Quelques conséquences de l’évolution du e-commerce


La récente journée de rentrée organisée par le cluster logistique Rhône-Alpes a permis de balayer les multiples aspects de la logistique durable et même d’ouvrir des réflexions sur des évolutions auxquelles la logistique a actuellement peu de réponses. C’est le cas des conséquences engendrées par l’explosion du B to C (Business to Consumer) et du C to C (Consumer to Consumer).


© Renault Trucks
© Renault Trucks
Le commerce B to C augmente de 20 à 30 % par an et la France est même un peu en retard sur ce sujet par rapport à ses voisins. Là où, il y a quelques années, on livrait un ou deux clients dans une camionnette, entre 19 et 21 heures, dans un immeuble, on voit le phénomène monter en puissance, à tous les étages ! "Je suis étonné qu’on ne prenne pas conscience de la traduction concrète en matière de flux de cette évolution du e-commerce. On se félicite de tout ce qu’on peut faire et avoir avec un "clic" de souris mais on n’a pas bien réalisé que le colis n’arrive pas par l’ordinateur chez le client mais grâce à un véhicule qui doit arriver au pied de l’immeuble ou le plus près possible", observe Philippe Bossin, président fondateur du cabinet d’études lyonnais Interface-Transport.

Une notion plus industrielle

Les web marchands ont mis en place des solutions comme les points-relais via des fleuristes, des boulangers, des cordonniers non dédiés à cette activité. Ils gardent et stockent temporairement des produits dont certains peuvent avoir de la valeur, qui pourrait conduire à des actes de vols et de braquages dans des petits espaces exposés. La chaîne logistique présente un maillon faible à ce niveau. "Cette question ne pourra pas être longtemps abordée de façon artisanale. Elle devra passer à une notion plus industrielle. Mais compte tenu du prix du foncier en ville, la multiplication de relais ne sera pas facile", observe M. Bossin. On recense 300.000 points-relais à Tokyo.

"La chaîne logistique ne pourra pas rester artisanale"


Pour M. Bossin, quelques pistes pourraient être suivies avec La Poste, la SNCF, la RATP, des organismes de transport et des entreprises qui disposent de foncier, de maillage de bureaux, de systèmes de sécurité, d’accès possibles et qui pourraient élargir ainsi leur gamme de services aux clients. "Les stations de tramway pourraient être équipées de quelques armoires métalliques sécurisées susceptibles de recevoir ou de livrer des colis".
"Dans cette veine-là, on observe que les particuliers jettent de moins en moins, font du troc ou revendent". L’immeuble devient aussi émetteur de produits avec des occupants qui deviennent occasionnellement des commerçants désireux qu’on vienne chercher des marchandises chez eux. Entre le local à vélo et le local à poubelle, les architectes devront prévoir aussi des "locaux à business". Toutes les sociétés de livraison ne pourront pas et ne voudront pas prendre en compte des contraintes engendrant des surcoûts. Il y aura donc tout un processus à organiser, des matériels à imaginer, des collectes à prévoir avec des logisticiens spécialisés.
Interface-Transport travaille beaucoup sur les dossiers relatifs aux Espaces logistiques urbains avec les municipalités, la FNTR et TLF, pour certains dossiers comme les aires de livraison en ville. Depuis cet été 2012, une ligne budgétaire a été ouverte au Grand Lyon pour réaliser un plan global concernant une centaine d’aires de livraisons qui devraient être matérialisées fin 2003.

Annick Béroud

Mardi 16 Octobre 2012



Lu 697 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

L'Antenne est édité par SPI (sarl au capital de 1.000 euros)
R.C.S. 823 175 435. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0319T79480
Dépôt Légal à parution
Associés : Info6tm (99 %) et Raisin blanc (1 %)
Siège social : SPI - Immeuble Valmy B - 137, quai de Valmy - 75010 Paris
Tél.  : 04.91.33.25.81 - Fax : 04.91.55.58.97
Site internet : www.lantenne.com   
Directeur général : Jean-Christophe Klein
Directeur de la publication : François Grandidier
Publicité : Frank Revenaz (directeur commercial) 04.91.13.71.60
Philippe Scremin (commercial Paris/Normandie) 06.21.88.97.42
Abonnement : Françoise Uhlmann (assistante commerciale) 04.91.13.71.62    
Annonces maritimes : 04.91.33.83.02 
Rédaction : Vincent Calabrèse (rédacteur en chef) v.calabrese@lantenne.com 
Franck André (rédacteur) f.andre@lantenne.com 
Virginie Grunchec (secrétaire de rédaction) redaction@lantenne.com 
Graphistes : Michel Durand et Adelina Miganne - pao@lantenne.com 
Imprimerie : Riccobono - 115 chemin des Valettes - 83490 Le Muy