Marseille-Fos : les marchandises diverses sauvent la mise


Le port de Marseille-Fos a affiché une progression à deux chiffres à l'issue du premier trimestre. Une hausse que le Grand Port maritime attribue notamment à la croissance des marchandises diverses. Car les vracs liquides sont en recul tandis que les vracs solides ont retrouvé l'équilibre…


© GPMM
© GPMM
Coïncidence ou non, le Grand Port maritime de Marseille (GPMM) rend hommage pour le premier trimestre de l'année à la filière du conventionnel, tout comme l'a fait Anvers il y a quelques jours. Dans les deux bassins du port phocéen, la tendance haussière des marchandises diverses est soutenue par le bond de 22 % du conventionnel. La direction de l'établissement portuaire estime que cette progression est due également à une activité sidérurgique aussi bien orientée à l'export qu'à l'import, et à la progression de 11 % enregistrée par le roulier. Une croissance que le GPMM attribue au dynamisme des échanges avec la Corse (en hausse de 31 %) qui a favorisé les flux de remorques.
À 330.000 EVP, le trafic conteneurisé global a augmenté de 5 %. Une progression tirée vers le haut notamment par les bons résultats enregistrés (une nouvelle fois) sur les bassins de Fos (en hausse de 7 %).
Après une année 2016 en retrait, les vracs solides ont également retrouvé l’équilibre (3,4 Mt). Selon le GPMM, "c’est en mars que le segment des vracs solides a fortement amélioré son score". Une hausse de 11 % amenant l'activité trimestrielle à l’équilibre (soit + 1 %), malgré la morosité persistante de l'agroalimentaire depuis la dernière récolte 2016 et le recul de 4 % des vracs sidérurgiques sur le trimestre (2,13 Mt). Les autres vracs secs (1,2 Mt) se sont fortement redressés autant à l'import qu'à l'export. Les portuaires estiment que ce score de + 25 % doit être mis en perspective avec une période 2016 atypique avec la conversion des centrales thermiques d'Uniper au combustible biomasse.

Imports de raffinés en progression

Les vracs liquides, filière réputée en forte reconversion, restent en déficit, constate-t-on à Marseille. Ils sont passés en un an de 12,3 à 11,1 Mt. Comme attendu, les hydrocarbures ont perdu en un an 1,1 Mt pour s'établir à 10,4 Mt. À 5,2 Mt, les imports de brut ont reculé de 25 %, cumulant les effets de la reconversion de la raffinerie de La Mède et du grand arrêt pour maintenance de la raffinerie Esso entre fin janvier et mi-mars, alors que les flux de raffinés portent des imports plus soutenus. Ils ont crû de 22 % par rapport au premier trimestre 2016. À 1,2 Mt, le trafic de GNL achève le trimestre sur une note positive de + 5 % et les échanges de GPL (572.000 tonnes) sont dans le vert en cumul à fin mars (+ 4 %).

"Les hydrocarbures restent en déficit"


À 732.000 tonnes, les vracs chimiques et alimentaires ont chuté de 12 %. Explications fournies par le GPMM : "Le chimiste Kem One vient de réaliser son grand arrêt quinquennal, entraînant une faiblesse des exportations de soude, en baisse de 50 % sur ce trimestre comparé aux trois premiers mois de 2016".
Après trois mois d'exercice, le trafic de passagers est en augmentation de 5 %, totalisant 287.500 voyageurs. Selon l'établissement portuaire, le secteur des lignes régulières affiche une croissance de 12 % dopée par les trafics vers la Corse (en hausse de 10 %) et l'Algérie (en croissance de 39 %). Pendant ce temps, "le marché de la croisière se situe encore en basse saison et connaît des fluctuations", mentionne-t-il (- 2 %). Ce secteur, en tête de ligne, est en baisse de 14 % par rapport aux trois premiers mois de 2016 tandis que la croisière en transit a progressé de 5 %.
Pour le port phocéen, le trimestre écoulé a également été marqué par deux projets industriels dans les bassins Est. Le GPMM rappelle que Bouygues a choisi Marseille pour la construction de 18 caissons en béton qui assureront la ceinture de protection d'un nouveau quartier de Monaco. Dans le secteur de la réparation navale industrielle, l'établissement portuaire revient sur la fin des travaux de réhabilitation de la forme 10. Celle-ci va pouvoir être livrée à son exploitant avec plus de dix-huit mois de retard.

Vincent Calabrèse

Jeudi 27 Avril 2017



Lu 697 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse