MGI : les quatre ports ultramarins où AP+ est implanté devraient opter pour Ci5 dès 2019


La société informatique marseillaise MGI espère que les places portuaires d'Outre-Mer dotées du Cargo Community System (CCS) AP+ basculeront vers Ci5 dès 2019. Aujourd'hui, l'entreprise, qui revendique la position de premier opérateur mondial, attend de conquérir un cinquième port ultramarin avec son nouveau CCS Ci5 à la clé.


Elhadji Kabirou et Florence Brochard, qui animent qui animent l'équipe dédiée aux ports d'Outre-Mer. Dominique Lebreton, membre du directoire de MGI © Vincent Calabrèse
Elhadji Kabirou et Florence Brochard, qui animent qui animent l'équipe dédiée aux ports d'Outre-Mer. Dominique Lebreton, membre du directoire de MGI © Vincent Calabrèse
Pour MGI, "être implanté dans les ports d'Outre-Mer est aussi stratégique que d'être présent à l'international", indique le membre du directoire de l'entreprise, Dominique Lebreton. À ce jour, l'entreprise informatique marseillaise a conquis la Martinique depuis 2007, la Guyane française en 2010, Mayotte en 2012 et Nouméa en 2013. "Nous sommes les premiers opérateurs sur les territoires d'Outre-Mer", se félicite-t-il.
Il souligne que, dans les quatre ports où MGI est implantée, des entreprises privées ayant pour vocation à gérer les CCS locaux ont été créées. Ainsi, la communauté portuaire de Fort-de-France a pour interlocuteur Port+, celle de la Guyane GIP+, la place portuaire de Mayotte est gérée par ICM+ et celle de Nouméa par Gipanc.

Des relations entamées dans les années 1990

Rappelant que MGI est en relation avec ces ports depuis les années 1990, Dominique Lebreton détaille : "En Guadeloupe, on a accompagné la capitainerie pour la gestion des escales à la fin des années 1990. C'était les premiers pas de MGI en Outre-Mer. On a mené également des études diverses pour la mise en place du CCS AP+ en Guyane, à Mayotte, à Nouméa".
Selon lui, "le CCS a permis de faire évoluer les procédures sur les places portuaires où il a été implanté". Ainsi, en matière de commandes de transport, la Martinique, la Guyane et Nouméa ont "demandé à les dématérialiser", permettant de "réduire le coût des opérations". Il explique que ce document donne "toutes les autorisations de sortie de la marchandise en Nouvelle-Calédonie".
Le processus a permis de déboucher également sur un "dépotage généralisé sur toutes les places portuaires gérées par MGI", indique le membre du directoire de MGI, ajoutant que, "de la réception à la livraison en entrepôt, tout est dématérialisé".
Enfin, exemple le plus important, à ses yeux, les transitaires martiniquais et guadeloupéens ont demandé en 2008 des opérations aériennes en 2008. Airport+ est né en 2009. "Il a été déployé sur l'aéroport de Fort-de-France en 2011, en Martinique et en Guyane en 2015". Il ajoute : "On observe ce qu'on va pouvoir faire à Mayotte et Nouméa".

"Les communautés portuaires se montrant innovantes et les transitaires souhaitent des processus harmonisés"


Et de souligner que les communautés portuaires se montrent "innovantes" et que les transitaires "souhaitent des processus harmonisés".
Selon lui, MGI travaille également en collaboration avec l'administration des Douanes qui s'est montrée coopérative sur ces divers sujets.
Le membre du directoire de MGI, qui indique qu'une équipe dédiée aux ports ultramarins a été créée, souligne : "AP+ est le CCS qui gère le plus de flux en Outre-Mer". Il mise aujourd'hui sur l'implantation de la société dans un nouveau port ultramarin. Sans toutefois en dévoiler le nom, il laisse comprendre que ce nouveau port devrait s'équiper du CCS Ci5. Il souhaite enfin que les quatre autres places portuaires ultramarines où MGI est implanté basculent vers Ci5 dès 2019.

Vincent Calabrèse

Jeudi 31 Mai 2018



Lu 630 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy