Port de Marseille-Fos : "des ambitions de tête de pont sur l'axe Rhône-Saône"


Trois semaines après la visite d’Emmanuel Macron à Marseille, Hervé Martel, le président du directoire du Grand Port maritime de Marseille garde en mémoire les "ambitions de tête de pont" sur l'axe Rhône-Saône pour le port phocéen présentées par le président de la République.


© GPMM
© GPMM
Haropa, le modèle sur l'axe Seine, sert déjà de schéma de référence. Sur l'axe Rhône-Saône, le port de Marseille pourra servir de "tête de pont". Le message d'Emmanuel Macron a encouragé Hervé Martel à poursuivre les initiatives déjà engagées pour se tourner vers l'hinterland d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Selon le président du directoire du GPMM, "il s’agit en effet d’un enjeu national pour l’économie du pays qui contribuera à la décarbonation des échanges en favorisant les transports ferroviaire et fluvial". Le dirigeant portuaire a confié : "Nous sommes déjà au travail avec l'ensemble des acteurs économiques et institutionnels concernés".

Il souligne "l'unicité et la stratégie" autour de la situation géographique du port de Marseille-Fos. Selon lui, "dans le delta du Rhône, il est "la porte d'entrée sud de l'Europe" car étant relié à "plus de 160 pays dans le monde".

"Être un port vert au service de l’économie bleue"… Ainsi définit-il le cap qui lui a été fixé avec pour procédure la conciliation "du développement économique et de l'excellence environnementale". Avec plus de 8.500 escales de navires par an en moyenne, le port traite près de 80 millions de tonnes de marchandises et accueille plus de 3 millions de voyageurs.

Un retour de la demande

Le port de Marseille-Fos bénéficie cette année lui aussi de la reprise. À 38 millions de tonnes, le volume global enregistré au premier semestre, en hausse de 13 %, a rendu optimiste Christine Rosso, responsable du développement commercial et des solutions intermodales.

Pour les prévisions annuelles de l'établissement portuaire, la responsable du développement commercial et des solutions intermodales reste toutefois prudente. Elle estime que si "la demande est clairement de retour" cette année par rapport à 2020, elle préfère toutefois "rester méfiante" pour les mois à venir, estimant que tourner la page de la crise sanitaire est aujourd'hui prématuré.

Pour les six premiers mois de l'année, si les vracs liquides (21,33 millions de tonnes) ont déjà connu une croissance de 6 % par rapport au premier semestre de 2020, ils ont perdu toutefois 7 % par rapport à 2019, regrette-t-elle. Ce segment accuse notamment un recul de 9 % du pétrole brut et raffiné, 2019 étant désigné comme "l'année de référence" de l'établissement portuaire. En revanche, le port bénéficie de la progression, sur la même période, des vracs chimiques (+ 21 %) et agroalimentaires (+ 11 %).

Croissance modérée du conteneur

Dans les vracs solides (6,3 Mt), la croissance s'est élevée à 32 % par rapport aux six premiers mois de 2020 et de 4 % par rapport au premier semestre 2019. À l'exception des céréales, tous les trafics de la filière ont progressé. Christine Rosso souligne la croissance de 46 % de la sidérurgie comparé à 2020 et de 7 % par rapport à 2019.

Quant aux marchandises diverses, à 10 millions de tonnes, elle affirme qu'elles ont progressé de 19 % par rapport aux six premiers mois de 2020. Dans cette filière, le trafic conteneurisé, qui a atteint 755.000 EVP, a augmenté de 21 % par rapport à 2020 mais seulement de 2 % comparé aux six premiers mois de 2019.

"L'image des ports français repart sur une dynamique positive"


Le ro-ro a marqué un bond de 31 % par rapport à 2020, observe-t-elle, mais de 6 % comparé à 2019. La responsable du développement commercial souligne la croissance de 63 % des volumes de voitures neuves, en hausse de 18 % comparé à 2019. Et de rappeler la progression du trafic en provenance d'Espagne, du Maroc et de Turquie, notamment.

De nouveaux outils pour la fluidité

Christine Rosso se félicite des conclusions de l'étude publiée par Eurogroup Consulting et l'Association des utilisateurs de transport de fret (AUTF) concernant la qualité de service dans les ports français évaluée par les chargeurs de l'Hexagone. Une enquête qui classe Marseille au deuxième rang national, avec 62 % des opinions positives de leur part, derrière Dunkerque, avec 88 %. Pour la responsable du développement commercial du GPMM, "l'image des ports français repart sur une dynamique positive".

Elle estime que la fluidité du passage des marchandises (CI5), la transparence des coûts, l'offre d'escales, le traitement des marchandises, la transparence et le déroulement des opérations font partie des axes de progrès auxquels ont été sensibles les chargeurs.

Parmi les actions opérationnelles mises en place par le port phocéen pour contribuer à l'amélioration de la fluidité des marchandises, elle cite le travail fourni dans le domaine des fruits et légumes et la simplification douanière appliquée entre Marseille et Lyon.
"Dans quelques semaines, on aura accès aux nouveaux indicateurs du port dans l'ensemble des chaînes", indique-telle. Des indicateurs qui prendront en compte le domaine nautique, la fluidité et la sortie des terminaux.

En matière de report modal, Christine Rosso observe que le ferroviaire a progressé à Marseille-Fos de 28 % et que le fluvial a augmenté en un an de 20 %. Elle affirme enfin que le GPMM continue de travailler sur la politique de décarbonation déjà affichée. Un projet d'éco-calculateur fait suite au Smartport challenge remontant à 2019, précise-t-elle.

Vincent Calabrèse

Vendredi 1 Octobre 2021



Lu 38 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal