Les véhicules neufs à l'import d'Europe, fer de lance de l'activité portuaire guyanaise


Pour le Grand Port maritime de Guyane, l'année 2016 s'est montrée plus favorable qu'en 2015 en matière de trafic. À l'exception des vracs solides, tous les indicateurs sont passés au vert. Au premier trimestre 2017, l'activité a en revanche baissé. La direction de l'établissement portuaire souligne que les véhicules neufs à l'import restent le fer de lance du département.


© Ports de France
© Ports de France
"Nous sommes passés d'un poids net à un poids brut en 2016.  Nous avons atteint 805.100 tonnes en 2016 contre 736.612 tonnes de poids brut en 2015", indiquent le président du directoire du Grand Port maritime, Philippe Lemoine, et Rémy-Louis Budoc, membre du directoire du GPM, en expliquant que le mode de calcul a changé l'an dernier en Guyane. Selon ce dernier, la progression s'est élevée à 9,3 % en un an. L'import, à 724.000 tonnes, a représenté l'an dernier quasiment 90 % du trafic global.
Les marchandises diverses sont passées de 417.800 tonnes en 2015 à 467.730 tonnes l'an dernier, progressant de 11,9 %. La filière des hydrocarbures a augmenté de 8,9 % pour atteindre 258.412 tonnes. Quant au trafic roulant, il a marqué un bond de 25,9 %, à 10.752 tonnes. Selon Rémy-Louis Budoc, le port a comptabilisé 6.177 véhicules neufs, contre 4.898 en 2015. Il attribue cet essor "au renouvellement de l'équipement des ménages". Il souligne que la majeure partie de ces véhicules sont en provenance d'Europe.
À 57.950 EVP (dont 33.000 EVP pleins), le trafic conteneurisé a progressé en un an de 5,72 %. "Il s'agit davantage de conteneurs de 40 pieds que de 20 pieds", souligne le dirigeant portuaire pour apporter une définition à la structure de l'activité guyanaise. Il précise en outre que les flux à l'import d'Europe restent toujours prédominants.

"Un premier trimestre 2017 pénalisé par les mouvements sociaux"


Quant aux vracs solides, à 68.200 tonnes, ils ont marqué un repli de 6,5 % par rapport à 2015 où ils avaient frôlé la barre des 73.000 tonnes. Le membre du directoire indique que le clinker a tiré vers le bas les volumes de cette filière.
Au premier trimestre de l'année, à 212.299 tonnes, le Grand Port maritime de Guyane a vu son trafic reculer de 11,11 % par rapport aux trois premiers mois de 2016, période au cours de laquelle il s'était affiché à 188.700 tonnes. Rémy-Louis Budoc regrette que les mouvements sociaux aient bloqué le port en mars. "Un mois de traditionnelle forte activité au cours duquel des porte-conteneurs n'ont pu être opérés", souligne-t-il. Et Philippe Lemoine d'ajouter : "Quelques entreprises ont subi les effets négatifs de ces mouvements de grève. On peut redouter que certaines d'entre elles n'auront pas la capacité de repasser commande auprès de leurs fournisseurs".

Le roulier orienté à la hausse

Selon Rémy-Louis Budoc, seul le trafic roulier reste orienté à la hausse. À 2.729 tonnes, il a progressé de 9,33 %. La bonne évolution des flux de véhicules neufs (qui s'élève à une cinquantaine par mois) a conforté l'établissement portuaire guyanais dans sa politique d'investissement pour ce secteur. Un "parc à véhicules sous douane", dont les travaux avaient démarré en juillet 2016, est devenu opérationnel au début du mois de mai. Un complexe, dont le but est fluidifier le trafic et de renforcer la sécurité du trafic, sera créé en aval de l'entrée actuelle du port, explique le dirigeant. Les événements sociaux guyanais ont retardé sa livraison au premier trimestre 2018. Au total, le GPM a investi 7 millions d'euros pour ces deux projets.  
Toujours au titre des investissements, le Grand Port maritime a lancé un appel d'offres pour l'acquisition de deux grues sur roues. Un montant de 9 millions d'euros est prévu pour l'outillage mais également pour le renforcement des quais et la pose des rails, indique Philippe Lemoine.
En matière de projets, l'établissement portuaire prévoit également un élargissement de sa "zone d'influence". Un arrêté préfectoral devrait être pris courant juin à propos de sa nouvelle circonscription administrative sur cinq sites. Une emprise qui va s'étendre sur plusieurs hectares au nord du Saint-Laurent, à l'ouest de la Guyane, à Pariacabo, sur le chenal des îles du Salut.
Enfin, à propos du futur Poste d'inspection frontalier (Pif), l'architecte a été désigné courant mai. La direction du port guyanais estime qu'il faudra attendre "douze à dix-huit mois pour donner les premiers coups de pioche".

Vincent Calabrèse

Mercredi 24 Mai 2017



Lu 468 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse