Lufthansa, un géant aérien qui cherche sa route


Le premier groupe aérien européen Lufthansa multiplie les mesures d'économies pour survivre dans un marché concurrencé par les compagnies low-cost et par celles du Golfe, le tout dans un contexte de pétrole cher.


© Lufthansa
© Lufthansa
 Suppression de milliers de postes à l'étude, tentation d'imiter le modèle low-cost en Europe, abandon envisagé de la classe affaires sur certains vols : en panne de rentabilité, Lufthansa essaie de s'inventer un nouveau modèle d'activité. Depuis l'annonce en février d'un plan d'économies de 1,5 milliard d'euros d'ici 2014, des informations fuient dans la presse allemande sur les moyens pour y parvenir, sans être formellement démenties par le premier groupe aérien européen. Vendredi 27 avril, un porte-parole a confirmé que le groupe songeait à rapprocher ses filiales allemandes Germanwings et Eurowings "pour s'adapter à la concurrence" sur le marché européen. En clair : être en mesure de chasser sur les terres des compagnies low-cost Ryanair ou EasyJet. Le groupe a déjà commencé cette année à confier ses vols européens depuis Stuttgart à Germanwings et cette solution doit être imitée dans d'autres aéroports régionaux allemands.
Lufthansa caresse aussi le projet de recourir à des intérimaires pour son personnel de cabine à son nouvel aéroport de Berlin qui va ouvrir en juin. Un plan que les syndicats tentent de contester en justice.

"Perte nette de 13 millions d'euros"


En outre selon le quotidien "Bild", Lufthansa songerait à supprimer la moitié environ de ses 6.000 emplois administratifs, dont 1.500 à son siège de Francfort. Le groupe n'a pas confirmé les chiffres mais a rappelé que des suppressions d'emplois seraient probablement "inévitables" pour rester compétitif.

Immense pression des coûts

La crise de rentabilité est sérieuse : l'an dernier, alors que le chiffre d'affaires a augmenté de 8,3 % à 28,7 milliards d'euros, la marge d'exploitation dans l'activité passagers est tombée à 2,1 % (contre 4 % en 2010) et le groupe a accusé une perte nette de 13 millions d'euros. Lufthansa a certes commencé à faire le ménage, en se débarrassant par exemple de sa filiale britannique en difficulté BMI, revendue au holding IAG de British Airways et Iberia, et a imposé aux forceps une restructuration chez une autre filiale à la peine, Austrian Airlines. Mais le groupe est aussi en plein doute sur le segment des vols intercontinentaux, avec la concurrence croissante des compagnies du Golfe. Il a dû récemment fermer trois lignes vers l'Asie et envisage de supprimer sa classe affaires sur certains vols. "Lufthansa est sous une immense pression des coûts parce qu'en plus de la concurrence des compagnies low-cost et de la concurrence des compagnies arabes il y a les prix élevés du pétrole", constate Frank Skodzic, analyste chez Commerzbank, qui juge les efforts de restructuration "nécessaires".
Les représentants du personnel de Lufthansa sont conscients de la situation difficile de leur employeur mais redoutent, à l'instar du syndicat du personnel de bord Ufo, une perte de la qualité qui a longtemps fait la force du groupe. Et ils ne sont pas prêts à accepter des efforts supplémentaires sans contrepartie. Par ailleurs, Lufthansa vient d'annoncer le départ de son directeur financier, Stephan Gemkow, appelé à diriger la puissante holding familiale allemand Haniel. Son successeur n'est pas encore connu. Le groupe est attendu au tournant dans les jours qui viennent, avec la publication de ses résultats trimestriels jeudi, qui s'annoncent négatifs, et son assemblée générale ordinaire le 8 mai.

Étienne Balmer

Lundi 30 Avril 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy