Matières premières : nickel, or et coton en berne


Le cours du nickel a souffert la semaine dernière, atteignant un niveau plus vu depuis juillet 2019, maintenu sous pression par les inquiétudes d'une demande en berne en Asie frappée par l'épidémie de coronavirus.


Les acheteurs chinois pourraient avoir besoin de moins de coton © Carnaby
Les acheteurs chinois pourraient avoir besoin de moins de coton © Carnaby
L'Indonésie, premier producteur de nickel au monde, "ressent, elle aussi, l'impact du Covid-19", ont expliqué les analystes d'ING, Warren Patterson et Wenyu Yao. "Certaines exportations de nickel et d'acier inoxydable à destination de Chine, d'une valeur totale de 11 milliards de dollars, seront probablement retardées de plusieurs mois", ont-ils ajouté, se référant aux propos d'un ministre indonésien. Le marché du nickel, surnommé parfois "métal du diable", était attendu en déficit en 2020, avertissait néanmoins l'institut Cyclope dans ses prévisions de début d'année, mais de manière plus limitée.
Sur le London Metal Exchange (LME), la tonne de nickel pour livraison dans trois mois s'échangeait à 12.170 dollars vendredi 28 février, contre 12.530 dollars le vendredi précédent à la clôture. Les autres matières premières industrielles étaient, elles aussi, à la peine la semaine dernière : le cuivre valait 5.540,41 dollars la tonne à la même heure, au plus bas depuis le début du mois. L'aluminium valait quant à lui 1.674 dollars la tonne, au plus bas depuis octobre 2016.

L'or bat en retraite

Étrangement, l'or a baissé sur la semaine après avoir atteint lundi un sommet en sept ans, culminant à 1.689,31 dollars l'once. Le métal précieux a été "dopé par la dernière vague d'aversion au risque sur les marchés", avait commenté en début de semaine Joni Teves, analyste pour UBS. Traditionnellement considéré comme une valeur refuge, l'or a tendance à s'apprécier en période d'incertitudes. Et avec la propagation du coronavirus dans le monde entier et la dégringolade des principales places boursières, qui ont connu leur pire semaine depuis 2008, le contexte était favorable à une envolée du métal jaune. Pour autant, celui-ci n'a pas su conserver ses gains, et s'est affaissé, notamment ce vendredi.
"Nous attribuons cela à des ventes forcées visant à compenser les pertes réalisées ailleurs et à couvrir les appels de marge", a expliqué Daniel Briesemann, analyste pour Commerzbank. Un appel de marge consiste pour un investisseur à apporter des fonds supplémentaires censés couvrir la dépréciation d'une position ouverte sur le marché. Faute de quoi, l'investisseur risque de voir sa position clôturée. Selon Naeem Aslam, analyste pour Avatrade, si les cours de nombreuses entreprises ont effectivement chuté, celles-ci sont encore "en bonne santé". "Le coronavirus n'a pas encore influencé le taux de défaillance des sociétés", a-t-il ajouté. Sur le London Bullion Market, l'once d'or valait 1.587,57 dollars vendredi, contre 1.643,41 dollars le vendredi précédent.

Le coton s'effiloche

Les cours du coton ont perdu du terrain la semaine dernière, pénalisés par le ralentissement des activités en Chine frappée par l'épidémie de coronavirus. "Les acheteurs chinois pourraient avoir besoin de moins de coton dans la mesure où les usines, qui sont restées fermées pendant les célébrations du Nouvel An, ont rouvert mais avec un rythme d'activité qui reste faible", a estimé Jack Scoville, de Price Futures Group. Les craintes liées au coronavirus ont ainsi relégué au second plan les dernières prévisions du ministère américain de l'Agriculture, diffusées vendredi dernier, qui indiquaient que "les agriculteurs américains réduisent leur superficie de culture de coton de 9 % en 2020-2021", selon Michaela Helbing-Kuhl, de Commerzbank. Parmi les causes avancées, "la performance relativement défavorable du prix du coton par rapport aux produits concurrents (en particulier le maïs et le soja)", a-t-elle ajouté. La livre de coton pour livraison en mai à New York valait 60,75 cents vendredi, contre 69 cents la semaine précédente à la clôture.

Benoît Pelegrin

Lundi 2 Mars 2020



Lu 407 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy