Quel avenir pour les lignes ferroviaires de desserte fine du territoire ?


Les collectivités territoriales, l’État, SNCF Réseau et les chargeurs dans le cas de circulations fret sont appelés au chevet des lignes ferroviaires de desserte fine du territoire. D’ici fin avril, le préfet François Philizot présentera ses propositions techniques, de gouvernance et de financement pour tenter de les pérenniser.


Débat TDIE sur les lignes de desserte fine du territoire le 5 février à Paris © Érick Demangeon
Débat TDIE sur les lignes de desserte fine du territoire le 5 février à Paris © Érick Demangeon
À l’origine de 20 % du fret et de 2 % des voyageurs du mode ferroviaire en France, les lignes de desserte fine des territoires rassemblent 12.000 km de voies classées dans les catégories 7 à 9 de l’UIC. Fixant les conditions de leur maintenance, cette classification ne tient pas compte en revanche de leur utilité réelle, locale notamment. C’est pour cette raison que le rapport Spinetta rendu public en février 2018 recommandait un audit ligne par ligne et une nouvelle segmentation. Si l’hypothèse d’une possible fermeture suggérée à l’époque n’a pas été retenue, plusieurs de ses propositions ont été appliquées puisque SNCF Réseau a remis en juillet 2018 l’audit préconisé. Et en novembre dernier, le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) a été chargé de proposer d’ici septembre 2019 des référentiels de maintenance et d’exploitation adaptés aux lignes UIC 7 à 9.

Nouvelle mission

Pour compléter ces travaux, la ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, a confié en janvier au préfet François Philizot une mission visant à définir une stratégie nationale pour ce réseau capillaire. Celle-ci devra être déclinée au plan régional pour prendre en compte l’hétérogénéité des lignes qui le compose en termes techniques, d’équipements et d’utilisation. Le calendrier fixé est contraint. Un premier état des lieux mené avec les régions sur les situations jugées prioritaires est attendu d’ici fin mars.

"Un besoin de 600 à 700 millions d'euros par an pour rénover le réseau capillaire"


Il complétera notamment l’audit de SNCF Réseau en termes économiques et de coûts de gestion courante des lignes identifiées. Fin avril, des propositions techniques, de gouvernance et de financement seront proposées pour tenter de les pérenniser en y intégrant les éventuelles conséquences juridiques et réglementaires associées. Dans une troisième étape, des pilotes sur la base des solutions retenues seront menés avant un éventuel déploiement national.

Approches disruptives

C’est dans ce cadre que l’association TDIE, coprésidée par le sénateur des Alpes-Maritimes Louis Nègre et le député du Calvados Philippe Duron, a organisé un débat le 5 février à Paris. Illustrant la complexité et l’urgence de la tâche confiée à François Philizot, le réseau capillaire étudié se compose de 7.000 km de lignes empruntées par des voyageurs, 3.000 km utilisés par des transports de fret et 2.000 km sur lesquels circulent des trafics mixtes. "Seul un quart de ces lignes a un trafic de plus de vingt trains par jour", relève Patrick Jeantet. Le président de SNCF Réseau précise que 50 % de ce réseau capillaire est soumis à des limitations de vitesse en raison de sa vétusté. "L’entretien courant ne suffit plus, beaucoup de lignes ont besoin d’être rénovées" à raison d’un investissement estimé entre 600 à 700 millions d'euros par an contre 200 millions d'euros consacrés actuellement.
Se posent dès lors des questions autour des financements et d’éventuelles nouvelles répartitions entre le gestionnaire d’infrastructures et les collectivités territoriales. Si l’exemple du fret ne peut être reproduit à toutes les situations, il peut néanmoins inspirer à travers ses référentiels de maintenance adaptés et ses modes de financement faisant déjà intervenir l’Afitf, les régions et les chargeurs concernés via des délégations d’infrastructures conventionnées ou déléguées.

Érick Demangeon

Mardi 19 Février 2019



Lu 1174 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 8 Mars 2019 - 16:20 2019, une année charnière pour la SITL


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport multimodal | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide























Petites annonces



Les partenaires de l'Antenne



 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy