Ligne régulière : le rapport de force entre armateurs et transitaires peut se durcir en 2022


Le marché du transport maritime conteneurisé en 2022 ressemblera à celui de l’an passé, selon Upply. Avec des taux de fret demeurant à des niveaux élevés et une bataille entre les groupes armatoriaux et les commissionnaires de transport qui pourrait s’amplifier.


© GPMM
© GPMM
En 2022, "les compagnies maritimes conteneurisées ont tout intérêt à poursuivre leur stratégie de l’an passé", selon Upply. La plateforme d’analyse des transports la décrit en trois axes : "Tirer les taux de fret moyens vers le haut tout en sécurisant les revenus via des contrats longs, favoriser la croissance du marché spot pour atteindre 30 % des volumes traités et conquérir des marges supplémentaires sur les activités transport et logistique en amont et en aval du segment maritime".

L’analyste estime que l’environnement du marché demeurera favorable à l’offre grâce au maintien d’une forte demande, à des capacités navales déployées à leur maximum et à la poursuite de la congestion portuaire sur les routes est-ouest.

Toutefois, Upply relève des évolutions. Parmi elles, "une relation de défiance généralisée" entre les armements et leurs clients, ainsi que la relocalisation des sources d’approvisionnement (Nearshoring). Selon lui, d'autres facteurs sont à prendre en compte, dont la montée en puissance du ferroviaire entre l'Asie et l'Europe, l’inflation et une possible divergence dans les stratégies armatoriales.

Trois scenarii envisagés

Le statu quo est la première hypothèse d'Upply sur le comportement du marché conteneurisé en 2022. "Elle consiste pour les compagnies à signer des contrats plus longs en direct avec les chargeurs à des taux fortement revalorisés, en y incluant des services élargis". En parallèle, les commissionnaires de transport seraient contraints d'accepter des conditions tarifaires proches des taux spot. "Cette stratégie devrait permettre aux armements de doubler voire de tripler leurs recettes en 2022, principalement en grignotant sur les marges des grands commissionnaires".

"Les armements pourraient tripler leurs recettes en 2022 en grignotant sur les marges des commissionnaires"



Le deuxième scénario émis est celui d'une amplification du déséquilibre actuel entre l'offre et la demande ainsi que des tensions dans les ports avec de nouvelles vagues pandémiques, voire des risques géopolitiques. Dans cette hypothèse, l’évolution du marché conteneurisé serait imprévisible et désorganisée.

Le troisième scénario combine deux hypothèses : la montée en puissance des compagnies de taille petite et moyenne et l’émergence de désaccords entre les membres des trois principales alliances. Upply cite HMM, Evergreen et Yang Ming comme susceptibles "de jouer les trouble-fêtes et de perturber la dynamique que veulent imposer leurs grandes sœurs".

Un bras de fer contagieux ?

Le premier scénario est le plus probable, selon Upply. Il aurait des conséquences importantes pour les commissionnaires de transport. "Pour la première fois, ces derniers pâtissent de leur statut de Non Vessel Operating Common Carrier (NVOCC)". Cette bataille entre opérateurs de ligne maritimes régulière conteneurisée et commissionnaires pourrait s’étendre à d'autres marchés comme ceux de la logistique et de l'organisation des transports terrestres et aériens. Plusieurs acquisitions récentes réalisées par de grands armateurs leur permet d'assurer par eux-mêmes des prestations logistiques et toutes sortes d'opérations de transport, tous modes confondus désormais.

Érick Demangeon

Lundi 21 Février 2022



Lu 3409 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal