Navigation sur le Rhin : les dix ans d’un texte précurseur


La convention sur les déchets en navigation intérieure sur le Rhin a fêté une décennie de fonctionnement qui a démontré son efficacité.


La CDNI, un modèle précurseur de préservation des voies de navigation intérieure © CCO
La CDNI, un modèle précurseur de préservation des voies de navigation intérieure © CCO
Voilà dix ans que la navigation sur le Rhin dispose de son cadre pour la gestion de ses déchets. Entrée en vigueur le 1er novembre 2019, la "Convention relative à la collecte, au dépôt et à la réception des déchets survenant en navigation rhénane et intérieure" (CDNI) a célébré l’anniversaire, le 17 décembre à Strasbourg (Bas-Rhin), siège de son secrétariat exécutif, hébergé par la Commission centrale pour la navigation du Rhin. Les six États signataires riverains du fleuve (France, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas et Suisse) ont instauré un modèle précurseur de préservation des voies de navigation intérieure, en ciblant la prévention et la lutte contre plusieurs catégories de déchets, principalement les huileux et graisseux survenant lors de l’exploitation du bateau et ceux liés à la cargaison. Une autre famille va les rejoindre : les résidus gazeux de cargaison liquide, autrement dit les vapeurs.

Exemplaires de la Convention relative à la collecte, au dépôt et à la réception des déchets survenant en navigation rhénane et intérieure (CDNI) © Mathieu Noyer
Exemplaires de la Convention relative à la collecte, au dépôt et à la réception des déchets survenant en navigation rhénane et intérieure (CDNI) © Mathieu Noyer
Lors de la soirée-anniversaire, les représentants des États membres et les témoins des négociations puis de la signature de la convention en ont souligné le caractère pionnier. Si l’entrée en vigueur ne date que de 2009, le texte lui-même a été finalisé dès 1996, le processus de ratification expliquant le délai. Il a même été négocié dès le début des années 1990, "à une époque où associer les notions de navigation fluviale et de transport 'propre' n’allait pas forcément de soi", a relevé Eckhardt Treunert, l’un des "pères fondateurs" allemands de la CDNI.

Revoir le mode de financement

Pour autant, la convention a su s’adapter aux évolutions techniques de la flotte et à la numérisation. Elle aborde à présent une remise en question de son mécanisme financier. Celui-ci repose depuis l’origine sur une rétribution des professionnels, application du principe du pollueur-payeur (7,50 euros par mètre cube de gasoil, qui seront portés à 8,50 euros en 2021) et sur une règle de solidarité-redistribution, sorte de péréquation internationale entre les États signataires. Or, il arrive au bout de sa logique, car le déséquilibre est devenu structurel entre coûts et recettes.

"En 1990, associer les notions de navigation fluviale et de transport 'propre' n’allait pas forcément de soi"


"La réserve générée par les excédents passés s’amenuise. Il y a nécessité de repenser globalement le fonctionnement de la collecte des déchets huileux et graisseux ainsi que son financement, afin de répondre aux enjeux nouveaux : réduction des émissions de CO2 et gaz à effet de serre, carburants alternatifs au diesel, renouvellement des flottes dans le contexte notamment d’obligations de passage à la double-coque", expose Katrin Moosbrugger, secrétaire exécutive de la CDNI.
La célébration des dix ans a donc aussi été l’occasion de poser les jalons de cette réflexion, et ainsi de tourner la CDNI vers un avenir qui pourrait également être plus européen, avec l’hypothèse d’adhésions d’États riverains du Danube, ou d’autres bassins.

Mathieu Noyer

Vendredi 3 Janvier 2020



Lu 1186 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Riccobono - 115, chemin des Valettes - 83490 Le Muy