Pour une meilleure intégration des autoroutes de la mer


Coordinateur européen chargé des autoroutes de la mer, Kurt Bodewig propose un plan de relance des autoroutes de la mer. Sa mise en œuvre suppose des investissements dans le "verdissement" des navires, ainsi que leur intégration aux corridors terrestres et multimodaux du Réseau transeuropéen de transport et les outils numériques.


Entre 2008 et 2020, l’Europe a investi 717 millions d’euros dans les projets d’autoroutes de la mer (à travers le programme MOS) © DFDS
Entre 2008 et 2020, l’Europe a investi 717 millions d’euros dans les projets d’autoroutes de la mer (à travers le programme MOS) © DFDS
L’évaluation du règlement sur le réseau transeuropéen de transport (RTE-T) a débuté cette année par la Commission européenne. Cet examen doit déboucher sur une proposition de révision d’ici fin 2021. C’est dans ce contexte que Kurt Bodewig, coordinateur européen chargé des autoroutes de la mer, a remis le 29 juin un rapport consacré aux conditions de mise en œuvre des autoroutes de la mer au sein d’un "espace maritime européen" intégré au RTE-T.

Trois priorités

La première condition de ce plan croise les objectifs européens de lutte contre le changement climatique, d’amélioration de la qualité de l’air et de l’eau. Selon Kurt Bodewig, la poursuite de ces objectifs impose que les autoroutes de la mer "investissent dans la décarbonation des navires à travers le développement de combustibles non fossiles, l’innovation des systèmes de propulsion, le transfert modal route-mer et l’utilisation d’éco-incitations". Au-delà du GNL considéré comme "un carburant transitoire", il encourage les recherches sur l’hydrogène, l’ammoniac, l’éthanol et le méthanol, et soutient le déploiement des installations électriques bord-quai.

"Modifier les critères d’éligibilité aux aides européennes pour stimuler l’investissement privé"


La deuxième priorité consiste à renforcer la "connectivité multimodale" en améliorant le lien entre les autoroutes de la mer et les corridors terrestres, ferroviaires et fluviaux en particulier. Cette "connectivité" s’étend également à la desserte des régions et pays périphériques à l’Europe ainsi qu’à ses îles. Kurt Bodewig recommande enfin "l’adoption accélérée d’outils numériques dans les échanges commerciaux, administratifs et douaniers, le partage dématérialisé des données et la gestion du trafic maritime".

Jusqu’à 2,8 milliards d’euros d’investissement

Pour chaque priorité, le coordinateur évalue les investissements nécessaires sur la période 2021-2027. Ceux consacrés au "verdissement" de la flotte s’élèvent à plus de 1,5 milliard d’euros, la meilleure intégration aux corridors terrestres entre 400 millions et un milliard d’euros, et la "transition numérique" à 335 millions d’euros. Le financement de ces actions serait tout d’abord public via, par exemple, le Mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE). Ces subventions auraient pour but d’initier et de lancer les projets dont le développement et la mise en œuvre opérationnelle seraient assurés par des financements privés.
Pour stimuler l’intérêt des acteurs privés, Kurt Bodewig propose de modifier les critères d’éligibilité qui conditionnent l’accès aux subventions européennes destinées aux autoroutes de la mer : supprimer l’obligation d’impliquer au moins un port principal (au titre du RTE-T) et deux États membres, simplifier les procédures, permettre des connexions intra-nationales, intégrer les liaisons avec pays tiers… En parallèle, des incitations sont préconisées telles que les dispositifs d’Écobonus à l’attention des clients des autoroutes de la mer.

Érick Demangeon

Mardi 1 Septembre 2020



Lu 1673 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 17:11 Brève grève des officiers du port de Calais


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide

























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (SARL au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur de la publication : François Grandidier
Directrice générale : Raphaëlle Franklin
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnements : 01.40.05.23.15 – abonnements@info6tm.com    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02
Petites annonces : 04.91.13.71.60
Rédaction (redaction@lantenne.com) :
Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com,
Franck André f.andre@lantenne.com 
Graphisme : Pixel Images jm.tappert@groupe-atc.com
Imprimerie : Socosprint - 36, route des Archettes, 88000 Épinal