Matières dangereuses : quel est le coût des nouvelles mesures de sécurité ?


Selon un calendrier précis, l’application des mesures de l’arrêté du 21 septembre 2017 s’échelonne du 1er juillet 2018 au 1er janvier 2020. En assemblée générale, l’Association des transporteurs de matières dangereuses estime que le coût de mise en conformité des parcs de stationnement concernés s’élève entre 50.000 et 100.000 euros par site.


© Geodis
© Geodis
Pour les transporteurs de matières dangereuses concernés par l’arrêté du 21 septembre 2017, la mise en conformité de leurs parcs de stationnement représente un investissement de 50.000 à 100.000 euros par site. Telle est l’estimation dévoilée par l’ATMD le 20 juin à Paris à l’heure où les premières mesures du texte entrent en vigueur.

Florence Dupasquier-Meynard, présidente de l’ATMD © Érick Demangeon
Florence Dupasquier-Meynard, présidente de l’ATMD © Érick Demangeon
Du simple au double, cette évaluation dépend "des équipements requis suivant les parcs de stationnement, les matières dangereuses transportées et le nombre de véhicules concernés", explique Laurent Valleret, directeur général du groupe Le Calvez. Elle consolide les coûts liés à "la pose d’une clôture d’au minimum 1,8 mètre de haut, l’aménagement d’un portail conforme et de concertina, au gardiennage, aux systèmes de surveillance et de détection incendie". À ces investissements en équipements s’ajoute une série de frais supplémentaires : "maîtrise d’œuvre des travaux et suivi des relations avec les intervenants (SDIS, Dreal, prestataires tiers…), coûts récurrents notamment de la télésurveillance, contrôles périodiques de maintenance des systèmes et installations, charges diverses telles qu'électricité, formation des personnels, exercices d’entraînement, etc."

Difficultés de mise en œuvre

La réalisation des mesures de l’arrêté du 21 septembre 2017 soulève également quelques problèmes techniques. "Difficile en effet de poser du concertina en hauteur sur des portails coulissants de 1,8 mètre", évoque Laurent Valleret. Pour signaler cette difficulté, l’ATMD a adressé un courrier à la Direction générale de la prévention des risques (DGPR) en avril dernier.

Laurent Valleret, directeur général du groupe Le Calvez © Érick Demangeon
Laurent Valleret, directeur général du groupe Le Calvez © Érick Demangeon
Les transporteurs y sollicitent une dispense si le sol est en béton et/ou en revêtement bitumineux de type routier empêchant de passer sous le portail. D’autres soucis concernent le débit garanti d’eau pour la bouche incendie et la mise en œuvre de systèmes de détection et d’extinction automatiques ;  deux mesures en vigueur dès le 1er janvier 2020. Quant aux nouvelles distances d’éloignement prévues sous certaines conditions, "elles peuvent remettre en cause l’existence même du site". Selon l’ATMD, les distances obligatoires entre les véhicules et avec d’autres bâtiments augmentent la surface nécessaire de 30 % pour un parc de stationnement !

Un coût global de plus de 100 millions d’euros

En parallèle, l’association travaille avec la Mission du transport de matières dangereuses à la définition d’une grille unique de contrôle des mesures de l’arrêté. Sur la base d’un millier de sites concernés, la MTMD évalue à plus de 100 millions d’euros le coût global lié à l’application de l’arrêté du 21 septembre 2017 ; les transporteurs de bouteilles GPL subissant une double peine suite à la modification de la rubrique ICPE 4718 encadrant le stockage de ces produits.


Érick Demangeon

Jeudi 28 Juin 2018



Lu 1116 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy