Ports normands associés : une visibilité renforcée pour les ports du transmanche


Sous la bannière Ports de Normandie (PNA), les ports de Caen-Ouistreham, Cherbourg et Dieppe ont mutualisé leur budget et disent avoir renforcé leur visibilité. Si la crise sanitaire a profondément affecté le premier semestre 2020, l'établissement fonde de grands espoirs sur les énergies marines renouvelables. Philippe Deiss, le directeur général de Ports de Normandie, apporte son éclairage.


Philippe Deiss, directeur général de Ports de Normandie © Éric Houri
Philippe Deiss, directeur général de Ports de Normandie © Éric Houri
Comment analysez-vous les choses ?

Ports de Normandie a toujours clairement voulu conforter sa place de leader pour l’activité transmanche à l’ouest du détroit. L’an passé, tous les indicateurs étaient au vert en termes d’escale, de nombre de passagers, de tonnage. Nous avions enregistré 1 % de plus en termes de nombre de passagers. Le tonnage était en hausse de 3,5 %. Mais avec la crise sanitaire, la tendance s’est inversée. Sur le premier semestre 2020, la situation est devenue très compliquée. C’est un véritable drame pour les lignes tant du point de vue du trafic passager que sur le fret. En chiffres, nous en sommes à - 21,1 % en tonnage, 2,72 millions de tonnes en juillet 2020 contre 3,44 Mt en juillet 2019. Le nombre de poids lourds est en baisse de 14,4 % à 99.939 unités. Nous sommes passés de 1,2 million de passagers à fin juillet 2019 à 300.155 passagers à fin juillet 2020 soit une baisse de 75 %.

"L’ambition est de générer de la valeur ajoutée pour le territoire, de l’emploi"


L’an passé, la priorité a été de nous préparer au Brexit. Le plus gros chantier a été la mise aux normes des équipements et des procédures dans cette perspective. Il fallait que les ports soient prêts en mars 2019, puis en juin, puis en octobre, puis enfin au 1 er janvier 2021, avec un certain nombre d’équipements à réaliser pour le contrôle des marchandises. Il a fallu adapter également les systèmes informatiques. L’objectif est d’assurer les contrôles tout en garantissant la fluidité du trafic.

Les autres trafics ont-ils également souffert sur les six premiers mois de l’année ?

Les résultats enregistrés par les trois ports sont à mettre au regard de la période observée. L’année 2019 a globalement été bonne avec un trafic de marchandises à 6,55 Mt en progression de 3,2 % par rapport à 2018. En revanche, les six premiers mois de l’année 2020 ont été beaucoup plus compliqués du fait notamment de la période de confinement à l’exception de l’agroalimentaire (céréales et engrais), qui s’est très bien comportée à 326.214 tonnes à fin juillet 2020. La progression s'élève de 56,4 % par rapport à 2019.
On peut noter aussi une bonne tenue du trafic de marchandises conventionnelles en augmentation de 15 %, une performance qui est notamment liée au trafic de céréales. Le trafic de granulats, lui, est en baisse de 13,8 % (181.100 tonnes contre 210.200 à fin juillet 2019). Il a souffert pendant la période de confinement avec le ralentissement de l’activité BTP. Ce trafic est reparti à la hausse depuis fin mai.

Outre le transmanche, y-a-t-il d’autres pistes de développement pour ces trois ports ?

Oui, ce sont clairement les énergies marines renouvelables (EMR). Nous avons l’ambition d’être un acteur incontournable dans le domaine en France et nous nous donnons les moyens de cette politique. Des investissements importants ont été réalisés à Cherbourg. D’autres sont en cours à Caen-Ouistreham et d’autres encore devraient démarrer à Dieppe. La Normandie a la chance d’avoir obtenu trois champs éoliens offshore : Fécamp, Dieppe-Le Tréport et Courseulles-sur-Mer. Et un débat public s’est déroulé pour un quatrième champ ces derniers mois. Nous avons également les plus forts courants d’Europe pour générer de l’hydrolien, donc un terrain très propice pour les EMR.
Au-delà des performances de trafic en matière de tonnage, l’ambition de Ports de Normandie est de générer de la valeur ajoutée sur le territoire, de l’emploi. Nous regardons la rentabilité des investissements pour les ports mais plus globalement pour le territoire. Tous les investissements qui sont prévus sont maintenus malgré la crise sanitaire car ils sont structurants et indispensables. Je pense à ceux liés au Brexit ou à des infrastructures. Nous avons juste différé d’un an un investissement important, celui du terminal de ferroutage de Cherbourg en accord avec Brittany Ferries.

François Hauguel

Jeudi 1 Octobre 2020



Lu 37 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 30 Octobre 2020 - 17:26 ​Le Ghaam veut aider à la relance du Havre


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide




































 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal