Levée de boucliers contre la réforme européenne du rail


Les propositions présentées par la Commission européenne pour ouvrir définitivement le rail à la concurrence ont été très froidement accueillies par les cheminots et les gestionnaires d'infrastructures.


© Franck André
© Franck André
"C'est une bonne proposition", a assuré le commissaire aux Transports Siim Kallas lors de la présentation, le 30 janvier, de son projet d'ouverture du rail à la concurrence. "Maintenant, ce qu'il en adviendra est une autre paire de manches", a-t-il reconnu. Son projet doit être approuvé par les États et par le Parlement européen avant la fin 2014, terme des mandats de la Commission et du Parlement. Il prévoit d'ouvrir définitivement le rail à la concurrence grâce à une mise sous surveillance des sociétés intégrées comme la Deutsche Bahn et la SNCF.
Reflet des préoccupations des cheminots européens, la Fédération Européenne des Travailleurs des Transports (EFT) a rejeté cette réforme. "La Commission européenne a une fois encore confirmé son approche idéologique : oui à l'ouverture des marchés, non à la protection des salariés", a dénoncé le président de la section rail de l'EFT Guy Greivelding. "Presqu'aucune attention ne semble portée à ce qui devrait pourtant être dans le viseur de cette législation : les conditions sociales des travailleurs et la protection de leur statut", a renchéri l'eurodéputé vert Jean-Jacob Bicep, membre de la commission Transports du Parlement européen. "Sans véritable garde-fous sociaux, la mise en concurrence des travailleurs pourra avoir des conséquences désastreuses. Faisons les choses dans le bon sens, l'Europe sociale n'attendra plus. Le but, c'est l'interconnexion, pas la compétition. Le but, c'est le service public, pas la concurrence", a-t-il averti.

France et Allemagne contre le démantèlement

Siim Kallas ne s'attendait pas à une telle volée de bois vert. Interrogé sur les réticences exprimées par les cheminots, le commissaire a assuré avoir "répondu à leurs préoccupations". "Nous ne sommes pas en conflit avec les travailleurs du rail, mais bien entendu nous sommes prêts à négocier", a-t-il ajouté. Son projet de réforme a trois domaines d'actions : une norme unique pour la certification des matériels ferroviaires, des dispositions pour ouvrir le transport des voyageurs à la concurrence et l'obligation d'assurer une séparation entre la gestion des infrastructures et l'activité de transporteur. Pour le sauver, Siim Kallas a été contraint de plier face à la France et à l'Allemagne, opposés au démantèlement de leurs structures.

"Mesures disproportionnées pour séparer les activités infrastructures et transport"


Le ministre français des Transports Frédéric Cuvillier a tenu, le 29 janvier, à rappeler à Siim Kallas que le choix du modèle de gouvernance approprié revient à chaque État. "Le but de la Commission, à savoir le libre accès au réseau des chemins de fer dans l'Union Européenne, peut être atteint également avec des groupes intégrés", a pour sa part souligné le ministre allemand des Transports, Peter Ramsauer. La CER (Communauté européenne du rail et des compagnies d'infrastructures), a catégoriquement rejeté la proposition de Siim Kallas. "La CER ne peut approuver les mesures disproportionnées proposées pour séparer la gestion des infrastructures et l'activité de transporteur (...) et appelle les législateurs à défendre le principe de subsidiarité", a-t-elle indiqué. "Il reste pas mal de chemin à parcourir" pour l'adoption de ce projet, a reconnu Siim Kallas.

AFP

Jeudi 31 Janvier 2013





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers






Accès rapide























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy