Marseille-Fos : les professionnels portuaires veulent "créer un effet de place"


Les acteurs de l'activité breakbulk sur le port de Marseille-Fos ont décidé de jouer collectif pour tenter de "massifier" les flux. Au-delà des huit terminaux dédiés, des dizaines de sociétés sont concernées.


© Nathalie Bureau du Colombier
© Nathalie Bureau du Colombier
La place portuaire marseillaise soutient le développement de l'activité colis lourd sur ses quais. Son organe de promotion Via Marseille Fos (VMF) a créé en 2016 un groupe de travail spécifique au breakbulk, qui réunit plus de vingt sociétés.
L'idée est de rassembler toutes les parties prenantes du transport maritime autour d'un objectif commun, ramener du trafic en Provence, et de jouer collectif, même entre concurrents. "Le port ne se limite pas à des quais et des dockers, insiste Jean-Claude Sarremejeanne, directeur de la société de manutention Sosersid à Fos-sur-Mer et animateur du groupe de travail. C'est toute une chaîne de professionnels qui est concernée par le transport d'un colis, manutentionnaires, commissionnaires de transport, experts, agents maritimes…"
Les membres de cette communauté misent sur le fait que la bonne réputation du port bénéficiera à chacun de ses acteurs. Ils voient aussi d'un bon œil le fait de réduire la concurrence au prestataires locaux. "Nous voulons créer un effet boule de neige, un effet de place, développe Jean-Claude Sarremejeanne. Si des produits arrivent jusqu'au port de Marseille-Fos, cela profitera à tous. Je préfère voir le fret traité par mon voisin plutôt qu'à Anvers".
À l'écouter, le GPMM débarrassé de "son principal problème", le manque de fiabilité, n'a plus que des qualités à faire valoir, qui doivent lui permettre de "mettre Marseille au niveau où il doit être".

À chacun sa niche

Le port met en avant les spécificités de chacun des huit terminaux, opérés par sept manutentionnaires, capables de manutentionner les colis lourds. Dans les bassins Est (Marseille), Socoma, Med Europe Terminal et Marseille Manutention peuvent compter sur de nombreuses lignes régulières vers le Maghreb et sur un outillage et une expérience en ro-ro. Pour Jean-Claude Sarremejeanne, la réparation navale, avec la résurrection de la forme 10, peut apporter beaucoup de trafic breakbulk dans les bassins marseillais.

"Mettre Marseille au niveau où il doit être"


À l'Ouest (Fos-sur-Mer), Portsynergy-Eurofos et Seayard Terminal peuvent manutentionner des colis de moins de 90 tonnes, à bord des porte-conteneurs déployés sur les lignes intercontinentales. Nicolas Frères bénéficie des liaisons de navires voituriers sur lesquels il peut charger et décharger du matériel roulant. Tandis que Sosersid, déjà manutentionnaire en vracs solides et conventionnel d'ArcelorMittal, s'est fait une spécialité de l'activité breakbulk version "lift on-lift off" grâce à ses moyens de levage hors normes (330 tonnes en combinant deux grues, dont une de 250 tonnes de capacité). Les sept sociétés sont concurrentes sur certaines affaires mais sont souvent sur des niches particulières.

Communication interne et externe

Les actions entreprises par le groupe de travail comprennent la communication à l'attention des transitaires – leur rappeler que "Marseille a 2.600 ans d'expérience dans le breakbulk", comme le clame la brochure de VMF –, la communication à l'attention de la place portuaire autour des escales de colis lourds et la promotion externe. "Nous prévoyons un roadshow des places industrielles françaises, comme le font les Anversois, annonce Jean-Claude Sarremejeanne. Le port le faisait déjà mais l'un des éléments moteurs est l'implication commune du secteur privé. On l'a vu depuis la création de VMF, arriver groupés, ça change tout". Le patron de Sosersid souligne aussi le rôle du réseau portuaire fluvio-maritime Medlink, même s'il reste dubitatif sur la présence de Sète dans l'association.
Pour la place portuaire, l'enjeu est de donner le réflexe Marseille-Fos pour créer une massification des flux. "Nous y parviendrons par la réussite de nos réalisations et la régularité de la promotion", estime Jean-Claude Sarremejeanne. Pour ce qui est des freins, "on nous dit qu'on est trop cher mais tout le monde l'est. Nous avons les hommes et les outils", martèle-t-il.
La place marseillaise ne se donne pas d'objectifs chiffrés mais ambitionne de "se remettre en selle par rapport aux ports du Nord, devenir des acteurs confirmés en France et en Europe".

Franck André

Mercredi 16 Mai 2018



Lu 820 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy