Les taux de fret à des niveaux record dans le sillage de la pandémie


Dix-huit mois après le déferlement de la pandémie, les taux de fret continuent de voguer à des niveaux record dans le secteur du conteneur. Tandis que les chaînes logistiques restent perturbées, les caisses des armateurs ne désemplissent pas.


© Port of Hamburg
© Port of Hamburg
"Nous sommes pratiquement à court de navires et de conteneurs vides, ces derniers étant pratiquement tous au mauvais endroit, à savoir partout ailleurs qu'en Asie prêts à être chargés", explique le dirigeant du cabinet de consultant Sea Intelligence Alan Murphy.
L'indice Freightos Baltic a plus que triplé en un an à presque 7.000 dollars pour un voyage de la Chine vers la côte Ouest des États-Unis.
Le voyage vers l'Europe a quant à lui dépassé les 10.000 dollars, contre à peine 1.600 dollars l'an dernier à la même date. Alan Murphy n'a pas le souvenir d'une telle situation, car au contraire "ces dix dernières années avaient été très mauvaises pour le transport conteneurisé".
Écrasées par la surcapacité, "les compagnies maritimes perdaient littéralement de l'argent à chaque fois qu'elles déplaçaient une boîte", rappelle-t-il.

Appétit de la consommation

Le début de la vague de Covid-19, qui a eu comme première conséquence la paralysie quasi complète du transport maritime mondial, n'augurait rien de bon, avec "une baisse sans précédent de la demande", se souvient Didier Rabattu, de Lombard Odier Investment Managers.
C'était sans compter sur l'appétit de consommation des Américains et des Européens, qui ont reporté sur les biens matériels – importés d'Asie par voie maritime – l'argent que les confinements les empêchaient de dépenser en sorties ou en vacances.
"Imaginez le nombre de téléviseurs que vous pouvez acheter si vous ne partez pas une semaine au ski à quatre", ironise Paul Tourret, directeur de l'Institut supérieur d'économie maritime (Isemar).
Les opérations de chargement et déchargement perturbées par le manque de main-d'œuvre, certains dockers étant malades, des mesures sanitaires contraignantes et des événements imprévus comme l'embouteillage monstre après l'échouage du porte-conteneurs "Ever Given" dans le canal de Suez à la fin du mois de mars, n'ont fait qu'amplifier le phénomène.
Conséquence financière, les opérateurs de ligne régulière ne se sont jamais aussi bien portés. Le groupe marseillais CMA CGM a ainsi affiché un Ebitda (résultat brut d'exploitation) de plus de 3 milliards de dollars sur le seul premier trimestre 2021 pour la seule activité maritime, en progression sur un an de 227 %.

"Pas de retour à la normale pour le marché avant six mois"


Son concurrent danois AP Møller-Maersk a annoncé un Ebitda de 4 milliard de dollars, contre 1,2 milliard au cours des trois premiers mois de 2020 et un bénéfice en hausse de 35 %, à 3,4 milliards.

"Une discipline, ne rien brader"

"Il est vrai que les armateurs gagnent beaucoup d'argent en ce moment", constate Paul Tourret, "mais c'est aussi le moyen pour eux de renouveler les flottes, d’accélérer les programmes de gaz naturel liquéfié (GNL)". Les commandes de constructions neuves ne cessent de progresser.
CMA CGM en a d'ailleurs passé une en avril portant sur 22 porte-conteneurs, dont 12 propulsés au GNL.
Le transport maritime est "un des principaux émetteurs de dioxyde de soufre", rappelle Paul Tourret.
Le prix du transport de conteneurs est lié à l'importance de la demande, mais aussi de la capacité de l'offre à y répondre. "Que les armateurs décident ou pas de se livrer une guerre commerciale" joue beaucoup, souligne le directeur de l'Isemar. "Aucun d'entre eux n'a intérêt à tirer les prix vers le bas. Leur discipline collective aujourd'hui, c'est de ne rien brader", ajoute-t-il.
La situation, dont certains estimaient il y a quelques mois qu'elle ne se prolongerait pas, s'inscrit dans la durée. "Si vous transportez des denrées périssables dont la valeur sera réduite à zéro si elles ne bougent pas, combien êtes-vous prêt à payer ?", enfonce Alan Murphy.
Le délégué général d'Armateurs de France Jean-Marc Lacave, rejoint par de nombreux experts, n'attend pas un retour à la normale avant le premier trimestre 2022. "Je pense qu'on a atteint un pic. Si la demande continuait à augmenter, le risque n'est pas négligeable que les prix puissent encore augmenter un peu, mais on est plutôt au sommet de la bosse", estime-t-il.

Benoît Pèlegrin avec Jean Liou

Lundi 5 Juillet 2021



Lu 3346 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal