Plan de sobriété énergétique : l'État dévoile un jeu décarboné pour les acteurs de la filière


Pour le transport du fret, la logistique ainsi que pour les ports et aéroports, le plan national de sobriété énergétique de l'État s'inspire des propositions émanant de la filière. Un ensemble de mesures ayant fait l'objet de recommandations plus détaillées par l'association France Logistique.


© Arnaud Bouissou Terra
© Arnaud Bouissou Terra
Les diverses mesures du plan national de sobriété énergétique présentées récemment par le gouvernement affichent pour objectif la "réduction de 10 % la consommation énergétique de la France sur deux ans et de 40 % d’ici 2050", selon la Première ministre, Élisabeth Borne, et la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.
Dans son volet consacré aux modes de transports du fret, à la logistique, aux ports et aux aéroports, ce plan comporte trois recommandations ciblant en effet les infrastructures portuaires ainsi que la voie d’eau.
Pour Clément Beaune, ministre délégué aux Transports, ces normes concernent, tout d’abord, "la réduction des consommations énergétiques des écluses et des dragues, par une diminution des vitesses et l’évolution des motorisations".
Le verdissement des flottes est encouragé "avec la poursuite du déploiement des bornes électriques à quai", a affirmé le ministre. Il est en outre demandé aux ports et aux armements de réduire la consommation d’énergie des conteneurs reefer et des installations frigorifiques portuaires. Pour y parvenir, l’État recommande l’utilisation de nouvelles technologies et modalités de gestion des températures.

"Accélérer le renouvellement des flottes d'avions"

Dans l’aérien, le gouvernement demande aux compagnies "d’accélérer le renouvellement des flottes" en faveur d’avions moins énergivores et de recourir davantage à des carburants bas-carbone. Les mesures préconisées dans ce secteur s’étendent aux aéroports via la mise en place de procédures au sol, d’approche et de décollage limitant la consommation de kérosène.
S’ajoute "l’optimisation du chauffage et de la climatisation dans les aérogares".
Dans le ferroviaire, l’État souhaite "la généralisation des formations à l’éco-conduite des trains et une réduction des consommations énergétiques lors de leur stationnement".
Pour le routier, le plan de sobriété énergétique renvoie aux travaux en cours menés dans la filière. D’ici à la fin de l’année, ils doivent déboucher sur une feuille de route consacrée à la décarbonation du secteur. À l’attention des chargeurs enfin, l’État rappelle qu’un décret du 3 août 2022 "oblige les calculateurs d’itinéraires à inciter à utiliser les modes de transport émettant le moins de gaz à effet de serre et consommant le moins d’énergie".

"Poursuivre du déploiement des bornes électriques à quai"

Elisabeth Borne © Ministère de la Transition énergétique
Elisabeth Borne © Ministère de la Transition énergétique

Un autre volet du plan de sobriété énergétique concerne les bâtiments logistiques. Dans ce domaine, l’État demande que les propriétaires et les exploitants de ces sites déploient des éclairages basse consommation, des minuteurs et des détecteurs de présence.
En complément des mesures gouvernementales, France Logistique encourage les entreprises du secteur des transports et de la logistique à désigner "un ambassadeur dédié à la sobriété énergétique". La série de recommandations présentées par l'association s'avèrent plus détaillées. S'adressant à toutes les entreprises de la filière, elles comportent des approches plus ciblées en matière d’immobilier logistique et portent sur tous les modes de transport de marchandises.

Érick Demangeon

Mardi 18 Octobre 2022



Lu 1936 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal