Les transporteurs franciliens préparent la sortie du diesel


La transition énergétique a débuté à Paris et en Île-de-France. Pour les transporteurs franciliens, elle suppose le renouvellement des parcs et une distribution d’énergies alternatives adaptée. Si des pistes existent pour réduire la congestion routière, de nouvelles concurrences inquiètent.


© Geodis
© Geodis
D’ici 2024, la ville de Paris interdira les motorisations diesel limitant l’accès à la capitale aux seuls véhicules équipés de vignettes Crit’Air 0 et 1. La région Île-de-France envisage de lui emboîter le pas avec une interdiction en petite couronne dès 2025 puis en 2030 sur l’intégralité de son territoire.

Élisabeth Charrier, secrétaire générale de la FNTR Île-de-France © FNTR
Élisabeth Charrier, secrétaire générale de la FNTR Île-de-France © FNTR
"Les transporteurs routiers ont conscience de ces échéances mais cette transition est un défi", reconnaît Élisabeth Charrier. Pour justifier sa position, la secrétaire générale de la FNTR Île-de-France rappelle que "la flotte des transporteurs franciliens est à 90 % diesel, 9 % au gaz et 1 % électrique. En 2020, le parc non diesel s’élèvera autour de 25 % et à 60 % environ d’ici 2024. Dans ce contexte, quelques membres envisagent de renoncer à livrer Paris" à défaut de dérogations pour certains matériels spécifiques comme les toupies ou gréés avec peu de kilomètres et aux cycles de renouvellement longs.

Manque de cohérence

Les deux collectivités accompagnent cette transition par des mesures financières qui se cumulent à celles de l’État comme le surmortissement et de l’Ademe. À l’attention des transporteurs jusqu’à 50 salariés à Paris, dans les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, la ville de Paris attribue dans la limite de cinq véhicules par entreprise des aides de 3.000 à 9.000 euros pour l’acquisition de camions de 3,5 tonnes et plus. Le soutien de 9.000 euros est ainsi décerné aux poids lourd électriques, à hydrogène ou au gaz naturel. Si la Région propose des aides semblables, elles ne s’adressent qu’aux transporteurs pour compte propre, dénonce Élisabeth Charrier. Un autre problème concerne le réseau de distribution d’énergie. "Pour les véhicules électriques, il est insuffisant sur toute l’Île-de-France avec aucune borne de recharge rapide ni d’installation dédiée aux transporteurs". Quant au gaz, les stations GNV se développent à l’initiative des énergéticiens et des pétroliers tels que Total et son réseau AS24. "La région est également investie au travers du Sigeif". D’une douzaine de stations aujourd’hui, le réseau doublera en 2019 avec une difficulté : trouver le foncier pour leur aménagement. À Paris et sur le périphérique, aucune station GNV n’existe en revanche dans l’attente de constructions annoncées Porte d’Aubervilliers.

Pistes d’amélioration

Si le Grand Paris et les jeux Olympiques 2024 sont synonymes d’une demande en transport en hausse, au quotidien, la congestion routière limite la performance des transporteurs. "Elle a pour conséquence d’allonger les temps de trajets et de dégrader les conditions de travail des conducteurs". Malgré des perspectives d’activités favorables, l’enjeu "est de garder nos conducteurs et de pouvoir en recruter de nouveaux".

"La transition énergétique est un défi pour les transporteurs routiers franciliens"


Parmi les pistes susceptibles d’améliorer cette situation, Élisabeth Charrier évoque "une gestion rationnelle des aires de livraison, l’usage partagé des voies réservées" ou "le recours à des bases logistiques mobiles et de livraison dédiées. Aussi pertinents soient-ils, les projets d’hôtels logistiques s’adressent à des grands groupes et les TPE-PME y accèdent difficilement". Consciente de ces difficultés, la ville de Paris propose des subventions visant à promouvoir les livraisons à horaires décalés. Quant à l’idée d’un péage urbain, son périmètre et son mode d’application ne font pas consensus sachant que les transporteurs franciliens paient déjà 2 centimes de plus chaque litre de gasoil par rapport aux autres régions.

Concurrence déloyale

Deux dossiers perturbent enfin le fonctionnement du marché du transport routier en Île-de-France. Bien connu, le premier concerne le développement des utilitaires étrangers mais également français non inscrits au registre des transporteurs routiers. "Il s’agit d’une concurrence déloyale invisible très importante dans la région". Les plateformes d’intermédiation non inscrites au registre des commissionnaires est une autre menace. "Leur nombre se multiplie et pose la question de la sécurité et de la responsabilité de ces acteurs".

Érick Demangeon

Mardi 7 Août 2018



Lu 788 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy