Mobilisation contre la marée noire à l'Île Maurice


Des efforts désespérés pour éviter une catastrophe écologique dans les eaux cristallines de l'Ile Maurice étaient encore en cours lundi 10 août, avec le concours de la France, après le naufrage d'un navire dans cette zone maritime protégée, qui menace maintenant de se briser en deux.


Le "Wakashio" est accroché au récif coralien depuis le 25 juillet © DR
Le "Wakashio" est accroché au récif coralien depuis le 25 juillet © DR
Lorsqu'il s'est échoué sur la côte mauricienne, le vraquier "Wakashio" contenait pour sa propulsion 3.894 tonnes de fuel peu soufré (LSFO, Low Sulphur Fuel Oil), 207 tonnes de diesel et 90 tonnes d'huile lubrifiante, selon son propriétaire, le japonais Nagashiki Shipping. Plus de 1.000 tonnes se sont déjà répandues dans les eaux du lagon après que le navire, opéré par Mitsui OSK Lines (MOL), a commencé à se briser.
Des opérations de pompage ont pu commencer dimanche avec deux navires citernes mauriciens, l'avitailleur "Elise" et le "Tresta Star". Des moyens ont été envoyés d'Afrique du Sud, de Singapour, du golfe Persique, du Japon et de France, notamment de La Réunion voisine. Mais les fissures dans la coque du navire se sont agrandies, faisant craindre que celui-ci ne se coupe en deux, aggravant encore la situation.

Échoué depuis plus de deux semaines

Le "Wakashio", navire de 300 mètres de long et 203.130 tonnes de port en lourd battant pavillon panaméen, naviguait a priori à vide de Singapour au Brésil lorsqu'il s'est échoué le 25 juillet sur un récif corallien à Pointe d'Esny, près du site de Blue Bay, très prisé par les baigneurs et les plongeurs sous-marins.

Le combustible du vraquier a déjà envahi le lagon © DR
Le combustible du vraquier a déjà envahi le lagon © DR
Les 20 membres d'équipages ont été évacués sains et saufs le 6 août. Différentes sources rapportent que la salle des machines est inondée et le générateur de secours est hors d'usage. Les opérations de remorquage ont été rendues difficiles par les conditions de mer. Le ressac aurait fini par faire céder la coque, laissant échapper le combustible des soutes du navire depuis le 6 août au moins. L'enquête qui a débuté n'a pas encore expliqué les raisons du naufrage.
Les autorités avaient déployé des barrages flottants mais disposent de peu de matériel antipollution. Elles ont été relayées par les habitants. Selon un porte-parole de Mitsui OSK Lines, qui exploite le navire, des tentatives pour évacuer du carburant en hélicoptère ont échoué. "Nous avons essayé de placer un barrage de confinement autour du navire, mais cela ne fonctionne pas bien en raison des fortes vagues", a-t-il expliqué.
Le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth a demandé une aide d'urgence à la France, avouant que la petite nation de l'océan Indien n'avait pas les moyens matériels ou techniques de faire face à ce qui pourrait être une tragédie environnementale.

Catastrophe écologique et économique

Sur la côte sud-est de l'île, ce récif est un joyau écologique connu pour ses sites de conservation classés internationalement, ses eaux turquoises et ses zones humides protégées. Des images aériennes prises ces derniers jours montrent déjà l'ampleur du désastre : d'immenses nappes noires dans la mer azur, se déplacent vers les lagons, les récifs coraliens et les plages idylliques de sable blanc qui ont fait de l'Île Maurice une perle du tourisme vert.
Sur les rives, des volontaires ont construit à la hâte des cordons flottants, faits de paille et de bouteilles vides, pour essayer de contenir la nappe dérivante.

Franck André avec AFP

Lundi 10 Août 2020



Lu 794 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 11 Septembre 2020 - 12:57 Île Maurice : Mol promet 8 millions d'euros


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide



























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal