Marseille-Fos : la voie d'eau continue de gagner du terrain au détriment de la route


En termes de pré et post-acheminements, si la route détient encore près de 80 % des échanges conteneurisés au port de Marseille-Fos, le fluvial continue de grignoter des parts de marché. Les mesures incitatives des institutions et la stratégie mise en place par les transporteurs maritimes et fluviaux permettent à la voie d'eau de voir sa part gagner du terrain.


© Lyon Terminal
© Lyon Terminal
Du côté du Grand Port maritime de Marseille, Fabienne Margail, cheffe du département Solutions intermodales et passage portuaire, souligne que "le report modal reste au cœur du projet stratégique" de l'établissement portuaire. Une politique qui s'inscrit "dans le registre de la sobriété énergétique", a -t-elle affirmé.

Après avoir rappelé que le port de Marseille-Fos dispose de l'ensemble de solutions terrestres, elle souligne que le fluvial a progressé de 14 % dans le conteneur, à 75.000 EVP, en 2021. La route, elle, a achevé 2021 sur un volume inférieur à 80 %, selon la responsable.

Au titre des promoteurs institutionnels rhodaniens du report modal, Medlink Ports n’a pas cessé ces dernières années de prendre des mesures pour favoriser le transport fluvial. Mathieu Gleizes, son délégué général, qui a saisi l'occasion d’un webinaire fluvial organisé par l’association Via Marseille-Fos (VMF) pour rappeler le parcours de l'institution multimodale, a souligné l'existence de Medlink Safe, une offre destinée au transport de matières dangereuses.

Quant à l'entrée dans ses rangs des transporteurs maritimes (CMA CGM et Hapag-Lloyd), elle correspond clairement à la stratégie multimodale du groupement qui compte aujourd'hui trois ports maritimes et neuf ports intérieurs.

Carrier haulage : deux tiers du volume en mode éco-responsable pour CMA CGM

Du côté de CMA CGM, Bastien Remant-Dole, souligne qu'avec l'annonce de la mutualisation des THC pour les conteneurs fluviaux à Fos sur le Rhône comme au Havre sur la Seine par l'ancien ministre délégué chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari, l'objectif d’améliorer la performance des opérateurs fluviaux a été accéléré.

"À Fos, nous avons doublé la part de marché du fluvial", se félicite le représentant du transporteur maritime français lors de ce webinaire. Il rappelle que l'ambition de la compagnie est de "proposer des solutions de porte à porte et pas uniquement du transport maritime".

Bastien Remant-Dole a ajouté que le groupe consacre 1,5 milliards d’euros par an au multimodal. "Nous avons transporté en 2021 en carrier haulage 6 millions d'EVP. Deux-tiers de ce volume a été transporté en mode éco-responsable", a-t-il expliqué.

Le protype "FlexiMalle" de Sogestran fin prêt

Au plan de acteurs fluviaux, le webinaire de VMF a été pour Sogestran l’occasion de présenter ses innovations. Ainsi Carmen Vierne, commerciale au sein de la filiale Logi Ports Shuttle, a expliqué que le groupe havrais met en place des bornes de recharge électriques sur la Seine.

Des équipements qui "permettent d'économiser 450 tonnes de CO2". En outre, au titre des projets que Sogestran met sur le marché figure le prototype "FlexiMalle", un conteneur d'une capacité de 7 tonnes, avec une tare réduite, dont la vocation est d'acheminer sur la Seine le matériel destiné aux Jeux olympiques de Paris.

"Les modes massifiés, une vision plus longue de l'acheminement des marchandises"


Autre point d'interrogation sur le thème de la voie d'eau, les perturbations liées à la liées à la sécheresse. À entendre les spécialistes de ce mode, l'axe Rhône-Saône a beaucoup moins été concerné par les problèmes de crues que le Rhin. Pour Fabienne Margail, "à la différence du Rhin, le Rhône affiche un régime régulier". Après avoir rappelé que l'axe rhodanien est géré par la CNR, elle affirme qu'"il existe des outils pour procéder à la régulation à la voie d'eau".

Pour Mathieu Gleizes, si l'axe Rhône "a été épargné par les problèmes de crues, c'est grâce aux barrages et aux retenues d'eau qui ont permis d'apporter des solutions et de maîtriser les flux". Avec le réchauffement climatique qui induit des fontes de glaciers dans les Alpes, le délégué général de Medlink Ports précise que "trois jours sont nécessaires pour réagir sur la Saône".

Au chapitre du report modal, la route reste encore perçue comme la solution la plus souple et la plus économique. La question de savoir quand les modes massifiés s'avéreront les plus attractifs n'a toujours pas trouvé de réponse claire.

Pour Bastien Remant-Dole, le directeur commercial des Services intermodaux du groupe CMA CGM, le recours aux modes massifiés est à privilégier dès lors que l'on dépasse un certain nombre de kilomètres. Il a reconnu que "le camionnage reste plus intéressant pour les trajets de courte distance".

Le président de Via Marseille Fos (VMF), Stéphane Salvetat, se dit convaincu que pour devenir des adeptes des modes massifiés, les donneurs d'ordre doivent intégrer "une vision plus longue de l'acheminement de leurs marchandises". Coiffant sa casquette de président du transitaire LAM France, il indique : "Si j'utilise les modes massifiés, dont le fluvial, c'est parce dans notre entreprise, on se tourne beaucoup vers l'importation en France".

Selon lui, lorsqu'on ne se situe pas dans l'urgence, "on doit pouvoir utiliser le fluvial ou le ferroviaire sans préoccupation majeure tout comme on peut attendre le navire suivant".

Vincent Calabrèse

Mercredi 21 Septembre 2022



Lu 1296 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Septembre 2022 - 15:25 L’industrie ferroviaire affiche sa confiance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal