Progression du pilotage dans les ports français


La Fédération française des pilotes maritimes a tenu à Paris, le 24 mai 2018, son 104e congrès annuel. L’occasion de faire le bilan d’une activité de pilotage en développement, et participant de plus en plus activement à la sûreté portuaire.


Christophe Reux, pilote de la station de la Gironde, vice-président de l’Association européenne des pilotes maritimes, a été réélu secrétaire général de la FFPM. Jean-Philippe Casanova, pilote de la station de Marseille-Fos, vice-président de l’Association internationale des pilotes maritimes, a été réélu président. Georges Strullu, pilote de l’"Adour", a été élu trésorier général © FFPM
Christophe Reux, pilote de la station de la Gironde, vice-président de l’Association européenne des pilotes maritimes, a été réélu secrétaire général de la FFPM. Jean-Philippe Casanova, pilote de la station de Marseille-Fos, vice-président de l’Association internationale des pilotes maritimes, a été réélu président. Georges Strullu, pilote de l’"Adour", a été élu trésorier général © FFPM
Les 30 stations de pilotage des ports français ont vu leur activité progresser en 2017 : avec 104.609 opérations réalisées, entrées et sorties confondues, il s’agit d’une augmentation de 4,4 % par rapport à l’activité de pilotage réalisée l’année précédente. Pour les seules stations de pilotage de France métropolitaine, au nombre de 22, la hausse de l’activité atteint 5 %, avec 91.389 opérations réalisées. L’augmentation de l’activité du pilotage n’est que de 1,3 % en ce qui concerne les ports d’Outre-Mer. "Cette augmentation notoire de l’activité se traduit également par un nouvel accroissement du volume piloté d’un peu plus de 4,6 milliards de m³ pour l’ensemble des stations", précise la Fédération française des pilotes maritimes (FFPM). Le volume moyen des navires pilotés reste stable : près de 45.000 m³, avec une différence entre les Grands Ports maritimes, où le volume moyen des navires pilotés atteint 46.169 m³, et les autres ports où il n’est que de 40.000 m³. Seule ombre au tableau : la cessation d’activité en 2017 du pilotage hauturier basé à Dunkerque, qui ne s’est jamais vraiment remis de la baisse d’activité depuis la crise de 2008.

L’effectif des pilotes maritimes en activité dans les ports français reste stable. Ils sont 330 à opérer. Seules deux femmes exercent cette profession requérant une expérience professionnelle en tant qu’officier de marine marchande © FFPM
L’effectif des pilotes maritimes en activité dans les ports français reste stable. Ils sont 330 à opérer. Seules deux femmes exercent cette profession requérant une expérience professionnelle en tant qu’officier de marine marchande © FFPM
L’effectif des pilotes maritimes en activité dans les ports français reste stable, avec un total de 330 pilotes, dont 291 en métropole et 39 dans les ports d’Outre-Mer. Seules deux femmes exercent cette profession, qui nécessite une importante expérience professionnelle en tant qu’officier de marine marchande, métier lui-même peu féminisé. L’effectif des salariés des stations de pilotage est également stable avec un total de 368 salariés, dont 238 dans les Grands Ports maritimes, 78 dans les autres ports de métropole et 52 dans les ports d’Outre-Mer. Parmi ces salariés des stations de pilotage, on note 257 navigants, ainsi que 13 personnels aériens dans les stations de Dunkerque, du Havre et de la Gironde.

Fin du pilotage hauturier

"Le nombre de pilotes a beaucoup diminué, puisqu’il atteignait 500 dans les années 1980, souligne Jean-Philippe Casanova, pilote de la station de Marseille-Fos, réélu président de la FFPM. Le gain de productivité est dû à une meilleure manœuvrabilité des navires, mais la baisse du nombre de pilotes va nécessairement s’arrêter pour continuer à assurer dans tous les ports un service 24 heures sur 24. Quant au développement des navires autonomes, cela n’aura pas d’impact sur l’activité du pilotage car cela concerne la haute mer, avec la nécessité de faire monter une équipe à bord à l’approche du port". La FFPM participe aux travaux du Cluster maritime français sur la question et, à travers l’Association internationale des pilotes maritimes, à ceux de l’OMI.

"Le nombre de pilotes a beaucoup diminué, puisqu’il atteignait 500 dans les années 1980"


Autres sujets d’action et de coopération de la FFPM avec les autres métiers du maritime : la formation, la promotion de l’économie maritime ou encore la sécurité. "Nous travaillons au bénéfice de la sécurité maritime et de la compétitivité portuaire, car la sécurité des accès maritimes est le premier critère de compétitivité d’un port, affirme Jean-Philippe Casanova. L’activité du pilotage étant liée à l’activité globale du port, nous avons tout à y gagner. Le cœur de notre métier, c’est que les navires arrivent à quai dans les meilleures conditions, et nous constituons en cela un maillon essentiel de la chaîne de transport. La formation est aussi essentielle, puisque la taille des navires augmente plus vite que celle des ports. Nous travaillons beaucoup sur simulateur, mais le ressenti du pilote compte aussi : si tous les appareils du bord s’arrêtent, le pilote sait où il est sans avoir besoin de GPS".

Un nouveau rôle en matière de sûreté

Les pilotes travaillent depuis de nombreuses années à la sécurité de la navigation, avec l’obligation de rapporter tous les incidents constatés à bord des navires (état général du navire, fonctionnement des machines, etc.). Ce rôle se double désormais d’un nouveau rôle en matière de sûreté, avec par exemple des formations auprès de la Marine nationale pour la détection des "signaux faibles" de risque terroriste. "Il y a encore quelques années, on ne pensait pas que les pilotes seraient amenés à jouer un rôle en matière de sûreté, mais le contexte a changé, constate Jean-Philippe Casanova. Le pilote, en tant que premier Français à monter à bord d’un navire provenant d’une destination lointaine et dernier à en descendre lorsque le navire repart, doit être les yeux et les oreilles de l’État. Nous travaillons beaucoup avec les affaires maritimes, de façon à apporter notre pierre à l’édifice de la sûreté nationale. Il ne s’agit pas d’improviser des opérations commando, mais tout simplement de faire remonter des informations. Avec la direction des ports et la direction des affaires maritimes, nous travaillons à un texte pour officialiser ce rôle des pilotes maritimes en matière de sûreté".

Étienne Berrier

Mercredi 30 Mai 2018



Lu 1242 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy