Motion sur l'ouverture des droits de trafic aérien à Nice


Réunie en assemblée générale, la CCI de Nice et la Société des aéroports Nice-Côte d’Azur, dont elle est un actionnaire minoritaire à hauteur de 25 %, ont signé une motion qui vise à faciliter une meilleure desserte aérienne internationale, via une plus grande ouverture des droits de trafic pour les passagers et le fret.


© Nice-Côte d’Azur
© Nice-Côte d’Azur
Sans liaison ferroviaire rapide à court et moyen terme, la Côte d’Azur, pour la bonne santé de son tourisme ou de son économie, est étroitement dépendante de l’aérien pour son désenclavement à l’international. Or, le blocage de créations de nouvelles lignes, en raison de droits de trafic toujours difficiles à obtenir de la part des autorités de l’État, handicape la région. Elle justifie pour la première fois, le vote d’une motion, par l’ensemble des élus de la CCI Nice-Côte d’Azur et la Société des aéroports de la Côte d’Azur le 8 septembre. Elle sera adressée aux autorités compétentes. La motion constate : «Au moment où l’État réforme l’organisation territoriale française pour améliorer la compétitivité des Régions, des Métropoles et créer de l’emploi, la limitation des droits de trafic aériens intercontinentaux par des accords bilatéraux pénalise nos entreprises et nos territoires».

«Potentiel très important entre Nice et l’Asie du Sud»


L’aéroport niçois a d’ailleurs déjà été victime de cette limitation. Il y a un an, malgré de bons résultats de trafic passagers et fret, Qatar Airways avait interrompu ses trois liaisons hebdomadaires entre Nice et Doha pour transférer ces droits de trafic sur Roissy afin de mettre en place trois vols quotidiens au départ de cette plateforme. Malgré des statistiques qui démontrent un potentiel très important d’un trafic passagers et fret entre Nice et l’Asie du Sud, aucune compagnie asiatique ne peut exploiter cette liaison en raison de l’absence de droits de trafic.
Mais la motion veut se faire aussi l'avocat des grandes plateformes de province. «Cette réglementation archaïque pénalise les grandes métropoles françaises par rapport aux métropoles allemandes, italiennes, espagnoles et du Royaume-Uni. Elle oblige les passagers à transiter par d’autres hubs comme Paris, Londres, Francfort…, plus cher, plus long, plus fatigant. Et enfin localement, elle pénalise l’économie azuréenne, freine la création d’emplois et la croissance des entreprises vers leurs nouveaux marchés».
L’aéroport et la CCI de Nice estiment que, dans le cadre de la réforme territoriale en cours, ou par tout autre processus complémentaire, de revoir ce système et permettre à court terme l’ouverture de lignes intercontinentales, l’Europe étant bien desservie. «Nous lançons donc, en liaison avec la Société des aéroports de la Côte d’Azur, nos partenaires locaux et d’autres Métropoles comme Lyon ayant les mêmes objectifs, une mobilisation des acteurs économiques pour obtenir ces autorisations d’ouvertures». La balle est donc dans le camp des pouvoirs publics qui doivent tenir compte de l’avis de notre compagnie nationale parfois peu encline à ouvrir l’espace aérien à la concurrence sans réciprocité.

Michel BOVAS

Lundi 15 Septembre 2014



Lu 264 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Mai 2018 - 15:39 Cargolux signe un exercice 2017 record


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy