Marseille-Fos confirmé dans sa position de "port de business"


Pour Paul Tourret, directeur de l'Isemar, le port de Marseille-Fos a quitté sa position de "parent pauvre de la Méditerranée" dans le secteur du conteneur pour "dépasser aujourd'hui La Spezia". Jugeant que "ce port de business" a fortement amélioré sa connectivité ferroviaire ces dernières années, il encourage les portuaires locaux à aller chercher leurs parts de marché complémentaires au-delà des limites de l'hinterland naturel...


Invité par le B'Lading Club, association qui regroupe une cinquantaine de professionnels portuaires marseillais, Paul Tourret a rencontré son président, Alain Maliverney © Vincent Calabrèse
Invité par le B'Lading Club, association qui regroupe une cinquantaine de professionnels portuaires marseillais, Paul Tourret a rencontré son président, Alain Maliverney © Vincent Calabrèse
Les membres de l'association portuaire marseillaise B'Lading Club, réunis à l'occasion d'une conférence débat intitulée "Le Port de Marseille dans la concurrence internationale", ont entendu à Marseille des propos plutôt encourageants de la part de Paul Tourret, le directeur de l'Institut supérieur de l'économie maritime (Isemar). Venu en octobre dans la Cité phocéenne pour livrer son analyse sur le sujet, il a rappelé : "En 2005, nous étions les parents pauvres de la Méditerranée. En dix ans, le port Marseille a bien progressé dans le secteur du conteneur puisqu'il a dépassé La Spezia".

© Isemar
© Isemar
En effet, nombreux sont les ports européens dont la croissance de trafic s'est arrêtée. Certains sont même victimes d'une stagnation ou d'un repli d'activité en raison de leur forte proportion de flux en transbordement.
"Ces dernières années, le marché intérieur s'est montré favorable pour le port de Marseille", a t-il affirmé. Et d'estimer qu'en parallèle il a su améliorer "sa connectivité ferroviaire". Après avoir évoqué la diversité de sa desserte actuelle (avec les opérateurs Naviland Cargo, Ferovergne), le directeur de l'Isemar souligne l'essor de Fos-Distriport et de la zone de la Feuillane au plan logistique. Des atouts qui, selon lui, ont permis au port phocéen de "reconquérir la clientèle". À ses yeux, la présence des deux grands groupes mondiaux de la ligne régulière dans le secteur de la manutention sur les deux terminaux conteneurisés de Fos (CMA CGM, actionnaire du groupe PortSynergy, et MSC, actionnaire de Seayard, via l'opérateur TIL) constitue une autre preuve de l'attractivité pour le port de Marseille-Fos.

83 % de conteneurs pleins dans le trafic global

Selon lui, preuve que Marseille est un "port de business", son trafic conteneurisé comporte "83 % de conteneurs pleins".
Dans l'hinterland naturel du port phocéen, "les parts de marché à reconquérir sont faibles", juge-t-il. D'où l'intérêt d'aller, selon lui, à la périphérie de cette zone. Et d'encourager la place portuaire à aller conquérir des parts de marché en Alsace, dans la Somme. Il confirme en outre l'intérêt de se tourner vers la Suisse. Le directeur de l'Isemar rappelle globalement que "75 % du fret est encore traité dans le range Nord".

"En dix ans, Marseille-Fos a dépassé La Spezia"


Livrant également son point de vue sur la conjoncture actuelle dans le secteur de la ligne régulière, Paul Tourret juge sévèrement les armateurs mondiaux en leur reprochant de ne "pas mener une politique de longue vue". Il souligne que les taux d'affrètement sont plus bas aujourd'hui qu'en 2009 et que le taux de démolition de navires est identique à celui de 2014. Après la disparition de Hanjin du paysage mondial de la ligne régulière, il s'interroge : "Est-ce qu'il y a aujourd'hui un Japonais de trop ?"
Après avoir évoqué le rôle des futures alliances, il estime que les navires de 20.000 EVP sont conçus pour le trade Asie-Europe du Nord. Selon lui, "9.000 à 10.000 EVP ne serait-elle pas la prochaine taille polyvalente des porte-conteneurs permettant de faire escale dans le Bosphore, en Amérique centrale mais également en Afrique". La question à long terme reste posée.

Vincent Calabrèse

Jeudi 27 Octobre 2016



Lu 202 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse