Navigation fluviale : l'automatisation obtient sa définition


La Commission centrale pour la navigation du Rhin a mis au point une grille de cinq niveaux d'automatisation dans la conduite des navires, distincte de celle de la navigation maritime.


La définition de l'automatisation prend en compte les aspects éthiques et sociaux © Beka Imperial
La définition de l'automatisation prend en compte les aspects éthiques et sociaux © Beka Imperial
En matière d'automatisation des systèmes de pilotage, la navigation intérieure dispose désormais de sa propre grille d’analyse. La Commission centrale pour la navigation du Rhin (CCNR) a en effet mis au point une première définition internationale spécifique au fluvial. L’organisation internationale basée à Strasbourg procédera à son actualisation d’ici fin 2020.
Elle retient six niveaux : pas d'automatisation, assistance pour la gouverne, automatisation partielle, conditionnelle, avancée ou complète. Son document explicite chacun d'eux en quelques lignes, en l'illustrant par des exemples. Il décrit la répartition de principe des tâches entre l'homme et la machine.

Plus proche du routier que du maritime

Pour les deux derniers niveaux d’automatisation (avancée et complète), le système, s’il était activé, réaliserait l’ensemble des tâches de conduite du bateau, de surveillance et de réaction à l'environnement, et même d’intervention en cas d’urgence.
"Cette définition n’est pas un calque de celle de l’Organisation maritime internationale (OMI). Alors que celle-ci fixe l’autonomie complète comme étant la règle, notre approche rappelle plutôt celle du transport routier, à savoir le recours à l'automatisation de manière progressive et dans les cas où elle s’avérerait pertinente", décrit Benjamin Boyer, administrateur en charge des prescriptions techniques des bateaux à la CCNR.

"Cette définition n’est pas un décalque de celle de l’Organisation maritime internationale"


"La définition adoptée par la CCNR prend en compte les spécificités de la navigation intérieure, comme la composition des équipages, la navigation dans un milieu fermé et restreint, le passage d’écluses, le niveau d’eau, la hauteur des ponts et la manœuvrabilité des bateaux de navigation intérieure", ajoute-t-il.

De nombreux projets-pilotes

Une vingtaine de projets pilotes ont été lancés aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et à l’échelle de l’Union européenne. Ils expérimentent notamment les trains de bateaux ou platooning – avec un navire de tête et des suiveurs, projet "Novimar" –, la navigation automatisée sur un itinéraire prédéfini ("Seafar"), ou encore un modèle prédictif fondé sur l’intelligence artificielle ("Shipping Technology"). L’expérience ainsi acquise devrait permettre de mieux évaluer les possibilités techniques et les bénéfices qu’il est possible d’en tirer.
La définition préconisée intègre les considérations juridiques et techniques, mais aussi éthiques et sociales. Ses rédacteurs ont bien eu conscience que le sujet était potentiellement sensible, notamment en termes de possible réduction des équipages ou encore de perception de la sécurité face à l’hypothèse d’un navire sans conducteur à bord.
Leur approche a visé à considérer que l’automatisation ne rimait pas forcément avec une réduction des équipages, mais qu’elle pouvait leur faciliter les tâches et améliorer leurs conditions de travail, leur permettant ainsi de passer plus de temps en famille et de répondre à des pénuries de main-d'œuvre. À charge pour les propriétaires de bateaux de partager cette vision.

Mathieu Noyer

Vendredi 18 Octobre 2019



Lu 990 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy