepartie, l’analyse met en lumière un besoin d’investissement dans de nouvelles infrastructures énergétiques évalué entre 80 et 140 milliards d’euros d’ici 2050. Elle souligne également "le besoin d’investir dans la formation et le recyclage professionnel dans les secteurs de l'automobile et des carburants".

Érick Demangeon

Lundi 24 Septembre 2018



Lu 1122 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy