Marseille-Provence : le fret express a limité les dégâts en 2020


Au regard de l'énorme crise traversée par le transport aérien, l'année 2020 s'est terminée par une baisse modérée du fret avionné à l'aéroport Marseille-Provence. Celui-ci a bénéficié de sa stratégie de hub express méditerranéen.


Le fret express a compté pour 92 % du trafic de Marseille-Provence en 2020 © AMP
Le fret express a compté pour 92 % du trafic de Marseille-Provence en 2020 © AMP
Malgré l'énorme crise traversée par le transport aérien, l'année s'est terminée par une baisse modérée du fret avionné à l'aéroport Marseille-Provence. Celui-ci a bénéficié de sa stratégie de hub express méditerranéen.

Au vu du déroulement de l'année, à l'aéroport Marseille-Provence (AMP) comme ailleurs, on s'attendait peu à commenter des records positifs pour 2020. Pourtant, la plateforme a battu son record absolu de fret avionné sur un mois en décembre, soit 5.565 tonnes en hausse de 11,6 % comparé à décembre 2019, dont 5.160 tonnes de fret express (+ 22,7 %) et 405 tonnes de fret traditionnel (- 48,4 %).

Le contraste est frappant entre les marchandises transportées dans les soutes des avions passagers, en grande souffrance, et l'express qui a été bien moins affecté par la crise sanitaire. Ce segment a même connu un rebond spectaculaire au cours des quatre derniers mois de l'année, si l'on excepte le cas particulier de Fedex.

Jean-Marc Boutigny, le responsable fret, y voit l'effet de plusieurs phénomènes : "Le réapprovisionnement des commerces physiques pour la période des fêtes, la réduction des capacités en soutes (notamment transatlantiques) qui a reporté les tonnages vers les avions des expressistes". Cela pour d'évidentes questions de disponibilité mais aussi parce que "le rapport entre offre et demande a réduit l'écart de prix entre les prestations traditionnelles et express".

"Les expressistes ont bénéficié de la crise de la Covid-19"

Bien sûr, le premier facteur reste la croissance continue du commerce électronique – toujours vérifiable au moment de Noël – accentuée en 2020 par les restrictions de déplacement des personnes imposées pour lutter contre la pandémie. Ainsi, les trois premiers opérateurs de Marseille-Provence affichent des croissances insolentes pour le dernier mois de l'année par rapport à décembre 2019 : + 28 % pour DHL, + 53 % pour UPS  et + 42 % pour Chronopost.

Deuxième plateforme fret de France

Certes, ce rebond n'a fait qu'atténuer le plongeon de l'année 2020 qui s'est soldé par un recul de 14,1 % du volume de fret avionné, à 51.299 tonnes. Une décrue qui reste raisonnable dans un contexte aussi catastrophique pour le secteur. Cette conjoncture particulière a d'ailleurs apporté l'autre "bonne nouvelle" à l'AMP puisqu'elle lui a permis de devenir en 2020 la deuxième plateforme aéroportuaire de France pour le fret. Marseille profite ainsi de la diminution de l'activité d'Airbus à Toulouse, elle-même directement liée à la crise du transport aérien qui sévit depuis presque un an. En 2019, la plateforme haut-garonnaise avait traité 66.299 tonnes, contre 59.694 tonnes à Marseille.

Sur douze mois, l'express à AMP a vu son volume baisser de 10,5 %, à 47.109 tonnes, mais cette évolution ne reflète pas la véritable tendance d'un "secteur qui a bénéficié de la crise de la Covid-19", selon Jean-Marc Boutigny. DHL a bouclé l'année sur une croissance de 1 % (15.852 tonnes) et UPS de 7,4 % (13.327 tonnes). Chronopost a vu son trafic reculer de 14 % (11.589 tonnes) après l'arrêt total de ses liaisons pour raisons sanitaires pendant deux mois et demi, du 17 mars au 2 juin. Quant à Fedex, la baisse de 42 % de ses flux aériens (6.431 tonnes) est imputable au remplacement mi-juillet de son service aérien vers Paris-CDG opéré en Boeing 757 par une liaison camionnée.

L'exception Ethiopian Airlines 

Plombé par l'interruption de la majorité des liaisons passagers, le fret traditionnel a reculé de 40,8 %. Il ne représente plus que 8 % des volumes de fret avionné manutentionné sur l'aéroport provençal alors que les charters cargo n'ont compté que pour 1 % des mouvements d'avions en 2020. Dans ces conditions, Air Corsica – qui n'a jamais interrompu le service depuis le début de la crise – est resté numéro un du fret non express malgré une baisse d'activité de 20 % (1.426 tonnes). Le deuxième, Air Algérie Cargo, est loin derrière (906 tonnes, - 39 %) alors que les vols passagers avec le pays n'ont pas repris depuis mars 2020 et n'ont transporté que 57 tonnes (- 85 %).

Depuis son arrivée à Marseille en juin 2019, Ethiopian Airlines était attendu sur le podium mais pas si tôt. Elle a fini l'année en troisième position (585 tonnes, + 187 %). Pour sa première année pleine sur la plateforme, la compagnie a eu le mérite de conserver quasiment intacte sa fréquence (trois vols hebdomadaires) malgré la crise sanitaire hormis pendant la parenthèse du confinement. Ses vols passagers opérés en B787 offrent chacun une capacité fret de 18 tonnes et l'espace pour charger des palettes entières.

La persistance de Ethiopian Airlines à relier l'Europe et l'ensemble des pays africains à son hub cargo d'Addis-Abeba lui a permis de prendre des parts de marché, jusqu'à se trouver "leader au Cameroun, devant Air France et Brussels Airlines", relève Jean-Marc Boutigny. La compagnie éthiopienne est même devenue le premier opérateur de fret aérien traditionnel à Marseille en janvier 2021 (128 tonnes), devant Air Corsica (103 tonnes). Cela explique sa montée en puissance en France, à Marseille et à Paris qu'elle dessert quotidiennement.

Aucun des pourvoyeurs habituels de fret traditionnel (Air Austral, Turkish Airlines, Lufthansa, Tunisair, El Al, Royal Air Maroc) n'a repositionné ses capacités d'avant crise. Certains n'ont même pas repris leurs vols. Leurs pertes de trafic pour 2020 s'étalent de 41 à 86 %. Bien que dans une catégorie inférieure, Air Sénégal a été la seule avec Ethiopian à connaître la croissance, progressant de 456 %, à 23 tonnes.

Dans un contexte qui a rarement été aussi incertain, Jean-Marc Boutigny s'est quand même donné un objectif : 55.000 tonnes de fret avionné en 2021. Seule certitude selon lui, "on ne retournera pas au niveau de 2019 car tant que les capacités de soutes n'auront pas été récupérées on ne pourra pas retrouver les niveaux d'avant crise". En attendant, le l'AMP peut continuer de profiter du dynamisme des opérateurs express, les seuls transporteurs aériens qui gagnent encore de l'argent.


Franck André

Lundi 15 Février 2021



Lu 815 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal