Maritime Day : qui doit payer la transition énergétique portuaire ?


Prenant des aspects très variés, la transition énergétique et environnementale des ports maritimes engendre des surcoûts. Leur bonne répartition entre les différents acteurs de la chaîne d'approvisionnement et leur acceptation par les chargeurs et les clients finaux sont des points essentiels à long terme.


À Sète, les navires de commerce pourront se brancher au courant de quai dès 2023 © Port de Sète
À Sète, les navires de commerce pourront se brancher au courant de quai dès 2023 © Port de Sète
La transition énergétique des ports figure au plan de relance de l’économie présenté par le gouvernement il y a deux ans, ainsi que dans la stratégie nationale portuaire initiée en janvier dernier. Il était donc logique que la Semaine de l'innovation, du transport et logistique (SITL) y consacre une conférence au cours du Maritime Day, le 13 septembre. La table ronde intitulée "Le verdissement des ports : une stratégie qui implique tous les acteurs" s'est attachée à montrer la transition énergétique portuaire dans sa diversité.

Du point de vue des autorités portuaires, cette transition passe par le déploiement d’infrastructures et d’équipements. Directeur général du Grand Port maritime de Marseille, Hervé Martel a souligné le potentiel d’économie circulaire, avec par exemple l’implication dans un réseau de chauffage urbain, le remplacement à l’étude par ArcelorMittal du charbon par l’hydrogène, l’avitaillement en GNL pour les paquebots, pour laquelle des essais ont été réalisés cet été et qui se fera en exploitation courante l’an prochain, ou encore la fourniture aux navires de courant de quai, déjà effective pour les ferries desservant la Corse et qui se déploiera progressivement pour toucher en 2024 les très gourmands navires de croisière.

D'abord un investissement public

À Sète, le branchement électrique des navires à quai a fait l’objet de 20 millions d'euros d'investissement, et a concerné les navires de très grande plaisance dès 2019. Les unités de commerce pourront se brancher à partir de 2023, à commencer par les rouliers et les petits paquebots. La transition énergétique passe aussi par l'expérimentation pendant un an de pilotines électriques, ainsi que par le développement du photovoltaïque avec 40.000 m² de panneaux installés sur le port. "Nous alimentons aujourd’hui le réseau électrique national, mais prévoyons d’alimenter le réseau portuaire avec notre propre production, un projet solaire étant prévu sur une zone de 20 hectares, précise Olivier Carmes, directeur général du port de Sète. À l’horizon 2028, nous prévoyons aussi la production d’hydrogène, en lien avec Port-la-Nouvelle, qui se tourne vers l’éolien."

"Le verdissement devient un argument commercial"


La démarche du port de La Rochelle privilégie depuis une dizaine d’année l’économie circulaire. "Une illustration parfaite de la nécessaire coopération entre public et privé", estime Francis Grimaud, directeur des Établissements vraquiers de l'Atlantique. Celui qui est aussi président de la Communauté portuaire de La Rochelle met en avant la prise en compte de l'environnement et des nuisances aux riverains dans la manutention de vrac sec par l’entreprise qu’il dirige, mais aussi l’utilisation d’eau de pluie pour alimenter un broyeur à clinker, ou encore les échanges de palettes entre sociétés portuaires.

Le transport fluvial était aussi représenté dans le débat avec la présence de Joffrey Guyot, responsable financement et transition énergétique de Voies navigables de France (VNF). L’établissement public a mis en place des subventions pour encourager l’achat et la construction de bateaux, afin d’accélérer la transition énergétique du mode.

Le chargeur à l'initiative

Le programme, avec le soutien de l'Ademe et de plusieurs régions, est doté de 30 millions d'euros sur quatre ans : une somme en augmentation, mais encore insuffisante face aux énormes besoins du secteur, dont les motorisations doivent évoluer pour respecter les engagements climatiques.

"La commission européenne autorise les subventions jusqu’à 60 % du surcoût à l’investissement, mais nous n’avons pas les moyens de financer à ce taux la transition de 1.000 bateaux, précise Joffrey Guyot. Le marché doit donc être autoportant. Depuis quelques mois, une nouvelle tendance se dessine : ce n’est plus forcément le transporteur qui vient nous solliciter, mais le chargeur qui met la pression en faveur du verdissement et accepte en échange de s’engager sur un contrat plus cher ou d’une plus longue durée."

Volontarisme contre rentabilité

Le verdissement du transport, qu’il soit maritime ou fluvial, représente un coût énorme. Subventions publiques ou engagement des acteurs privés : qui doit payer cette transition énergétique ? L'équilibre économique de la transition n’est pas toujours au rendez-vous. "L'installation de panneaux photovoltaïques en toiture est une opération rentable mais, pour la fourniture d’électricité aux navires à quai, le port prend le risque de mettre en place un équipement que les armateurs n’utiliseront peut-être pas car le branchement des navires n’est pas obligatoire, selon Olivier Carmes. Le coût du courant de quai est plus facilement acceptable par la plaisance ou la croisière que par les navires de commerce. Aujourd’hui nous récompensons par des réductions de droits de port les bons élèves, plutôt que de pénaliser les autres".

Sur cette question du courant de quai, Hervé Martel souligne que le soutien de la région et de l’État est important, avec des subventions à hauteur de 80 % de l’investissement. "Mais le coût de fonctionnement pour l'armateur est deux à trois fois supérieur à la production d’électricité à bord du navire, car il faut acheter l'électricité sur le réseau et la convertir. Une taxe supplémentaire de 2 euros par passager a été mise en place, ainsi qu’une réduction de droits de port pour les armateurs branchant leurs navires. Avec les compagnies de croisière Carnival et MSC, nous avons ainsi construit un modèle économique proche du pollueur-payeur. Pour l’hydrogène en revanche, nous n’avons pas encore de modèle économique."

Enjeu assimilé par le marché ?

Le directeur du port de Marseille se livre cependant, sur ce dernier point, à un rapide calcul sur la base de douze poids lourds fonctionnant à l’hydrogène, mis en place par Air Liquide : ce carburant coûte 40 % de plus que le gasoil, mais le carburant ne représente que 30 % du coût d’exploitation du transport routier, qui ne représente lui-même que 12 % du coût final des marchandises. "Le surcoût se limite donc à moins de 2 % pour le consommateur final de la grande distribution, qui est prêt à l’accepter au regard du gain environnemental. La réponse n’est pas dans une subvention, mais dans une solution qui rencontre le marché."

Une opinion partagée par Francis Grimaud, pour qui "on arrive aujourd’hui à faire accepter que le plus propre se paye, et que ce surcoût peut se récupérer sous la forme de communication autour de cet engagement sociétal. Les mentalités ont évolué et le verdissement devient un argument commercial."

Étienne Berrier

Vendredi 17 Septembre 2021



Lu 8756 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Octobre 2021 - 16:47 Port-la-Nouvelle au milieu du gué


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal